Forums de discussions

Vous êtes ici › Forums de discussionsMusiques sombres & expérimentales › Forum jazz

Recherche dans les forums


Sujet ou corps des messages :    Auteurs :    


Forum jazz

résultats 61 à 80 sur un total de 170 • page 4 sur 9

Message
NevrOp4th › vendredi 12 février 2010 - 18:00

Pas spécialiste du père Gillepsie , je n'ai écouté que Soul & Salvation et cet album est très bon.

Message
Coltranophile › vendredi 12 février 2010 - 18:06

N'étant (bizarrement?) pas fan de Gillespie, j'aurais du mal à vraiment te répondre. Il a beaucoup enregistré en big band dont certains sont très appréciés des aficionados comme "Gillespiana" avec les arrangement de Schiffrin. Comme Parker, ses enregistrements des années 40 sont fragmentés et éparpillés sur différentes compilations. Perso, j'aime bien sa rencontre avec Roy Eldrige sur Verve, "For Musicians Only" est pas mal bien qu'assez démonstratif (avec Sonny Stiit et Getz).

Message
ellington › vendredi 13 avril 2012 - 00:48

Le jazz sans soli . Le whisky sans glaçons . Les amis sans les confidences . L'amour sans Ava gardner . Le miroir sans s'y voir . Le blues sans pleurnicher .

Message
Scissor Man › vendredi 13 avril 2012 - 19:23

j'ai fait une écoute assez abusive de ce disque plus jeune.

Message
ellington › mardi 24 avril 2012 - 12:27

La belle rencontre !

le blues , la gentillesse , l'élégance . On est comme ça , chez les Ellington .

Message
darkmagus › dimanche 22 juillet 2012 - 19:41

Hello ! je vous invite à venir me rejoindre ici pour parler de cette musique, de ses courants, des ses artistes, de ses albums cultes ou moins cultes, à partager vos impressions, à demander des avis, des conseils, enfin, tout ce qui s'y rapporte... @+ Dom' Il s’est barré parait-il, Dom, alias Progmonster, c’est le gars qui a initié ce topic, il est parti. (enfin c’est ce que j’ai cru comprendre en saisissant des bribes de conversation de ceux qui nous gouvernent) C’était bien pourtant ce qu’il proposait le gars Dom-Prog. Dommage, sa culture jazz était vaste, ses critiques pertinentes, mais, bon, on est obligé de faire le constat suivant : il n’y a plus de chroniqueur de jazz sur GOD, et depuis qu’il n’y a plu de chroniqueur, il n’y a plus de chroniques ; Et les chroniques générant des commentaires, il n’y a plus de commentaires non plus, donc, le jazz est en train de disparaître de GOD, doucement, sans faire de bruit, (ce qui est la pire des insultes pour le jazz). Tiens c’était quand le dernier disque de jazz ou assimilé chroniqué ici ? Poouuuhhhhshhhhhwaaaahhhhhooouuuuulàlàààààà, j’étais même pas membre dis-donc, ouais, si, j’étais né quand même faut pas déconner . Ca serait bien, de relancer ce forum, qui malgré les efforts d’Ellington, est en train de sombrer dans l’indifférence. Il en va de la reconnaissance et de la survie sur GOD de ce qui est tout simplement le principal mouvement musical du 20ème siècle. Allez, je m’y colle, on verra si d’autre que le Duke suivront. Comme disait un ancien cycliste célèbre, fan de La Palisse et du Docteur Fuentes (ou Ferrari je sais plus) : « pour gagner, il faut prendre le risque de perdre »

Message
darkmagus › dimanche 22 juillet 2012 - 19:42

Je ne sais pas si vous êtes comme moi, mais les albums que je préfère sont des albums que j’écoute rarement, comme si  j’avais peur d’user mon plaisir comme s’usait les sillons des vinyls autrefois, (va savoir si ça va pas se mettre à crachoter au bout de nombreuses écoutes, où si tout simplement la magie allait disparaître).  Tijuana Moods est de ceux-là. Album préféré de Charles (et pas Charlie s’il vous plait, il n’aimait pas) Mingus, cet album est tout simplement sublime du début à la fin, c’est chatoyant, coloré, luxuriant, voire luxurieux, Tijuana étant une ville frontière entre les USA et le Mexique, et dont  la prostitution était l’activité principale. Mingus en a laissé une évocation détaillée, voire scabreuse (et vantarde) dans son livre « Moins qu’un chien ».  Mais le bouquin est loin de valoir le disque, dont les compositions et les arrangements sont d’une grande beauté, et la performance de tous les musiciens exceptionnelle, le trompettiste Clarence Shaw en premier lieu ;  Et puis on sent le prochain avènement du free jazz avant que le nom et le style n’existe, Mingus était un visionnaire, mais surtout un très grand leader.
Message
darkmagus › dimanche 22 juillet 2012 - 19:45

