Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesSJohannes Schmoelling › Instant City

Johannes Schmoelling › Instant City

11 titres - 74:33 min

  • 1.Passing By (9:28)
  • 2.Giants Out Of The Fog (7:05)
  • 3.Instant City (4:52)
  • 4.Contemplating Clouds (7:27)
  • 5.Joyful Solitude (8:19)
  • 6.Rikscha Square (4:08)
  • 7.Viktoriapark (5:06)
  • 8.A Long Time Ago (8:30)
  • 9.Big Cityscapes (6:29)
  • 10.It's Your Birthday (6:39)
  • 11.The Time Seller (6:50)

enregistrement

Composé et enregistré au Riet Studio à Berlin entre 2005 et 2006

line up

Johannes Schmoëlling : Claviers, synthétiseur, percussions électroniques et FX

chronique

Styles principaux
electro
Styles personnels
musique Électronique new berlin school

Un nouvel opus de Johannes Schnoelling est un évènement en soi. On s’inquiète, on s’interroge. ‘’Qu’est-ce que Johannes nous réserve?’’. Moi? Ce questionnement me semble injustifié. Depuis que Schmoëlling a quitté Tangerine Dream, plus rien n’est pareil, même chose pour Chris Franke en passant. TD n’est plus pareil et Schmoëlling ne semble pas être l’ombre des mouvements synthétiques qu’il exhalait avec le Rêve Mandarin. Certes il y a eu le sublime Wuivend Riet. Album qui démontrait que Schmoëlling avait eu son mot créatif dans les années gracieuses de Tangerine Dream. Après Wuivend Riet, le musicien Allemand a bifurqué vers une carrière musicale où les arrangements orchestraux prenaient les guides, donnant des œuvres intéressantes, mais loin des rêves et espoirs des amateurs du légendaire trio à la pulpe de cristal. Instant City est à Schmoëlling ce que Mota Atma est à Tangerine Dream. C’est un album superbement mélodieux où Schmoëlling multiplie de sublimes arrangements orchestraux sur de titres aux rythmes variés. Passing By ouvre ce 8ième opus avec un doux piano nostalgique qui pousse ses notes à l’ombre d’un synthé suave. La mélodie se fond dans une atmosphère mélancolique et tranquillement, le rythme prend forme sur une belle séquence nerveuse, une basse ondulante et de belles percussions soyeuses. Soudainement, une belle strate synthétique aux essences d’un doux violon vient caresser cette délicieuse ambiance et casse le rythme en induisant un tempo plus lourd sur des arrangements orchestraux denses et des grosses envolées de violons hypnotique. Un très bon titre où le rythme nous transporte avec paresse. Sur une basse en écho, dans une atmosphère aux étrangetés sonores Giants out of the Fog évolue lentement. Effets sonores et basse qui vrillent en loupe pour s’écraser avec fracas sur une batterie qui insuffle un mouvement orchestral dense, au même mouvement rotatif. Plus serré, le rythme se traîne mélodieusement sur des effets sonores analogues féeriques. Instant City tourne autour d’un beat nerveux et circulaire. Langoureux, les innombrables violons ralentissent le rythme, donnant un effet de lourdeur magique où Schmoelling frappe son piano avec force dans un mouvement de spirale descendant. Un titre ‘’punchy’’ à la mélodie facile. Des petites notes traînent sur un nuage synthétique flottant et Contemplating Clouds nous enchante avec son jolie piano, ses chœurs discrets qui rêvent sur une ligne mélodieuse, agrémentée de superbes percussions aux effets sonores rêvasseurs. Joyful Solitude continue cette lancé romantique avec une autre belle mélodie flottante sur un nuage synthétique où les complaintes fusent sur des accords mélodieux aux arrangements orchestraux mélancoliques. Un titre agréable où le caractère ‘’lounge’’ s’unit bien à l’atmosphère légère. Un mouvement qui se poursuit avec Rikscha Square avec son beat nerveux, ses grosses nattes synthétiques et ses percussions qui claquent à l’étouffé. Viktoriapark est, de loin, le titre le plus intéressant sur Instant City. Sur un tempo haché, aux effluves du Moyen Orient, les notes vrillent avec écho et croisent un mouvement séquentiel rotatif aux accords de guitare. Le synthé souffle des airs flûtés qui se lovent avec soumission aux rythmes arabesques. Excellent titre. Un bijou. A long time Ago embrasse un mouvement plus nostalgique avec le doux piano de Schmoëlling qui se mêle aux suaves arrangements orchestraux. Un titre lent qui souffle comme une berceuse irréelle et qui embrasse un segment plus coloré où les solos de synthé fusent, aux effluves d’un lourd saxe sexué, sur des percussions traînantes, avant de retomber dans ses brumes nostalgiques. Sur une basse ondulante, Big Cityscapes embrasse plusieurs carrefours musicaux sur des mouvements mélodieux, parsemés de synthé soufflant des airs symphoniques, genre Asia. Aux travers effets sonores intriguant It's Your Birthday avance avec sensualité sur des accords de verre qui toisent un mouvement linéaire ‘’jazzy-lounge’’, avec un synthé crevant. Schmoëlling réussi à créer une atmosphère légère et intimiste. Un bon moment musical, démontrant que la Berlin School n’est pas nécessairement la panacée aux nostalgies. The Time Seller clôture ce 8ième opus de Schmoëlling sur une pulsation hypnotique, truffée d’effets sonores et enrobées de cordes de violons qui s’anime sur une séquence plus agitée. Tombant du ciel, les notes s’éparpillent sur un somptueux solo de synthé, fermant les livres d’un doux recueil d’histoires. J’ai bien aimé Instant City. Johannes Schmoëlling vieillit, comme Edgar, et produit des œuvres mélodieuses, comme Edgar, qui ont le malheur de toiser des oreilles qui espéraient tellement autre chose. Une délicieuse déception qui vaut l’achat, car c’est extrêmement beau et bien fait. Pour amateur de musique mélodieuse et enivrante, Instant City est une belle histoire. (lundi 21 août 2006)

note       

ajoutez des tags sur : "Instant City"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Instant City".

ajoutez une note sur : "Instant City"

Note moyenne :        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Instant City".

ajoutez un commentaire sur : "Instant City"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Instant City".

gkar02300 › mercredi 9 mai 2007 - 11:10  message privé !
Du très bon Schmoelling. A ecouter l'interview donnée sur radioeins....voir le lien sur son site perso
Note donnée au disque :