Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesUUngfell › Tôtbringære

Ungfell › Tôtbringære

cd | 8 titres | 44:38 min

  • 1 Viures Brunst [03:00]
  • 2 Die bleiche Göttin [05:20]
  • 3 Gottes Acker [07:04]
  • 4 Trommler Tod [06:52]
  • 5 Der Ûzsieche und sîne Grimmede [07:18]
  • 6 Wechselbalg [05:14]
  • 7 Slahtære [02:13]
  • 8 Der Opfersprung [07:37]

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Pas d'informations sur l'enregistrement.

line up

Menetekel

remarques

Sorti en cassette, et sur bandcamp.

chronique

En lisant ou écoutant des choses très catastrophistes, millénaristes, apocalyptiques, j'ai découvert que la Suisse avait organisé des opérations de simulation d'attaque par ses voisins, afin de peaufiner donc leur protection face à d'éventuels "envahisseurs" affamés qui viendraient fouler les terres ô combien jolies de leur Confédération. Je me suis dit : "Mais pourquoi ? Qui voudrait envahir la Suisse ?". Et comme réponse j'ai eu : "sais pas". Alors j'ai voulu revoir un peu ce qu'est le métal par là-bas, vu qu'il n'y a pas plus parano comme musique. Outre les classiques du vieux black que vous connaissez par cœur, les choses grindcore ou mathcore qui ont fait vibrer mon adulescence de rythmes cadencés, j'ai lu les charts de ci de là pour l'année 2017 vu que j'aime bien que d'autres pensent à ma place pour pouvoir me sortir un panorama du monde dans lequel je vais piocher sans vergogne parce que derrière la mutualisation du travail je me cache tel un assoiffé de connaissance méga-feignasse. Et ce nom ressort assez régulièrement : Ungfell. Je n'ai pu trouver à l'époque de l'achat qu'une copie chez un label américain. Alors, en plus d'être info-paresseux j'ai fait cramer des hectolitres de merde soufrée pour me faire emmener "par avion" cette petite cassette de moins de 60 grammes ! Et je réécoute maintenant parce que les premières, d'écoutes, m'ont laissé une seule sensation : celle d'écouter un ersatz de Peste Noire première période. Les breaks, la noirceur des paroles avec des trucs de mort mais sans les trucs de cul, les plans de batterie, les solos, le son même de sa guitare, tous les gimmicks qui font que ce groupe garde toujours un petit "cachet" (?) et même les références à un Moyen-Âge finalement plus loufoque que celui de Jacquouille la Fripouille, avec des petits morceaux trololo + tambourin + guimbarde + cordes frottées classées monuments historiques + machins en bois + Malicorne. Bon. Et aujourd'hui : ben aujourd'hui c'est idem ! Comme quoi, on ne change rien, on continue mon gros ! Garde les mêmes avis ! Garde la frontière ! On ne sait jamais ce qui peut se passer ! On mourra peut-être tous et c'est proprement atroce ! Ah !

note       Publiée le mardi 27 février 2018

partagez 'Tôtbringære' sur les réseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Tôtbringære"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Tôtbringære".

ajoutez une note sur : "Tôtbringære"

Note moyenne :        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Tôtbringære".

ajoutez un commentaire sur : "Tôtbringære"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Tôtbringære".

merci pour le fusil... › jeudi 1 mars 2018 - 19:43  message privé !

Spamal pour aller aux champignons, mais l'écho des montagnes enneigées qu'ils ont foutu sur la voix colle mal avec l'instrumentation rustique.