Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesNNemesis › Gigahertz

Nemesis › Gigahertz

14 titres - 66:33 min

  • 1/ Gigaherz 7:35
  • 2/ Caryon 6:55
  • 3/ Vertical Horizon 5:20
  • 4/ Nautilus 8:00
  • 5/ Evolution Suite 38:08
  • a) Cryogenic 6:45
  • b) The First Sea 4:25
  • c) Origin of Species 1:45
  • d) Terra Firma 8:10
  • e) Koobi Fora 5:15
  • f) Meander 2:20
  • g) Out of The Cradle 1:20
  • h) The Final Frontier 5:35
  • i) Coldfront 0:30
  • k) Last Footprints 2:20

line up

Jyrki Kastman : Keyboards, synthétiseurs & FX Jarkko Lahti : Keyboards & synthétiseurs sur Improkrator

chronique

Styles principaux
musique électronique
Styles secondaires
musique électronique atmosphérique
musique électronique progressive
Styles personnels
musique Électronique progressive

Voici la 3ième vie de Gigahertz. Voici la 3ième vie de Gigahertz. Initialement Gigahertz fut réalisé en 1995 et était le 2ième opus de Nemesis après Xcelsior. Vers la fin de 2002, début 2003, l’album fut retravaillé puisqu’une autre compagnie était intéressée par ce projet. Encore là, le projet a avorté. Synth Music Direct a décidé de le produire en format MP3/CD-R, que l’on peut downloader à partir d’Internet. On peut aussi se procurer l’album sur le site Web de Nemesis au http://www.nettilinja.fi/~ahassine/news.htm , pour un service entier. C’est album manquant est en tout point conforme avec les rythmes changeants et martelants de Nemesis, un duo remarquable qui est juste arriver trop vite, dans l’échiquier musical. Gigaherz démarre comme Nemesis sait le faire. Un titre culte pour les fans qui réchauffait l’atmosphère torride des concerts du groupe Finlandais. Une séquence tournoyante avec un beat solide, ancré sur une basse moulante, martèle une ambiance striée de synthés aigus et délirants. On se croirait sortir tout droit des émules musicaux des émissions d’espionnages des années 70. Fidèle à son habitude, Nemesis joue sur ses tempos, passant de variances séquencées aux ambiances feutrées sur de belles mélodies synthétisées. Même en connaissant ce style, on est toujours surpris par les directions contradictoires des rythmes ambivalents. De fines notes qui semblent égarées, même si elles harmonisent le décor, flottent en ouverture de Caryon. Une ligne basse moule une structure atonique qui tient sur un synthé aux intonations rigoureuses, dont les réverbérations ornent une flore sonore toujours en suspension. Un voyage dans l’anti-matière, dans l’anti-rythme envoûtant de Nemesis qui se poursuit avec Vertical Horizon. Un mouvement statique aux milles atmosphères où les échos se mêlent aux pulsations qui se mêlent aux bourdonnements qui se mêlent aux … etc., que nous avons entendu sur Audio Archeology Vol. 1, tout comme Nautilus d’ailleurs, qui est toujours aussi charmant et envoûtant. Evolution Suite est un long voyage épique, où Nemesis exploite toute sa créativité sur des rythmes ambivalents. Avec son synthé flottant et ses effets sonores qui laissent percevoir des pas irréguliers, Cryogenic est un doux flottement synthétisé qui se moule aux modulations et aux subtiles formes de ce mouvement aux essences tribales inconnues. Le synthé est superbement beau et flotte avec une harmonie sensible. The Firts Sea et Origin of Species sont des suites ambiantes, aux mêmes atmosphères. En fait, il faut attendre à Terra Firma pour se mettre du rythme sous les pieds. Issu des abysses spatiaux, de fines pulsations basses et de discrètes percussions, assaisonnées d’effets sonores de mêmes familles, sont joint par un synthé aux notes nerveuses qui serpentent en écho. Un mouvement aux impulsions aléatoires sur des séquences hachurées qui vrillent et pulsent avec intensité sur des rythmes saccadés, voire syncopées aux hésitations rotatives exquises. Un titre intense qui traîne son désir des rythmes sur Koobi Fora, qui oscille entre les mouvements ambiants et rythmés, amenant la sonorité de Nemesis dans ces frontières aléatoires. Meander et Out of The Cradle s’enroulent sous les atmosphères cosmiques aux émanations psychédéliques avant d’ouvrir sur The Final Frontier et sa séquence ondulante, doublée d’un synthé indiscipliné qui lance des notes pèle mêles dans un espace surpris par cette assaut. Coldfront et Last Footprints terminent cet opus dans les souffles poussiéreux des synthés atoniques. Gigaherz n’est pas tout à fait le reflet des dernières œuvres de Nemesis. Il est plus ambiant, comme il est plus mystérieux. Après la sublime 1ière partie, le duo Finlandais nous entraîne dans une atmosphère lourde aux ambiances lentes qui cachent certaines longueurs. Au-delà cette petite faiblesse, Evolution Suite est d’une densité atmosphérique propre aux structures sombres et complexes de Nemesis. Les fans de ce duo seront enchantés, comme ceux qui aiment une musique sombre aux atmosphères lourdes et alambiquées. (dimanche 4 février 2007)

note       

ajoutez des tags sur : "Gigahertz"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Gigahertz".

ajoutez une note sur : "Gigahertz"

Note moyenne : Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Gigahertz".

ajoutez un commentaire sur : "Gigahertz"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Gigahertz".