Vous êtes ici › Les groupes / artistesKAlain Kan › Heureusement en France, on ne se drogue pas

Alain Kan › Heureusement en France, on ne se drogue pas

lp • 9 titres

  • 1Ophélie
  • 2Heureusement en France, on ne se drogue pas
  • 3Ma solitude
  • 4G.M. blues
  • 5Monnaie monnaie
  • 6Speed my speed
  • 7Dracula
  • 8Ange ou démon
  • 9Les Blouses Blanches

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les écouter : devenez membre.

enregistrement

Château D'Hérouville, France, 1976

line up

Laurent Thibault (basse, synthé), Alain Kan (chant, tambourin, cloche), Robi Finkel (claviers), Popov (batterie), Paul reslin (guitare), Dominique Frideloux (guitare)

remarques

chronique

Styles
rock
Styles personnels
glam rock cabaret

'Heureusement en France on ne se drogue pas' est un album qui appelle une suite...De mon point de vue, il ne peut se suffire à lui-même, ses sillons portent trop de promesses, de blessures. Alain Kan franchit un pas de plus, celui de non-retour, sur un chemin où la compromission n'est pas de mise, à commencer par le titre ironique résumant à lui-seul l'état d'esprit qui règne. Et il y a son portrait, sa petite gueule d'ange bisexuel au regard déjà chargé d'ombres, un Claude François démoniaque...Car 'Heureusement en France on ne se drogue pas' est un disque de chanteur; plus que jamais, son verbe, son timbre, claquent maniant sensualité, provocation, humour noir mais aussi tristesse, incompréhension. Musicalement, bien que fruit de la même équipe (à quelques variations près) que sur l'opus précédent, je le trouve moins poussé, moins maîtrisé; la musique est souvent reléguée volontairement un cran en arrière pour servir la voix. En effet, en dehors de compositions plus traditionnelles dans les orchestrations, Alain Kan, à l'instar de gens tels que Rozz Williams, semble éprouver un besoin croissant d'user du spoken word pour exorciser ses démons les plus terribles; c'est ainsi que trois chansons se bâtiront sur ce modèle: le glauque et désenchanté 'Ma solitude' où l'artiste finit en hurlant 'Je n'appartiens pas à la même planète que vous, la mienne est belle, belle, belle...' comme si c'était l'unique solution pour ne pas mourir, sur fond d'accords maladifs, de montées percussives sans suite, la magistrale reprise des 'Blouses Blanches' de Edith Piaf où les étranges bruits, les accords malades refont leur apparition tandis que le personnage semble perdre davantage pied à chaque seconde ('Je ne suis pas folle, je ne suis pas folle, vous m'entendez ?'), riant de manière démente ('On s'aimera toujours...') et enfin 'Dracula', plus comique dans son ensemble avec l'évocation du mariage du cousin du petit-fils du comte, véritable cortège de monstres...Mais comment interpréter la scène finale où ce dernier drague une certaine Lucette dont il rêve de croquer la jugulaire ('Venez dans mes bras, chère sucette...') ? Viol ? Les hurlements succèdent en tout cas à l'évocation quasi comique de la cérémonie. En parallèle est évoquée la drogue, soit dans le titre éponyme où la morale beauf qui se saoule au rouge est raillée avec cynisme ou le plus faible 'Speed my speed' allusion plus directe encore où nous est dressée la liste de toutes les substances possibles à s'enfiler par les orifices disponibles. Reste le sexe, évoqué sans tabou, sur un 'G.M blues' de presque dix minutes, dont les trois finales en gémissements plus qu'évocateurs. En apparence plus conventionnels dans les arrangements (rock, blues, parfumés de glam à la Bowie), les titres qui s'étirent davantage présagent pourtant d'une explosion imminente et ce n'est pas un hasard si peu après Alain formera un groupe punk du nom de Gazoline avant de revenir en solo pour des aventures plus noires encore sous le nom de Alain Z.Kan...La réception dans la presse ? Je vous laisse deviner, en 1976, en France on ne se drogue pas et être homosexuel est synonyme de perversité mentale.

note       Publiée le mercredi 23 mars 2011

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Heureusement en France, on ne se drogue pas".

notes

Note moyenne        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Heureusement en France, on ne se drogue pas".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Heureusement en France, on ne se drogue pas".

Shelleyan › lundi 28 mars 2011 - 23:14 Envoyez un message privé àShelleyan
avatar

et encore plus s'il n'avait pas existé...

ericbaisons › lundi 28 mars 2011 - 22:25 Envoyez un message privé àericbaisons

quand j'ecoute GM blues, je me dis que la face de la musique française eut été changée si Johnny avait été homo

Note donnée au disque :       
ericbaisons › vendredi 25 mars 2011 - 13:34 Envoyez un message privé àericbaisons

mouhaha

Note donnée au disque :       
krusty › jeudi 24 mars 2011 - 18:18 Envoyez un message privé àkrusty

Par contre, qu'est-ce qu'on picole ... hips !

ericbaisons › mercredi 23 mars 2011 - 20:10 Envoyez un message privé àericbaisons

ou rue de la pompe? C'est le colonel moutarde qui l'a enlevé

Note donnée au disque :