Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesDDeath Squad › Theological Genocide

Death Squad › Theological Genocide

cd • 12 titres • 60:44 min

  • 1Ascending Divinity: Death Compound4:41
  • 2Retribution Is Clear5:56
  • 3Mechanized Faith (Movement One)2:14
  • 4Onward / Tonal Frequenciality2:52
  • 5Predator At An Airline Crash Site6:37
  • 6Hollowed Out Confessional7:41
  • 7Vibra-Fuckwhore Conceiving Christ6:38
  • 8Parasitical Cerebral Decay4:12
  • 9Shattering Self - Cored Out Soul7:47
  • 10Messiah 20574:03
  • 11Mechanized Faith (Movement Two)1:45
  • 12Anthem / Ideologicalisms & Ists6:19

enregistrement

Enregistré au Dimm Street Studios, Richmond CA

remarques

chronique

Comment la religion chrétienne évolue-t-elle au pays de David Koresh, Jimmy Swaggart et autres Pat Robertson ? Difficile de résumer ce sujet multiple dans un pays où ferveurs religieuses et politiques sont si étroitement mêlées qu'un militant laïque se ferait probablement lyncher en moins de temps qu'il n'en faut au président pour lancer son «God bless America» bienveillant. Parmi la myriade de points de vue contradictoires qu'on peut trouver, d'aucuns crient au génocide théologique, c'est-à-dire à la fin des idées du christianisme évangélique et biblique, face notamment au multiculturalisme rampant et à l'athéisme galopant. C'est précisément à ce processus aux multiples facettes que Death Squad s'est intéressé, non pas pour y apporter des réponses (car au fond il s'en moque), mais plutôt pour en mettre les mécanismes en exergue. C'est ainsi que le groupe axe son «Theological Genocide», première parution du groupe sur CD après une foultitude de cassettes confidentielles, sur la thématique de la redéfinition de Dieu par les systèmes médiatiques de masse, et leur impact sur la foi individuelle. Ayant depuis longtemps compris que le système neuronal n'était qu'un outil de décryptage, il procède de minutieuses manipulations de fréquences et de grains analogiques pour faire de sa musique une arme de manipulation mentale : en nous imposant certains axes d'association bien particuliers, il exerce le même type de contrôle que celui employé quotidiennement par les médias. Même si je ne lui connais pas d'équivalent à proprement parler sur la scène power electronics, c'est sans doute de Whitehouse dont le groupe serait le plus à affilier dans l'approche confrontationnelle, ainsi que dans l'utilisation d'un minimalisme déconcertant, voire décourageant pour certains morceaux, mais extrêmement pénétrant lorsque l'électronique se fait arme de persuasion par le lavage de cerveau. Ainsi des modulations extrêmement éprouvantes de «Retribution Is Clear» : l'auditeur, enfermé entre les fréquences, ne peut échapper au discours de contre-évangélisation de Contreras. Le propos est encore plus évident sur les boucles aliénantes de «Mechanized Faith» qui dépeignent une lamination de la foi par les systèmes d'évangélisation de masse, ceux-là mêmes qui, en réécrivant la parole biblique à leur compte, ont réussi à faire de la spiritualité un business et une puissance politique. Les stridences de «Ascending divinity» ou «Messiah 2057» se veulent quant à elles le reflet d'un certain fanatisme, prêt à user de la force pour la défense de convictions considérées comme territoire de croyances. Pour Death Squad, ce sont donc ces réseaux qui ont eux-mêmes accéléré le processus de génocide théologique, pourtant montré du doigt : eh oui, on est parfois le diable auquel on a précisément lancé la chasse... à méditer. Dieu est bien mort, c'est un fait, et la société dépeinte par Death Squad est celle-là même qui se déchire les restes de son cadavre. Lucide, clinique, recommandé.

note       Publiée le dimanche 6 juin 2010

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Theological Genocide".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Theological Genocide".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Theological Genocide".

Uhu › mercredi 9 juin 2010 - 00:05  message privé !

Ton point 4/ a achevé de me convaincre^^ Non, plus sérieusement, je ne voulais pas paraître désagréable, c'est juste que j'en ai un peu marre du refrain "les américains sont méchants", et puis je ne trouve pas l'ironie flagrante même à la relecture. A part ça, Death Squad, je ne connais pas mais je pense que je vais d'abord me pencher sur le cas Ultra, tes chros sont assez aguicheuses...

VL › dimanche 6 juin 2010 - 15:57  message privé !
avatar

1/ je pense - et j'espère - que tu as mesuré le ton ironique de ma formulation judicieusement extraite ? eh oui, parfois j'en mets dans mes chros. 2/ les USA sont un pays laïc, rien à redire, sauf que la religion y joue un rôle plus important que dans tout autre pays occidental (on appelle parfois cela de la religion civile), 90% des Americains sont croyants, les diverses Eglises sont impliquées au niveau du tissu social voire politique, et les partis politiques savent très bien s'appuyer sur tout ces paramètres, valeurs et croyances comprises, pour gagner la confiance de leur électorat. 3/ l'athéisme y est considéré comme une communauté qui ne partagerait soit-disant pas les valeurs du pays (étude Université du Minnesota, 2006) : les préjugés des croyants sont donc semble-t-il très marqués. 4/ je ne dis jamais de grosses conneries, tu dois confondre avec quelqu'un d'autre. 5/ et sinon, la musique de Death Squad, tu la trouves comment ?

Uhu › dimanche 6 juin 2010 - 14:47  message privé !

"dans un pays où ferveurs religieuses et politiques sont si étroitement mêlées qu'un militant laïque se ferait probablement lyncher en moins de temps qu'il n'en faut au président pour lancer son «God bless America» bienveillant"

Euh on parle bien des USA ? De la mesure en toute chose...il y a bien sûr des illuminés du genre de ceux que tu cites au début de ta chro, mais là tu dis des grosses conneries quand même.