Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesAEyvind Alnaes (1872-1932) › Symphonie n°1 en do mineur

Eyvind Alnaes (1872-1932) › Symphonie n°1 en do mineur

  • 2010 • Sterling STERLING CDS 1084-2 • 1 CD

cd • 4 titres • 78:14 min

  • Symphonie n°1 en do mineur op.7 (1898) | 41:18
  • 1Allegro patetico12:45
  • 2Adagio12:03
  • 3Allegro6:36
  • 4Non troppo allegro9:54
  • Symphonie n°2 en ré majeur op.43 (1927) | 36:56

enregistrement

Enregistré à Reforma Baznika Riga les 31 juillet et 1er Aout 2009. Produit par Karlis Pinnis. Arne Akselberg (ingénieur). Producteur exécutif : Terje Mikkelsen

line up

Latvian National Symphony Orchestra; Terje Mikkelsen (direction)

remarques

chronique

Styles
musique classique
romantique
Styles personnels
symphonique

Partition typique du romantisme scandinave, la symphonie n°1 du norvégien Eyvind Alnaes est plutôt à réserver aux amateurs du genre. Largement picturale, forêts, ciels agités et lueurs d'automne, elle fait la part belle aux cordes et aux bois, alternant et mêlant les poussées thématiques orageuses aux détails de hautbois et de flûtes les plus évocateurs de la nature fantasque des pays du nord. Alnaes ne fait pas dans l'inédit ni l'invention ; il articule sa pièce autour de thèmes souvent dramatiques, charpentés par la lourde texture de cordes denses, en les appuyant de cuivres déclamatoires lors des fréquents accès de sons dont chaque mouvement, à l'exception du deuxième, est traversé. Comme souvent à cette époque dans ces contrées septentrionales, il n'est pas tant question d'humeurs et d'émotions humaines, que de paysages et d'aventures sauvages. Plus de vent que de larmes, plus de nuages que de véritables douleurs. L'adagio est ainsi symptomatique et assez passionnant dans sa capacité à aligner 12 minutes ralenties où s'entrelacent violons diaphanes, violoncelles obscurs et mélodies de clarinettes aurorales, des cuivres à l'affût dans les ténèbres, nous promenant toujours en deçà de toute forme de gaieté sans jamais sombrer dans la tristesse, malgré sa pesanteur émotionnelle, qui relève ici bien plus de la contemplation de la nature et des échos qu'elle fait naître en chacun, que de l'épanchement de pathos. Sans transcender le genre ni l'époque, Alnaes livre une belle partition, un beau voyage, aidé par une inspiration efficace et souvent délicate. Les trois allegro brillent d'harmonies riches et suggestives et leurs envolées puissantes sont habilement tempérées d'accalmies subtiles, touchantes et gracieuses. La prédominance de thèmes mélodiques ouvragés augmente l'aspect visuel d'une dimension narrative constante et, sans débauche de pupitres, le compositeur déploie une belle palette acoustique, savamment dosée. Pour les amoureux de forêts et de lacs, de montagnes et de champs d'herbe fraîche balayés par le vent, voici une jolie pièce de genre, tempétueuse et prenante malgré son manque incontestable de génie véritable. Tout le monde n'est pas Sibélius ou Alfvén, et si Alnaes ne fait pas preuve dans cette symphonie d'une grande personnalité, il montre un savoir faire, une application et une inspiration largement dignes d'intérêt. Sapins, bords de lacs et vent du nord, ce disque reste toujours moins cher qu'un aller-retour Paris Bergen, et nettement plus simple à caser dans un emploi du temps.

note       Publiée le samedi 23 novembre 2013

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Symphonie n°1 en do mineur".

notes

Note moyenne Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Symphonie n°1 en do mineur".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Symphonie n°1 en do mineur".

Sheer-khan › samedi 23 novembre 2013 - 15:03  message privé !
avatar

Pas autant que de lire un commentaire comme le tien, mon gars Nicko!

Nicko › samedi 23 novembre 2013 - 14:56  message privé !
avatar

Certes, c'est plus cher que ce disque, mais j'ai réussi à caser le Paris-Bergen dans quelques mois ! ;-) Et en tout cas, qu'est-ce que ça fait plaisir de te relire sur ces pages Sheer-Khan !