Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesTTartufi › Nests of Waves and Wire

Tartufi › Nests of Waves and Wire

cd • 7 titres • 55:22 min

  • 1Fear of tall giraffes, fear of some birds 6:55
  • 2Dot dash 4:52
  • 3Engineering 12:54
  • 4Church of hanging leaders 8:25
  • 5System folds 3:23
  • 6Fleet week (the corruption of incredible inv????) 8:37
  • 7Hole or space 10:14

enregistrement

San Francisco, États-Unis, 2008

line up

Lynne Angel (chant, basse, guitare, effets), Brian Gorman (batterie, percussions)

remarques

http://www.myspace.com/tartufi

chronique

De ma bouche restée ouverte s’éparpillent des guirlandes d’étoiles que l’écoute de "Nests of Waves and Wire" aura enfanté. Non content de nous avoir délivré il y a quelques mois le superbe premier effort studio de Sholi (je vous en avais parlé), Southern Records confirme une fois de plus tout le talent qui est le sien à dégoter de jeunes talents en nous proposant une autre production dont la débordante créativité s’apparente à un puit sans fonds dans lequel il me tarde de me perdre à nouveau. Les Tartufi sont un duo de magiciens californiens. Magiciens parce qu’ils parviennent à créer une musique qui semble être jouée par un groupe de quatre ou cinq personnes au moins. Magiciens parce que, sous leur chapeau, se cache un monde merveilleux où il n’y a pas que blanche colombe, foulards colorés ou lapin nain, mais aussi tout un univers baroque et onirique qui foisonne de toute part. Aux boucles lancinantes de guitares et de chant, prodiguées par ce vilain petit canard à moustache qu’est Lynne Angel, sorte de Renate Knaupe (Amon Düül II) du siècle nouveau, s’ajoute le travail percussif (xylophone et batterie essentiellement) de son copain barbu Brian Gorman. Tartufi fait preuve d’une très grande inventivité en terme de texture sonore, abattant un travail colossal à même d'être reproduit sur scène. Dans les détours de leurs compositions qui prennent vie mailles après mailles, on perçoit les échos de Tortoise, Cocteau Twins ou les contemporains The Dodos, Hella voire même Battles, ne serait-ce qu'en raison du procédé. Mais quand on se laisse porter par des titres fabuleux comme "Engineering" ou "Church of Hanging Leaders", nous ne sommes pas loin de croire que Tartufi fait bien mieux que tous ces groupes réunis en sublimant tous ces langages pour créer le sien, unique en son genre, contemplatif et nerveux, énergique et merveilleux à la fois. La musique a ceci de fantastique qu’elle est la seule à pouvoir transcender les genres et en révéler des angles insoupçonnés alors que on pensait avoir déjà tout dit et tout exploré. Preuve par l’exemple.

note       Publiée le samedi 9 mai 2009

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Nests of Waves and Wire".

notes

Note moyenne Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Nests of Waves and Wire".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Nests of Waves and Wire".