Je ne sais pas si vous êtes comme moi, mais les albums que je préfère sont des albums que j’écoute rarement, comme si j’avais peur d’user mon plaisir comme s’usait les sillons des vinyls autrefois, (va savoir si ça va pas se mettre à crachoter au bout de nombreuses écoutes, où si tout simplement la magie allait disparaître). Tijuana Moods est de ceux-là. Album préféré de Charles (et pas Charlie s’il vous plait, il n’aimait pas) Mingus, cet album est tout simplement sublime du début à la fin, c’est chatoyant, coloré, luxuriant, voire luxurieux, Tijuana étant une ville frontière entre les USA et le Mexique, et dont la prostitution était l’activité principale. Mingus en a laissé une évocation détaillée, voire scabreuse (et vantarde) dans son livre « Moins qu’un chien ». Mais le bouquin est loin de valoir le disque, dont les compositions et les arrangements sont d’une grande beauté, et la performance de tous les musiciens exceptionnelle, le trompettiste Clarence Shaw en premier lieu ; Et puis on sent le prochain avènement du free jazz avant que le nom et le style n’existe, Mingus était un visionnaire, mais surtout un très grand leader.

Message
Norris › mercredi 25 juillet 2012 - 00:51

Bon alors, je suis d'accord pour relancer le Jazz sur gus, ça manque.

Et puisque les commentateurs précédents parle de Duke Elligton, je ne saurais trop vous conseiller Money Jungle du sus-nommé, avec Mingus à la contrebasse et max Roach à la batterie. En rock on aurait appelé ça un super groupe ( et va te rabiller Cream -surtout toi Ginger Baker : à côté de Max Roach tu ressembles à un manchot retardé se cassant les dents sur le Djembé piqué au clodo dreadloqueux du coin). Très Grand album en tout cas ; facile d'accès à la fois qu’aventureux ; mélodique, blues, et pourtant totalement inouï.

Message
darkmagus › mercredi 25 juillet 2012 - 11:39

Merci l’ami d’être venu nous rejoindre pour défendre notre noble cause
Je n’ai jamais écouté ce « Money Jungle » là, je ne sais pas de quel enregistrement il est issu, je n’en parlerai donc pas, j’ai par contre Duke en petit comité avec Johnny Hodges et Harry « Sweet » Edison, un régal de Mainstream, où on entend le Duke pianiste, chose rare.
Roach, d’accord avec toi, un des 4 ou 5 meilleurs batteurs de jazz (donc de toutes les musiques ). J’ai beaucoup de cd où il est présent. Deux me viennent à l’esprit : le fabuleux « we insist ! Freedom Now Suite », suite musicale anti-ségrégationniste, considéré comme son chef-d’œuvre, qui comme le Mingus cité plus haut fait figure de manifeste free avant que le fruit ne soit vraiment mûr. Je l’avais trouvé chez un soldeur pour 2 ou 3 euros en réédition pour les « édition Atlas, les Génies du Jazz », et le Clifford Brown-Max Roach (y’en a 2, un en concert que j’ai en vinyl, et un en studio récemment réédité en cd, toniques, gras (comme on le dit des grands vins blancs), et souples à souhait). Le meilleur de Clifford Brown, qui mourra deux ans plus tard sur la route. Deux disques a posséder dans toute discothèque qui se respecte

Message
bubble › mercredi 25 juillet 2012 - 16:07

mon tiercé gagnant : Elvin jones , art blakey , max roach

Message
darkmagus › mercredi 25 juillet 2012 - 17:04

je ne suis pas un grand spécialiste de la batterie, mais j'enlèverai Art Blakey, trop hum, comment dire, trop basique, au profit de Tony Williams que j'adore (écouter Miles Smiles de Miles Davis en se focalisant sur la batterie: un régal).

Message
darkmagus › vendredi 27 juillet 2012 - 17:20




Un grand disque de Cecil Taylor.
Attention, amateurs de maelström sonore s’abstenir. Ce disque, paru sous diverses pochettes et diverses appellations (« The World Of Cecil Taylor », « Port Of Call », « Air », et peut-être d’autres encore), est un des rares disques d’un des fondateurs du free jazz qu’on peut mettre le soir avant de s’endormir (si on veut dormir ce soir là, off course).
C’est merveilleux d’introspection, « This Nearly Was Mine » étant ma plage préférée. C’est dans la veine de « Love For Sale », on pense à Debussy et Schubert, mais un Debussy qui aurait du feeling, et un Schubert qui aurait connu Satie….ou Debussy.
Et puis, valeur historique, Archie Shepp y grave ses deux premières faces.

