Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesBBattlelore › Where the shadows lie

Battlelore › Where the shadows lie

cd | 8 titres

  • 1 Swordmaster
  • 2 The grey wizard
  • 3 Raging goblin
  • 4 Journey to undying lands
  • 5 Shadowgate
  • 6 The green maid
  • 7 Khazad-dum pt.1 (ages of mithril)
  • 8 Ride with the dragons

enregistrement

Enregistré et mixé en Juillet-Novembre 2001 aux studios Music Bros, Imatra, Finlande. Enregistré et produit par Miitri Aaltonen.

line up

Kalsa Jouhki (Chant féminin) ; Patrik Mennander (chant masculin) ; Tommi Havo (Raging vocals, guitares lead, rythmiques et acoustiques) ; Jyri Vahvanen (guitares rythmiques et acoustiques) ; Miika Kokkola (basse) ; Maria (synthétiseurs) ; Henri Vahvanen (batterie et percussions) / invités : Jyrki Myllärinen (guitare classique) ; Miitri Aaltonen (chœurs et percussions)

chronique

Styles
metal
metal extrême
Styles personnels
heavy/thrash metal symphonique

Voici un disque à déconseiller d’emblée aux puristes, quel que soit le type de métal dont ils se revendiquent. Et voici un disque à conseiller aux amateurs du métal en général, de la puissance de Pantera à la préciosité de Rhapsody en passant par Bal-Sagoth et Theatre of tragedy. Il y a de tout : claviers nappeux et/ou sophistiqués, guitares heavy, power, limite thrash voire death par reflets ( «Raging Goblin»…), batterie multi-genre, et farandoles des voix sur son coulis de miel… death, chœurs masculins, voix féminines, chant clair masculin… Certaines rythmiques de vieux heavy («The grey wizard », entre autres) rappelle même les déhanchements bièreux de Judas Priest. Tout cela est naturellement hautement mélodique et produit aux petits oignons. Les structures sont très variées et souvent efficaces ; couplets, ponts, ruptures, solii, refrains, passages acoustiques, y a de tout… c’est le BHV ! Les passages de chant féminin n’ont pas peur de la simple pop-rock claviérisée et miellieudique. C’est aussi truffé de passages épiques aux synthés ventus et guitares conquérantes, d’attaques soudaines, d’envolées mélancoliques, de calme nocturne et d’explosions de puissance, voire de violence. Ce patchwork écoeuro-gouleyant se veut par ailleurs servir fièrement la patrie du Sieur J.R.R. Tolkien. L’intérieur du livret montre les musiciens déguisés en personnages du Seigneur des Anneaux, avec leurs caractéristiques et compétences AD&D ! ! ! «Shadowgate», dans cet album de dégénérés, se permet même les sons et programmations électroniques, genre dark-electro-metal de chez Poiredebeurré… Cet album est si hétéroclite qu’à quelques détails prêts, il pourrait s’accomoder de n’importe quelle type de pochette, pas seulement d’héroïque fantaisie. Ce qui nous paraît ici médiéval nous paraîtrait folk-dépressif, ce qui nous paraît épiquo-romantique nous semblerait plutôt métalo-mélancolique, bref : ce disque est un gigantesque fourre-tout. Mais un fourre-tout qui se tient, pour peu, encore une fois, que l’on soit ouvert à tous les effets, tous les genres. On ne peut nier les qualités de «Fangorn», «Green maid», aux harmonies vocales séduisantes, ou encore «Swordmaster». Comment dire… du heavy-multiracial très riche en claviers. Quand ça se veut joli, c’est joli. Quand ça cherche la puissance, ça la trouve et quand ça prétend décoller, ça décolle. Très divertissant, talentueux même, mais il faut aimer le premier degré.

note       Publiée le dimanche 5 mai 2002

partagez 'Where the shadows lie' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Where the shadows lie"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Where the shadows lie".

ajoutez une note sur : "Where the shadows lie"

Note moyenne :        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Where the shadows lie".

ajoutez un commentaire sur : "Where the shadows lie"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Where the shadows lie".

Vicious.666 › mercredi 20 octobre 2004 - 18:27  message privé !
Je ne connais pas celui là, par contre j'ai son successeur "Sword's Song", qui sonne à mes oreilles comme un album aux ambiances foncièrement intéressantes, avec une bonne puissance épique... par contre les voix auraient pu être mieux travaillées afin de sublimer le côté épique, justement, de la musique. Et je n'aime pas du tout la manière dont chante Kaisa, c'est du chant féminin tout ce qu'il y a de plus fade... Peut-être que sur ce "Where the Shadows Lies", les vocaux sont mieux travaillés ? Il faudrait que je m'y attarde, vu que c'est le seul point important que je n'ai pas aimé dans le groupe.
eLECTROLOVER › lundi 17 mai 2004 - 16:56  message privé !
Excelent album ne dépassant tout de meme pas le suivant "sword's song", en effet il y a de tout dans ct album et je trouve le mélange tres convaincant avis auw amateurs.
Note donnée au disque :