Vous êtes ici › Les groupes / artistesTTemple of Void › Lords of Death

Temple of Void › Lords of Death

cd • 8 titres • 36:51 min

  • 1The Charnel Unearthing01:40
  • 2Wretched Banquet06:39
  • 3A Watery Internment05:49
  • 4The Hidden Fiend04:30
  • 5An Ominous Journey00:33
  • 6The Gift04:04
  • 7Graven Desires06:52
  • 8Deceiver in the Shadows06:44

extraits vidéo

informations

Enregistré et masterisé par Clyde Wilson au Mount Doom Studio.

Sorti en cd, vinyle, cassette, téléchargement sur bandcamp. Illustration par Paolo Girardi.

line up

Alex Awn (guitare), Eric Blanchard (guitare), Jason Pearce (batterie), Mike Erdody (voix), Brent Satterly (basse)

Musiciens additionnels : Omar Jon Ajluni (orgue, claviers)

chronique

Temple of Void est un groupe américain de death metal, ça se voit à la pochette qui ressemble à tellement de pochettes de death metal actuel ! Quand ce n’est pas du repompage de vieilles affiches de films d’horreur c’est un bis repetita de méli-mélo William Blake ou Turner pour cet aspect "évaporé" des formes / Jérôme Bosch ou Otto Dix pour la profusion des corps et leur entremêlement avec la damnation la plus putride ; mais bon. Il fait beau aujourd'hui, il neigeait le week-end dernier, et j’aime bien onduler mon corps et le mystère pas cher, donc vous aurez droit à ceci, bien packagé, avec au programme growls délivrés par le gutariste d’Acid Witch, et tout le reste par des gens qui apparemment ont commencé à apparaitre dans le jeu de la vie du métal via la création et la maintenance de Temple of Void. Qu’est ce qui pourrait différencier cette offrande particulière à la masse des autres machins sortis sous la même étiquette ? Eh bien je trouve qu’il y a déjà un bon talent à chier des mélodies qui tiennent bien la nuque, des arrangements qui font que les chansons sont accrocheuses, et une ambiance de conte funèbre enfin qui me réconcilie pendant un petit moment avec le genre, celui d’un death assez lent mais qui sait ausi varier les tempos comme un pachyderme fatigué, avec des notes jolies dans les solos et une épaisseur, une gravité globale assez euh... prégnante – les mecs remercient Hooded Menace entre autres dans les crédits pour vous donner un peu l’idée. Donc OK, jeune groupe, avec des nouvelles têtes (bien patibulaires) et ce Mike Erdody qui lui baroude depuis un moment dans cette scène étrange de death metal très stupéfié, mélangeant les influences psychédéliques et celle de la charogne typique du death très guttural et primitif - celui-ci nous délivre quand même une belle prestation de gros chanteur de death comme s'il avait fait ça toute sa vie, en sus d'un moment très Ronnie James Dio sur "Graven Desires", pas du tout piqué des hannetons. Cet esprit groove et gras et ce soupçon d’amour pour l’hypnose et la somnolence font que ce groupe saura meubler tel un opioïde les amers tiroirs de votre conscience, ne demandant qu’à être remplis d’un substitut à l’ennui, à la détresse ou au sentiment de toujours écouter la même chose.

note       Publiée le lundi 18 décembre 2017

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Lords of Death" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Lords of Death".

notes

Note moyenne        1 vote

Connectez-vous ajouter une note sur "Lords of Death".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Lords of Death".

Potters field Envoyez un message privé àPotters field

J'aime bien celui d'avant par contre !