Articles

Vous êtes ici › ArticlesInterviews › BALROG - interview avec B.S.T. (chant, guitares)

Ce document est lié :
 - au groupe / artiste Balrog

BALROG - interview avec B.S.T. (chant, guitares)

par Nicko › dimanche 6 avril 2008

1/ Salut ! A l'origine, Balrog était ton projet solo. Avec ce nouvel album, "Ars talionis - The art of retaliation", le troisième, on a de plus en plus l'impression d'avoir affaire à un groupe au complet, est-ce le cas ou restes-tu le seul maitre à bord ?

B.S.T. : Chaque membre apporte quelque chose au son global de cet album, mais je reste l'unique compositeur dans ce projet. Ceci dit, le fait d'avoir un line-up composé de personnes qui souhaitent vraiment aller dans la même direction que moi fait vraiment une différence, il y a une véritable osmose, qui se ressent sur cet album et sur scène, lors de nos rares prestations scéniques.

2/ Ce nouvel album me semble être plus organique, plus typiquement black metal que le précédent. Etait-ce une volonté de ta part de revenir à l'esprit original du black metal, tout en gardant une très bonne production ?

B.S.T. : La démarche a vraiment été de s'orienter vers une production crue, live, authentique. Nous avons finalement cessé d'utiliser des triggers sur la batterie, très peu d'édition a été effectuée, nous avons aussi choisi de ne pas doubler les guitares, pour obtenir se résultat très vivant et organique, comme tu dis. Et le mastering a renforcé le côté ultra agressif et tranchant. Au final ça sonne assez proche de notre rendu en concert.

3/ Le groupe est à l'affiche du prochain Black Metal Is Rising IV à Paris le 17 mai. Quel est ton avis sur la scène black metal actuelle ? As-tu des coups de coeur récents ?

B.S.T. : En matière de black metal ou assimilé, le groupe qui m'a fait le plus vibrer ces derniers temps est définitivement Deathspell Omega, sinon j'aime beaucoup le "Virus STN" de Diapsiquir... En dehors de ça j'ai apprécié quelque groupes avec lesquels j'ai bossé comme Hell Militia, The One, VI, Nyseius...

4/ Lors de ce concert, tu assureras aussi le set d'Aosoth, qui aura la difficile tâche d'ouvrir les festivités. N'est-ce pas trop difficile d'enchainer deux prestations pour deux groupes différents le même soir ?

B.S.T. : Ca risque d'être un peu dur physiquement, mais je l'ai déjà fait, je survivrai. En fait j'ai greffé Balrog sur cette affiche pour dépanner les Acteurs de l'ombre, car un des groupes a du renoncer à participer au festival. Je ne suis pas toujours très enthousiaste à l'idée de jouer live avec ce projet, car c'est dur physiquement, et je ne considère pas la scène comme un priorité pour nous.

5/ Y'a-t-il d'autres concerts de prévu pour Balrog ? Une tournée peut-elle être envisageable ?

B.S.T. : Nous jouons le 11 avril à Niort, et le 19 avril a Montbéliard. Je ne suis pas totalement fermé à l'idée d'une tournée, mais c'est loin d'être une priorité. De plus les musiciens qui m'accompagnent ont pour la plupart des jobs qui ne permettent pas forcement de prendre autant de temps libre...

6/ Je parlais justement de ta collaboration au groupe d'MkM, Aosoth. Peux-tu nous en parler ? Quel ton rôle dans ce groupe ?

B.S.T. : Le line-up actuel d'Aosoth ne se compose plus que de deux personnes, Mkm, qui ecrit les textes, chante, et dirige l'aspect visuel et idéologique du groupe, et moi qui écrit la musique. Nous avons enregistré un album qui devrait sortir vers le mois de juin chez le label suédois Total Holocaust Records. C'est un album de pur black metal très cru et primitif, Rien de très révolutionnaire, juste du black très religieux et traditionnel.

7/ Tu joues dans beaucoup de formations différentes et pas toujours localisées au même endroit (Balrog, Aborted, Genital Grinder, Aosoth). Comment arrives-tu à gérer tout cela ? Ton emploi du temps doit être pour le moins infernal.

B.S.T. : Disons que certains groupes sont plus actifs que d'autres, et j'ai un travail qui est assez flexible au niveau des horaires donc je trouve toujours un moyen de m'arranger. Certes, je me repose assez peu ces derniers temps...

8/ Comment te situes-ty par rapport à toutes ces formations auxquelles tu collabores ? Tu as des priorités ?

B.S.T. : Aborted a évidement une actualité plus chargée, plus de concerts, un plus gros label. D'un point de vue strictement artistique je suis plus impliqué dans Balrog, qui est très personnel, mais à côté de ça je ne ressens pas le besoin de m'exprimer avec ce projet sur scène. Genital grinder est un groupe d'amis, passionnés de death à l'ancienne. Quant à Aosoth, je suis impliqué en tant que musicien et producteur, mais ça reste le groupe de Mkm.

9/ Sur le dernier album de Balrog, un morceau est écrit entièrement en hébreu, "Antithesis of Existance", c'est assez rare de trouver cette langue dans le black metal. Qu'est-ce qui t'as poussé à écrire ce titre ? Tu as appris la langue ?

B.S.T. : J'adore la sonorité de cette langue, et son caractère sacré. J'ai donc logiquement souhaité l'utiliser dans un contexte satanique. J'ai des notions de cette langue mais j'ai eu recours à l'aide d'une amie pour traduire le texte. Je pense que je referai des expérimentations de ce genre dans le prochain album.

10/ Comment vois-tu l'avenir de Balrog ?

B.S.T. : Difficile à dire. Je vais commencer à bosser sur un nouvel album à la fin de l'année, j'aimerais peut-être m'orienter vers quelque chose d'encore plus expérimental, ambiant, et dissonant. Mais il est bien trop tôt pour en parler avec précision, time will tell...

11/ Je te remercie d'avoir pris le temps de répondre à ces quelques questions. Je te laisse le mot de la fin.

B.S.T. : Merci pour l'intérêt que tu nous portes ! Bonne continuation! Ad majorem Satanae Gloriam.

Mots clés : interview, Balrog, Nicko, black metal et France

Dernière mise à jour du document : dimanche 6 avril 2008

Si vous étiez membre, vous pourriez réagir à cet article sur notre forum : devenez membre