Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesGCarlo Gesualdo Da Venosa (1560-1613) › Leçons de ténèbres feria quinta

Carlo Gesualdo Da Venosa (1560-1613) › Leçons de ténèbres feria quinta

9 titres - 53:02 min

  • 1/ In monte oliveti 4.56
  • 2/ Tristis est anima mea 5.04
  • 3/ Ecce vidimus 9.01
  • 4/ Amicus meus 4.28
  • 5/ Judas mercator pessimus 2.33
  • 6/ Unus ex discipulis meis 5.43
  • 7/ Eram quasi agnus innocens 7.59
  • 8/ Una hora 4.35
  • 9/ Seniores populi 8.27

enregistrement

Enregistrement 1970, prise de son Pierre Studer

line up

DELLER CONSORT : Honor Sheppard, Christina Clarke (sopranos) ; Alfred Deler, Mark Deller (contre-ténors) ; John Buttrey, Neil Jenkins (ténors) ; Maurice Bevan, Norman Platt (barytons) ; Direction : Alfred Deller

remarques

chronique

Styles
musique classique
Styles personnels
musique sacrée-renaissance

Pour cette première incursion de musique dite classique sur guts of darkness, il fallait une œuvre gutsienne… à la fois sombre, expérimentale, et même underground. Les «Leçons de ténèbres» de Carlo Gesualdo répondent à ces critères. Underground à l’époque, Gesualdo le fût, et aujourd’hui encore, le prince deVenosa n’est pas vraiment grand public. Pourquoi cela ? Tout simplement parce que, en effet, il fût expérimental. Prince, et donc libéré des contraintes d’adhésion du public, il composa sa musique à l’abri des courants et mouvements de son époque, que domina le grand Claudio Monterverdi. Non seulement il pratique donc le motets A capella dans la tradition de l’Italie ancienne, à plusieurs voix, mais en plus, il montre une liberté harmonique et mélodique impensable pour l’époque, puisqu’il puise allègrement dans le chromatisme, trois siècles avant la révolution dodécaphonique. Les leçons de ténèbres de Carlo Gesualdo se présentent donc comme des chants polyphoniques saisissants. La culture dans laquelle ils s’inscrivent est celle de pièces à la fois implorantes et méditatives, on chante lentement, à la gloire, mais aussi en soumission. Les attaques de phrases sont lentes et crescendo, les voix s’élèvent toujours avec peine depuis le silence, et elles se déploient en mélodies multiples, créant, aux hasard de leurs parcours indépendants, des rencontres harmoniques convergentes exceptionnelles. Dans cette forme couramment entendue de chants religieux du moyen-âge, les audaces chromatiques de Gesualdo sont alors étonnantes. Comme des plis, des inflexions imprévisibles au détour de chœurs autrement si doux et solennels. A l’austérité de la forme et du sujet de ses pièces, Gesualdo va donc ajouter le voile de l’étrange, et à l’authenticité de sa partition se mêle une couleur contemporaine illusoire certes, mais confondante. A capella, lorsque le Deller Consort s’y colle, il n’y a pas d’erreur. A Alfred Deller on doit la redécouverte de la technique dans les années 50 des contre-ténors ; autodidacte, il reste aujourd’hui un des plus fins et investis haute-contre de l’histoire du disque. Ce n’est pas parce que c’est du classique (renaissance italienne pour être plus précis) que la note monte à 6. C’est parce qu’il s’agit de la rencontre merveilleuse entre une partition étrange et unique, et la passion d’un interprète d’exception pour les oeuvres rares…

note       Publiée le samedi 25 mai 2002

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Leçons de ténèbres feria quinta".

notes

Note moyenne        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Leçons de ténèbres feria quinta".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Leçons de ténèbres feria quinta".

troubadourpaladin › dimanche 28 février 2016 - 06:44  message privé !

Sheer-khan, je suis un admirateur de ton don , tu manis la plume a merveille apres avoir lu ton post je voulais cette copie de Gesualdo moi un grand fan de classique ancien, fait nous une immense joie de chroniquer Roland de Lassus prophethiae sybillarum j'ai une excellente copie sur hyperion, et Roland de Lassus nous offre ici sont plat de resistance avant-gardiste gesualdien avant que Gesualdo ne vois le jour, tu te dois a moi a toi a nous tous de chroniquer cette œuvre svp, cette œuvre est gutsienne , ok je l'admet je jette cette expression a outrance, alors j'explique ce qu'est pour moi le facteur gutsien, l'avant-garde le sombre l'obscur en grande parti l'underground qui sort des sentier battu, et je m'excuse si je me suis mal comporter ou mal repliquer aux menbre de guts of darkness , je suis soupe aux lait voila, et j'aimerais beaucoupe voir Solage sur guts of darkness un pionier de l'experimental pre Gesualdo pre lassus a la fin du 14 ieme siecle, un vénérable menbre de l'école dite ars subtilior (l'art subtil), tres experimental et contemporain , Solage merite sa place ici pour deux raison sa musique disjoncter et c'est un français,hors Guts of Darkness dois faire un article sur lui.Bon je sais j'en demande beaucoup, mais quand même c'est deux compositeur mérite une place sur guts of darkness.Enfin a vous de juger, je n'ai pas d'autre requete a faire dans le genre, vous faite du bon boulot j'ai pas mal de disques que vous chroniquer et votre site me bote.

troubadourpaladin › jeudi 10 décembre 2015 - 00:23  message privé !

P-e quelqu'un qui possede l'art de la plume, pourrait nous décrire les madrigaux de Gesualdo sur naxos qui sont géniaux et a prix fort enviable louable,en plus l'ensemble delitea musicea c pas de la merde aller quelqu'un sur guts of darkness attaquer vous aux plat de résistance Gesualdien ses madrigaux ,moi je suis un fan convaincu et avouer je louange le prince noir et c mélodie, part hazard vous avez pas vu death for fives voices de Herzog le realisateur de film.Aller quelqu'un ici attaquer vous a ses madrigaux ou un madrigal que vous trouver sympha moi j'aime le 3ieme perso...

troubadourpaladin › jeudi 1 octobre 2015 - 04:16  message privé !

Sigur_Langföl, merci de tes encouragements. Au fait, va-t-on voir du Roland De Lassus - appelé aussi Orlande De Lassus ou Orlando Di Lasso - le grand maître flamand de la Renaissance ? Je trouve que sa sonorité se rapproche dangereusement de Gesualdo point de vue dissonnance, et les élongations me semblent similaires. Enfin c'est mon avis quoi.

Sigur_Langföl › jeudi 24 septembre 2015 - 06:10  message privé !

Tu sais pas comment, mais tu viens quand même de le faire. Pas besoin de faire de la poésie pour exprimer la tendresse qu'on peut avoir pour certains albums. Te gênes pas!

troubadourpaladin › mercredi 23 septembre 2015 - 16:11  message privé !

J'ai pas mal de disque de Gesualdo j'ai 3 version de tenebrae responsoria, j'ai sont coffret de madrigaux que je considere saint-graal parmi mes disques et j'ai ses motet et sa musique sacrée livre 1 liber primus(en deux version de luxe avec instrument et naxos) et livre 2 liber secundus, deux beau disque.Le malheur est que je ne sais pas comment poster des chronique ici bien gutsien.Mon madrigali favori reste le 3 ieme.