Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesTThe Trio › Conflagration

The Trio › Conflagration

  • 1971 • Dawn VICP-62170 • 1 CD

6 titres - 48:28 min

  • 1/ Conflagration (7:41)
  • 2/ Malachite (10:00)
  • 3/ Nuts (6:56)
  • 4/ 6's and 7's (7:47)
  • 5/ B (6:32)
  • 6/ Afore the Morrow (9:32)

enregistrement

Londres, Angleterre, 1970

line up

Harry Beckett (Harold beckett) (cornet), Mark Charig (cornet), Chick Corea (piano), Nick Evans (trombone), Malcolm Griffiths (trombone), Dave Holland (contrebasse), John Marshall (batterie), Stu Martin (batterie), Mike Osborne (saxophone alto, clarinette), Barre Phillips (contrebasse), Alan Skidmore (saxophones ténor et soprano, flûte), Stan Sulzmann (clarinette, flûte), John Surman (clarinette, saxophone soprano et bariton), John Taylor (piano), Kenny Wheeler (trompette)

remarques

Il s'agit du pressage cartonné japonais à tirage limité

chronique

Styles
jazz
Styles personnels
british jazz > free jazz

Pour sa seconde publication sur Dawn, le Trio n'a plus de trio que le nom... J'en veux pour preuve la liste pléthorique d'invités qui orne de leurs patronymes respectifs une pochette aux aspirations à priori incendiaires. Une fois encore - mais ce n'est pas moi qui viendrait m'en plaindre - la crème de la scène jazz londonienne est présente, avec les décidément incontournables Mark Charig, Nick Evans et autres Alan Skidmore. Ils finissent presque par devenir un label de qualité en soi, la garantie d'un travail bien fait. Et "Conflagration" ne fera pas office d'exception. Épris du même farouche désir de liberté qui animait déjà leur premier enregistrement en commité réduit, ce nouvel opus pourrait servir d'illustration sonore à un des plus célèbres livres de William Faulkner ; une palpitation organique de bruit et de fureur. Difficile de donner l'appréciation la plus juste possible sur une musique telle que celle-là sans être tétanisé par la peur de ne pas être capable de lui rendre justice. Je ne vais pas revenir là-dessus ; on sait à quel point le premier album du Trio, cet énigmatique double album blanc, est époustouflant de rugosité et d'engagement. Son aspect dépouillé effraye et sa longue durée peut décourager. Voilà deux effets dont nous n'aurons plus à nous soucier sur cette suite explosive. Avec une formation élargie, la musique du Trio accroît fatalement son potentiel de densité et la fulgurance des attaques de cet ensemble de cuivres donne presque l'impression qu'ils sont réunis dans l'unique but de se livrer bataille. Pour s'en convaincre, il suffit de prêter une oreille à l'interprétation qu'ils donnent du "6's and 7's" présent sur leur album précédent. Dans son ensemble, le travail percussif des batteurs est tout simplement excellent ("Nuts") et accentue cet aspect quelque peu hétéroclite où chacun des solistes y va de son intervention personnelle, chacun dans son coin, l'oreille toujours rivée à ce que fait son voisin, consolidant le tout dans une sorte de magma sonore qui ne peut conduire qu'à la folie pure. Aussi exubérantes qu'extatiques, les compositions de John Surman ("Malachite" et "Afore the Morrow") possèdent ce cachet lyrique caractéristique qui comblera d'aise les amateurs du Keith Tippett Group.

note       Publiée le lundi 6 juin 2005

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Conflagration".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Conflagration".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Conflagration".