Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesMMission › One

Mission › One

cd • 17 titres • 50:21 min

  • 1Intro
  • 2Contagious
  • 3Homework Pt. 1
  • 4Rockin' It
  • 5Pontiac
  • 6Disturbing Behavior
  • 7Now I Shine
  • 8Homework Pt. 2
  • 9Mission:2
  • 10Hands Up
  • 11Chocolate Milk & Apricots
  • 12Transit
  • 13More Than You Know
  • 14Last Night
  • 15Homework Pt. 3
  • 16BS II MF (Actual Proof RMX)
  • 17It's The

line up

Raashan Ahmad (MC), Headnodic (basse), Kat Ouano (piano rhodes), Max MacVeety (batterie)

Musiciens additionnels : Jah-Sun, Igro, Etch 1, JBL (MC's), Shmeens (basse), Adam Deitch (batterie), E.D. (guitare), Ryan Woodward (saxophone), SINC 0019 (choeurs), Ruby Amanfu (voix), George Thomas (basse), Deantoni Parks (batterie), Dave Holmes (guitare), Ryan Kinelski (piano rhodes), Anthony Burilcich (batterie)

remarques

chronique

Styles
hip-hop
jazz
Styles personnels
alternatif > jazz rap

Soyons sages, allumons l'halogène. Il est parfois bon de se laisser aller à un rap un peu plus raffiné. Un peu plus bienveillant. Un peu plus polissé. Un peu plus "rond". Le raffinement en rap, c'est comme dans l'alcool : l'envie survient sans raison claire, sinon relative à l'humeur et au degré de nuit ou de soleil ; on peut avoir envie d'un fond de Lillet tout tièdasse comme d'une lampée généreuse de cognac. Mission:One, mystérieux, comme sorti d'une brèche molle de l'alternatif, ce n'est pas du X.O., mais c'est tranquillement V.S.O.P. Groovy, mitonné de l'instru, et d'une passion entremêlée de naïveté qui en fait un petit oasis brun. Délicat, souvent. Beau, certainement. Sombre, par reflets. Jazz rap ? Certes, il y a du cuivre chaud, et la moiteur d'une mélancolie sourde, peut-être renforcée par leur déboires lors d'une migration désastreuse entre Boston et la Californie à la fin des 90's, est présente à partir de la superbe "Disturbing Behavior", et ne lâchera pas vraiment. Mission est ici lové dans un landau confortable où The Roots se sont longtemps avachis en poupons-rois. The Roots qui comme eux ont commencé bohémiens, fauchés, et en ont bien chié avant de poser petit à petit leurs jalons : la comparaison est donc naturelle. Mais elle vient surtout de l'aspect instrumental/organique : même s'ils sont pas à 100% "live", Mission sont à recommander aux amateurs de Roots en priorité. Même si à moi il me font tout autant penser à Organized Konfusion : l'esprit du rap jazzy plutôt que du jazz-rap, si la nuance parle encore à quelqu'un. Il y a du beat automatique, donc, entre les rythmes sur peaux (trois batteurs quand même, dispatchés sur la tracklist), mais surtout une ambiance très "pot-pourri", de tout ce qui s'est fait d'appliqué et de correct en hip-hop depuis Gangstarr. Correct, en effet : la correction dans le sens gentilhomme, qui provoque en duel de fleuret au flow, qui s'essuie la bouche dans son mouchoir après une punchline un peu grossière. Mission sont appliqués, scolaires dira-t-on, mais surtout humbles à leur façon, même dans l'egotrip. Mission ne pratiquent le hip-hop qu'en ducs du mic, en croisé de flows dans l'esprit "ère dorée", jamais écrasants, un peu ombrageux, mais toujours doigt sur la couture, haut-de-forme kangol et flanelle nike en évidence, dégageant cette aura classieuse et nonchalante, en se permettant quelques accès urbains plus typés 'thug' ("Hands Up") ou un son plus noir et pesant ("Chocolate Milk & Apricots") sans jamais ken cette homogénéité et cette tenue de bonne marmelade. Noir, sans aucun doute, pourtant... moiré, diffus, strié de rayons matinaux filtrant à travers les fenêtres un peu sales de ce beau salon, mais noir, dans tous les sens du terme, noir de cette mélancolie soul dont je parlais au début, cette mélancolie du bon vieux rap alternatif, lentement cuite au chaudron, à mille lieues de l'esprit Def Jux et encore moins Def Jam, "Last Night" / "It's The..." et leurs mignonettes larmes de piano électrique m'en soient les roudoudous témoins. Une nostalgie réelle tapisse tout ça, donc, palpable dès le name-dropping-hommage de la troisième piste et évoluant jusqu'à la petite jam finale. C'est moiré, agréable, et si ça n'est assurément pas suprême ni criblé de beats inoubliables, un parfum de reviens-y m'a jusqu'ici empêché de m'en séparer. Petit détail technique qui peut avoir son importance : on les appelera par la suite Crown City Rockers... mais j'imagine que la plupart d'entre vous s'en fichent comme d'un coussin dépareillé. En ce qui me concerne, je suis présentement avachi dans mon canapé en compagnie stéréo de ce petit Mission:One, qui m'a fait déjà fait verser un deuxième verre. Soyons sages. Savourons.

note       Publiée le mercredi 16 avril 2014

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "One".

notes

Note moyenne Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "One".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "One".