Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesKRose Kemp › Unholy Majesty

Rose Kemp › Unholy Majesty

10 titres - 49:23 min

  • 1/ Dirt Glow (5:05)
  • 2/ Nanny's world (3:22)
  • 3/ Bitter and sweet (4:06)
  • 4/ Flawless (4:36)
  • 5/ Saturday night (5:02)
  • 6/ Nature's hymn (4:40)
  • 7/ Wholeness sounds (4:14)
  • 8/ Vacancies (5:10)
  • 9/ Milky white (3:47)
  • 10/ The unholy (9:21)

enregistrement

State of Art Studios, Bristol, Angleterre, 2008

line up

Joe Garcia (basse), James King (batterie), Dan Greensmith (claviers), Sue Lord (violon), Rose Kemp (chant, guitares)

remarques

http://rosekemp.com/

chronique

Styles
rock

L’anecdotique d’abord, ce sur quoi s’appuie la promo : Rose Kemp n’est autre que la fille de Maddy Prior et Rick Kemp, membres fondateurs du groupe de folk rock britannique Steeleye Span. Les quinquas sont aux aguets. L’essentiel à présent, ce sur quoi n’importe qui devrait s’arrêter : "Unholy Majesty" est un foutu bon album de rock glauque et baveux, à mille lieues des références suggérées par papa maman (en dépit de quelques passages plus apaisés et référentiels comme "Flawless" ou "Nature’s Hymn"). Alliant riffs punchy à la puissance évocatrice de cette voix qui possède assez de souplesse pour se fondre parfaitement dans n’importe quel contexte, on se retrouve en présence d’un album cohérent, solide et bien construit. S’il ne surprendra pas outre mesure les inconditionnels d’autres formations aux aspirations métalliques portées par un chant féminin, Rose Kemp risque fort, et contre toute attente, de séduire tout ceux que le pathos de Within Temptation, Evanescence et Nightwish débecte au plus haut degré. Je les comprends et abonde dans leur sens. En somme, de quoi faire tomber quelques à priori... Bon, en même temps, d'autres formations proposaient déjà ce type de musique il y a une dizaine d’années (je fait référence aux norvégiens de Third & The Mortal), mais tellement d'eau est passée sous les ponts qu'il ne reste plus personne pour s'en souvenir ? Un rock des entrailles, lourd et pesant sans en faire des tonnes, crépusculaire et viscéral comme le furent en leur temps les coups de sang de Neurosis qui déclinait sa vision de l’apocalypse en dégradé de rythmiques tribales, d’arpèges de guitares sursaturées et de sections de cordes déchirantes, non sans une pointe d’émotion. L'apport des guitares donnent plus de poids et de profondeur aux compositions de la belle anglaise qui semble parfaitement à l'aise dans la mise à nu de ses propres tourments.

note       Publiée le samedi 25 octobre 2008

partagez 'Unholy Majesty' sur les réseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Unholy Majesty"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Unholy Majesty".

ajoutez une note sur : "Unholy Majesty"

Note moyenne :        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Unholy Majesty".

ajoutez un commentaire sur : "Unholy Majesty"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Unholy Majesty".

Solvant › mardi 2 décembre 2008 - 00:44  message privé !

Mais qu'est-il arrivé à cette petite ? Ta chro Hellman résume bien l'attrait du risque, la fascination des cauchemards. Rose s'est perdu dans des visions (on pense à My Dying Bride meets Pj Harvey via Jesse Sykes) rauques aqueuses. Ca poisse du bayou. Mais on en demande encore plus nous les caïmans pleureurs. On demande non pas une pointe d'émotion lourde, mais un bain d'acide dans la mangrove. On demande de la folie. Mes frères prions maintenant.

Note donnée au disque :