Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesBBeehatch › Brood

Beehatch › Brood

cd • 11 titres

  • 1Edison Medicine 2:38
  • 2I Forgot To Mention 6:04
  • 3On Ideal Wings 4:19
  • 4Du Du Horn 2:28
  • 5You Read Me 4:36
  • 6Which One's Pink? 4:43
  • 7In Silence, Too Silent 4:14
  • 8Softly Said 5:00
  • 9Turkische Hasa 3:57
  • 10Ostalgie 8:27
  • 11Breaking Shit For Mark 3:39

line up

Mark Spybey, Phil Western

remarques

chronique

LE méééga-trip de l'école Download coupé au Dead Voices on Air, expérimenter tu dois. Comme je l'avais souligné ailleurs, s'enfiler ce truc revient à fumer un joint bien chargé tout en méditant dans un hypercube qui dérive en ana et kata. C'est d'ailleurs en terme de son, formellement parlant, l'un des albums les plus fluides qu'il m'ait été donné d'entendre (encore plus percutant au casque). Les séquences s'enchaînent sans crier gare ni surprendre, comme dans un rêve sans queue ni tête. D'ailleurs, on peeeeut tenter le jeu des étiquettes, mais la seule qui irait c'est "psychédélique" ; je veux dire pas dans le sens gimmick-friendly de la guitare fuzzée – je veux dire psychédélique psychédélique psychééédélique dans le sens du bateau sans voile sur la mer sans terre, ou de la nuit fiévreuse dont le sablier repart dans l'autre sens sitôt déséquilibré ; du temps-élastomère psilo-sibyllin qui rebondit sur les murs devenus matière souple. Je veux dire psychédélique comme redevenir l'amibe que nous étions, pour flotiller dans une mer de polarisations kaléidoscopiques musicales. Du trip-hop à l'envers, vu à travers vingt-trois filtres colorés, la langue chargée et le cerveau à l'état gazeux, qui fait du ski sur des dunes à la morphologie Esherienne. Enfin, la musique que tu peux lire à travers les flots de l'encre noire sur une feuille blanche recouverte d'eau, à défaut d'entrailles de volaille ou d'effluves chtoniennes. La pythie chanterait ces louanges si Dieu lui parlait en vers solitaires. Et tout du long, c'est beau comme une poésie sans langage pour l'exprimer ; beau comme le feutre confortable de III, intoxiqué comme Love's Secret Domain recouvert d'un désert de velours et de gaze. De la gaze chloroformée pour atteindre l'inversion du pratyabara – l'esprit dissolu dans les perceptions, qui s'éparpille en scintillements multiples que plus tard, oh, plus tard. On a tooout notre temps.

note       Publiée le dimanche 12 décembre 2010

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Brood".

notes

Note moyenne        11 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Brood".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Brood".

Wotzenknecht › lundi 25 février 2019 - 08:23  message privé !
avatar

Bye Phil Western (1971-2019), présence lumineuse chez Beehatch, Download, Plateau et quelques autres de la nébuleuse Skinny Puppy...

Note donnée au disque :       
Klarinetthor › jeudi 13 avril 2017 - 00:18  message privé !

le troisième Beehatch est prévu pour le mois prochain, sur tourette records

Note donnée au disque :       
Karamazov › jeudi 9 juin 2011 - 16:52  message privé !

"Ostalgie" est vraiment superbe. En outre, j'ai appris un nouveau mot.

Note donnée au disque :       
Gucguck › mardi 10 mai 2011 - 00:25  message privé !

Mmmmmh Beehatch.

Note donnée au disque :       
ewins › lundi 21 mars 2011 - 09:46  message privé !

L'album est à la hauteur de la chronique: excellent. Je m'attendais pas vraiment à ça mais c'est vraiment un trip très agrèable, la comparaison de grinningFace est très juste du download avec ambiances à la coil, ça ne pouvais donner que du bon.