Message
darkmagus › vendredi 27 juillet 2012 - 18:04


Jan Garbarek n’est pas sur le site, et ça ne me pose pas plus de problèmes que ça, même si beaucoup de disques du saxophoniste norvégien mériteraient d’y figurer.
Un disque cependant colle tout à fait à l’esthétique défendue ici, « Visible Word »,ne serait-ce que pour les 12mn30 du dernier thème, « Evening Land », ou Garbarek s’est adjoint la collaboration de la chanteuse norvégienne Mari Boine

Cette longue litanie saxo vocale véhémente, incantatoire, lancinante, inquiétante, bref magnifique est tout à fait dans la veine des musiques défendues ici.

Le reste du disque correspond à ce que l’on sait de Garbarek, qu’il est le digne héritier d’Edward Grieg pour restituer les climats norvégiens, bleus et glacés.

Message
Coltranophile › dimanche 29 juillet 2012 - 17:45

ECM vient de sortir un petit coffret trois CD de Garbarek avec trois de ses premiers enregistrements sur le label: SART sur lequel il n'est pas vraiment leader, "Witchi-Tai-To" et "Dansere". Les trois disques sont réellement intéressants et montre diverse facettes du bonhomme. Mais on est encore loin du Garbarek ambient et new-age cela dit.

Message
darkmagus › lundi 30 juillet 2012 - 14:54

Eh bien voilà un petit coffret que je m’achèterai bien, car malgré les 16 albums que je possède de ou avec Jan Garbarek, je n’ai toujours pas ces trois là, merci pour l’info.
Tu as raison sur l’évolution ambient de Jan Garbarek, qui me rappelle toute proportion gardée celle de Gato Barbieri. Ils sont passés tous les deux d’une musique apparentée free, pour finir dans un environnement plus tiède, tout en considérant que le petit chat argentin, qui avait atteint un plus haut niveau dans ses premiers enregistrements, (ça n’engage que moi) est descendu beaucoup plus bas dans le médiocre en fin de carrière. D’ailleurs, on ne peut pas parler de production médiocre pour Garbarek, il y a toujours un ou deux thèmes intéressants, même dans ses dernières productions, (ça aussi, ça n’engage que moi).

Message
darkmagus › lundi 30 juillet 2012 - 14:56

Et puisque je parle d’El Gato, je rappelle un live mémorable d’extase, de transe, et de folie communicative, superbement chroniqué d’ailleurs sur GOD. Le jouissif « El Pampero », approche idéale au free jazz pour les méfiants que cette dénomination inquiète.

Message
ellington › vendredi 3 août 2012 - 16:21

Pour ceux qui pourraient l’ignorer , toute la musique enregistrée antérieure à 1962 est tombée dans le domaine public ( on devrait plutôt dire « est elévée au domaine public » ).

Je recommande l’éditeur REAL GONE , qui repiquent les albums avec un bon son , le son des CD Columbia , Verve ou Impulse , et qui les collent par paquet de 8 sur 4 CD , le tout pour une dizaine d’euros . De quoi se faire un bon rayon Jazz , facile .

Ici , sur les huit albums , rien que du bon et au moins deux chefs d’œuvre : the clown ( avec Haitian fight song , whaa ) et Phitecantropus Erectus .

Les chro de Progmonster parlent bien des deux :

http://www.gutsofdarkness.com/god/objet.php?objet=2196

http://www.gutsofdarkness.com/god/objet.php?objet=2195

Message
darkmagus › dimanche 12 août 2012 - 09:43


Acheté sur les conseils de Coltranophile. Franchement pas déçu. Un coffret de trois superbes cd de Jan GARBAREK que je qualifierai de "post free soft expérimental".Il y a des soli superbes notamment de Bobo Stenson (p), Terje Rypdall (g), ou Arild Andersen (double bass).
Et à l'écoute de ce coffret,je reviens sur mon post précédent: Jan Garbarek manque cruellement sur le site.

Message
Coltranophile › samedi 18 août 2012 - 18:51

Si le coffret t'a plu, ECM vient également de sortir un "fond de tiroir" et pas des moindres: "Sleeper" un concert inédit du quarter européen de Jarrett datant de 1979 toujours avec Garbarek. Pour ceux qui ont déjà "Nude Ants" ou "Personal Mountains", cela risque de faire un peu too much. Toujours étonné d'entendre à quel point cette formation pulsait en live alors que les deux studios sont si policés.