Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesKKing Cobb Steelie › Junior relaxer

King Cobb Steelie › Junior relaxer

12 titres - 57:21 min

  • 1/ Starvo (6:14)
  • 2/ Pass the Golden Falcon (4:25)
  • 3/ Rational (6:38)
  • 4/ Functions and Relations (4:02)
  • 5/ The Power of Love (3:13)
  • 6/ Champion of Versatility (3:57)
  • 7/ You Should Be Getting Something (6:14)
  • 8/ Highly Conductive (3:57)
  • 9/ Doomed Thinking Man Vs. Stupid Action Man (3:03)
  • 10/ Swiss Crumb (4:25)
  • 11/ Quo Vadis (7:17)
  • 12/ Irrational [incarnate perspective] (3:58)

enregistrement

Metalworks, Mississauga, Canada, 1996

line up

Mike Armstrong (percussions), Kevan Byrne (guitare, claviers, melodica, chant), Jacob Cino (didjeridoo), Guy Fixsen (piano, melodica, synthétiseur), Nic Gotham (saxophone baryton), Kevin Lynn (basse, guitare, samples, claviers), Al Okada (guitare, batterie, clochettes, clavier), Don Pyle (sampling), Serious (scratch), Kinnie Starr (chant, choeurs)

remarques

chronique

Styles
rock
trip hop
Styles personnels
post rock

Il serait erroné de vouloir ranger la musique de King Cobb Steelie dans un tiroir, fût-ce-t-il celui du trip hop. King Cobb Steelie n'est pas trip hop. Mais depuis ses premières péripéties discographiques, le combo canadien a parcouru bien du chemin, saisissant au passage toutes les tendances qui croisaient leur route. "Project Twinkle", leur second effort, affichait déjà un certain penchant pour d'avantage de plages instrumentales, généralement menées par une basse proéminente. Produit par Bill Lawell, cette nouvelle orientation en fût d'autant plus appuyée. A la parution de ce "Junior Relaxer", on retrouve King Cobb Steelie dans des dispositions quasi identiques. Groupe pop alternatif par essence, nos amis canadiens bâtissent leurs chansons autour de plans rythmiques, s'efforçant de toujours privilégier des atmosphères plutôt sombres que d'ailleurs ils réussissent fort bien à traduire. Perméables aux musiques alentours, c'est fort naturellement qu'on y retrouve ce dosage subtil entre musique électronique, héritage dub et sensibilité rock. En l'absence de chanteur rééllement charismatique, nous nous rabattrons sans rechigner sur les nombreux passages instrumentaux qui égrènent le disque, comme "Pass the Golden Falcon" ou le très prenant "You Should Be Getting Something", faisant en quelque sorte de King Cobb Steelie une réponse plus pop aux errances acoustiques du Red Snapper de "Prince Blimey". Parfois, leur musique peut s'avérer aussi contemplative et introvertie que celle de Bark Psychosis, c'est dire s'ils ont du talent à revendre. Bref, ils sont parvenus à dépeindre un monde qui n'appartient qu'à eux, et en soi, cela est déjà fort admirable. Riche, intéressante, on y trouve aussi mille et une petites trouvailles en matière de texture. Cependant, "Junior Relaxer" ne peut s'écouter autrement qu'en tant qu'agréable petit diverstissement sans conséquences. Fondamentalement, ce qui lui manque, c'est ce petit trait de génie ou cette recette idéale et secrète qui mettrait à genoux l'auditeur.

note       Publiée le mercredi 20 juillet 2005

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Junior relaxer".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Junior relaxer".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Junior relaxer".