Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesSS.H. Draumur › Goð

S.H. Draumur › Goð

lp • 12 titres

  • 1Mónakó
  • 2Helmút Á Mótorhjól
  • 3Kani
  • 4Engin Ævintýri
  • 5Ég Dansa Við Lik
  • 6Glæpur Gegn Ríkinu
  • 7Öxnadalsheiði
  • 8Dauð Hola
  • 9Zaragoza - Panama
  • 10Sýrubælið Brennur
  • 11Englarnir
  • 12Ostrur

enregistrement

Studio Gný, Islande, septembre 1987.

line up

Birgir Baldursson (batterie), Steingrímur Birgirsson (guitare), Gunnar L. Hjálmarsson (chant, basse)

remarques

Devrait être réédité en vinyl en cette année 2010.

chronique

Je vous présente Helmut le motocycliste...Euh, en fait, je n'en sais fichtre rien...Je trouvais que ce titre extrait du présent disque collait bien à ce visage qui n'est au final là que pour refléter dans ses lunettes les membres du groupe. Fondé en 1982, S.H. Draumur ('Rêves en noir et blanc') nous propose ici son unique LP (le reste de la discographie étant composée de EPs), oeuvre pas forcément évidente à raconter et dont la description que je vais faire surprendrait probablement les musiciens eux-mêmes, notamment si j'emploie le mot 'gothique'...'Mónakó' pourtant m'évoque fortement Southern Death Cult tant dans la musique que les vocaux un peu nasillards; il est bien plus probable que le trio se définirait comme punk mais les touches bluesy glauques et grinçantes de la guitare, le jeu de batterie, les rapprochent aisément de la scène post punk goth. Curieusement, les deux faces de l'album semblent vouloir décliner deux ambiances différentes, la première, la plus sombre, oscillant entre garage gothique et punk grinçant, avec des mélodies pour le moins efficaces ('Glæpur gegn riniku') et un chant tendu, émotionnel dans la manière de se poser, glissant jusqu'au cri, qui me sied plutôt bien. Sans forcément changer radicalement de cap, la face B se présente comme moins folle (encore que la voix soit bien déchaînée), incorporant des éléments tels que l'harmonica ('Öxnadalsheiði'), des cuivres ('Zaragoza-Panama')...Un peu déstabilisant, le résultat oeuvre toujours dans quelque chose d'écorché mais de plus rock, plus banal. Globalement ce disque tient pourtant bien la route. Faisant suite au concert en ouverture de Einstuerzende Neubauten à Reykjavik en 1986, il précède la fin du groupe qui enregistrera encore un maxi avant de splitter. A noter que notre ami à l'étrange dentition orne également une compilation cd regroupant l'intégralité des travaux de S.H. Draumur baptisée 'Alt Heila Klabbið' dont je suis toujours en quête.

note       Publiée le mardi 21 septembre 2010

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Goð".

notes

Note moyenne Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Goð".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Goð".