Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesTThomas Tilly › Cables & Signs (ten underwater field recordings)

Thomas Tilly › Cables & Signs (ten underwater field recordings)

cd • 10 titres • 00:00 min

  • 1s
  • 2a
  • 3n
  • 4s
  • 5t
  • 6i
  • 7t
  • 8r
  • 9e
  • 10s

line up

Thomas Tilly

remarques

chronique

Styles
ambient
field recordings
Styles personnels
aquatic phonography

Je suis bien emmerdé. Thomas Tilly m’avait envoyé un mail pour me proposer du promo à chroniquer, un type plutôt sympa, alors j’lui ai demandé de m’envoyer un disque dont il est particulièrement fier. Ce qu’il a fait après un excellent concert à Nantes. Et puis y’avait cet excellent album avec Guionnet. Sauf que là, ça marche pas du tout. Fields recording aquatique avec des micro hydrophone, et quand je dis fields c’est du brut non retravaillé ; alors, bon, certes, les fields j’ai jamais trop été client. Qui plus est, entendre de l’eau ça me donne toujours envie de pisser. Mais là c’est vraiment trop abscons, alors que je m’attendais à quelque chose d’assez… immersif, d’assez oppressant (à la Starfish quoi), j’ai l’impression d’entendre un gratouillis perpétuel avec des petits objets granuleux. Alors, certes le concept est marrant, la démarche et l’effet plutôt inattendu, mais à l’écoute d’une partie du disque (oui j’arrive même pas l’écouter en entier), je me sens comme un paysan de 80 balais devant son trois centièmes monochrome bleu, à savoir : hein ?

note       Publiée le jeudi 1 mars 2012

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Cables & Signs (ten underwater field recordings)".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Cables & Signs (ten underwater field recordings)".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Cables & Signs (ten underwater field recordings)".

GinSoakedBoy › jeudi 1 mars 2012 - 13:52  message privé !

Je comprends bien ton point de vue Saï. Le minimalisme radical de chaque pièce fait effectivement penser à l'effet sonore d'un monochrome, ou d'une photo abstraite. Très bons matériaux pour les performances live de Thomas (excellentes en effet!), l'intérêt d'un regroupement de ceux-ci est déjà plus limité mais toujours présent néanmoins de par la qualité de l'enregistrement et la diversité relative de ces textures microcosmiques. J'aurais tendance à laisser raison à la subjectivité extrême de ces petits bouts de perception, qui assurément ne parleront pas à tout le monde, autant en être averti (faire sa miction avant d'appuyer sur play ne suffira pas...). Je te conseille tout de même d'écouter le précédent, tout en tension.

Note donnée au disque :