Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesDDolorosa › Hordhen

Dolorosa › Hordhen

cd • 8 titres • 50:56 min

  • 1Hordhen I
  • 2Hordhen II
  • 3Hordhen III
  • 4Hordhen IV
  • 5Hordhen V
  • 6Hordhen VI
  • 7Hordhen VII
  • 8Hordhen VIII

line up

Vinz Dolorosa (guitare, basse, percussions, voix), Daniel Palomo Vinuesa (saxophones, ewi, clarinette, scissors & brushes)

Musiciens additionnels : Marie Catherine Mossé (voix et arrangements voix sur "Hordhen III, IV, VI, VIII"), Jean Paul Pesty (basse et arrangements basse sur "Hordhen VI")

remarques

https://dolorosa.bandcamp.com/album/hordhen

chronique

Sous le sombre roc de cette pochette propice à la paréidolie, se cache une musique encore plus austère, aux notes obsédantes... Percevez-vous ses soupirs troublants, au gré du ruissellement âpre des cordes, des vents qui rôdent autour comme des âmes en peine ? Ses mélodies lugubres, qui charrient l'angoisse et le rêve, extirpent les esprits de la terre ? Entendez-vous ce qu'il se passe désormais de magique dans la musique de l'étrange Vinz et de ses acolytes, résignée aux ténèbres au point d'avoir fusionné avec elles ? Une musique à présent mystique, au goût d'incantation et de mystère, vouée à rester cachée pour vous attendre, comme une amulette dans un coffre profondément enterré durant des siècles, attendant celui qui l'ouvrira un jour pour prendre possession de son âme. Dolorosa, que j'avais perdu de vue - à tort très certainement, mais la créature semble ombrageuse - revient, zeuhlifié, teutonifié, ritualisé, plus sorcier, plus hanté que jamais... Et même, à sa façon fort singulière : Beau. Évoluant semble-t-il dans des ruines moyenâgeuses, au bord d'une falaise noire non loin de cette pochette, surplombant la mer d'un côté et de l'autre une forêt de hauts pins noirs écrasants... Magnifié, peut-être, par un diadème de quelque origine, un maléfice abscons... ou la présence de voix féminines, venin certain... Transcendé par un appétit pour l'occulte et l'onirisme le menant à sortir un album dont la beauté sépulcrale m'a saisi sans prévenir. Plus que jamais occulte, oui ; et plus que jamais "années 70 expérimentales", pour le meilleur. Imprégné d'une mélancolie profonde, aussi... Dolorosa persévère aveuglement dans la nuit, SA nuit, créature hammilienne, ou vanderienne, mais créature ayant sa singularité propre, s'imposant en circonvolutions envoûtantes et implacables, qui n'ont pas besoin de titres. Une cérémonie en huit actes, bien différents mais formant un tout redoutablement cohérent, conduite par des fanatiques aux motivations incertaines, possédés par leurs litanies, leurs mouvements lentement orchestrés en motifs cycliques. Dolorosa est désormais... La Secte Dolorosa. Et c'est dans son rituel aux airs de spiritisme rural, cette sarabande hors des temps au creux de quelque village reculé du fin fond d'une région mal définie, qu'il nous convie, armé d'instruments modernes mais mu par des forces ancestrales, bien plus anciennes que le rock progressif... Huit pièces magistrales, dont le funeste pouvoir de fascination croît inexorablement, comme un lierre noir sur la roche. N'espérez pas résister, vous qui n'êtes que statues.

note       Publiée le jeudi 17 octobre 2019

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Hordhen".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Hordhen".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Hordhen".

Raven › mardi 14 avril 2020 - 01:52  message privé !
avatar

Oui, ils ont grand tort, de ne pas rejoindre l'étrange cérémonie.

Note donnée au disque :       
vincenzo › lundi 13 avril 2020 - 22:51  message privé !

Aller les aminches du Kraut zeuhl atmosphérique prog doom z'êtes pas curieux ? C'est fou

vincenzo › vendredi 18 octobre 2019 - 11:46  message privé !

En écoute et téléchargement (prix libre) ici en attendant une sortie "physique" : https://dolorosa.bandcamp.com/album/hordhen