Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesKKoЯn › Untouchables

KoЯn › Untouchables

14 titres - 65:00 min

  • 1/ Here to stay
  • 2/ Make believe
  • 3/ Blame
  • 4/ Hollow life
  • 5/ Bottled up inside
  • 6/ Thoughtless
  • 7/ Hating
  • 8/ One more time
  • 9/ Alone I break
  • 10/ Embrace
  • 11/ Beat it upright
  • 12/ Wake up hate
  • 13/ I'm hiding
  • 14/ No one's there

enregistrement

Conway studio, Hollywood, par Frank Filipetti. Mixé par Andy Wallace.

line up

Jonathan Davis (vocaux), Fieldy (basse), James Shaffer (guitare), Brian Welch (guitare), David Silviera (batterie)

remarques

Contrairement à ce que l'on pourrait croire, Untouchables signifie "incorruptibles"... Le disque contient la video de Here to Stay version censurée ainsi que "Here to stay (T-ray's mix)", en ghost track

chronique

Styles
metal
neo metal
ovni inclassable
Styles personnels
heavy / nu / groove

Quelle baffe ! Je dois dire que depuis la sortie de Follow the leader, je n'attendais plus grand chose du groupe, tant au niveau de leur compositions que de leur médiatisation exagérée. Et bien là, passée la première écoute gorgée d'a prioris et de fausses idées préconçues, çà fait un bien fou. Difficile de classer cet album. Bien moins torturé, noir et complexe qu'Issues, pachydermiquement lourd, efficace et mélodique. La première chose qui frappe, c'est le chant de Jon Davis. Extrêmement travaillé, diaboliquement heavy, riche, posé, directeur et accrocheur, les progrès sont indéniables. Les morceaux, quant à eux, reviennent à un style beaucoup plus radical, oscillant entre leurs débuts et les ambiances dérangeantes du dernier album en date, tout en restant arrangés dans les moindres détails. Les structures employées par la formation, pour leur part, continuent d'évoluer. De gros riffs efficaces aux sons aigus et maladifs, désormais, c'est plus de boucles mélodiques, au feeling groovy, parsemés de breaks delaissés. L'autre point remarquable du disque, c'est la production. Il aurait tout de même été regrettable qu'au terme de six mois de studio, on ait droit à un son de vieille démo enrouée. Pas de risque, dans son style, c'est assez impressionant. Visiblement, la quintette semble avoir mis un point d'honneur à booster les basses pour obtenir un son d'une lourdeur hallucinante. C'était déjà impressionant sur Issues, mais alors là... C'est simple, les grattes semblent avoir été accordées trois octaves plus bas qu'à la normale, et Fieldy joue d'une manière si ronflante qu'on pourrait croire à plusieurs bassistes ! Leur meilleur album ?

note       Publiée le lundi 12 août 2002

partagez 'Untouchables' sur les réseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Untouchables"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Untouchables".

ajoutez une note sur : "Untouchables"

Note moyenne :        65 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Untouchables".

ajoutez un commentaire sur : "Untouchables"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Untouchables".

vieille fessée › dimanche 31 mai 2015 - 17:49  message privé !

Bien à la première écoute, mais s'amenuise vite au fil des autres.

nowyouknow › dimanche 31 mai 2015 - 02:54  message privé !

Pas écouté Korn depuis des lustres mais la chronique d'Issues m'a donné envie... Et c'est peut être Issues justement que j'aurais du mettre... Untouchables est bof bof malgré ce son très lourd. Quand même quelques trucs sympas comme Here to Stay et Thoughtless. Et puis la nostalgie surtout.

Note donnée au disque :       
No background › lundi 18 juillet 2011 - 13:40  message privé !

Pas faux. Scritti Politti ça passe mieux (enfin Early).

Note donnée au disque :       
ericbaisons › lundi 18 juillet 2011 - 13:03  message privé !

Korn au ptit dej/brunch, c'est trop bourratif. C'est pas une musique du matin

No background › lundi 18 juillet 2011 - 11:36  message privé !

Trop produit je trouve. Je sais pas si leur nom vient vraiment de cette blague : "un mec bouffait le cul d'un autre, et en est sorti un bout de maïs"..., toujours est-il que KoRn, c'est quand même un truc crade d'ado, ça ne nécessite pas 6 mois de studio. Ici toutes les chansons ont la même structure, la même durée quasiment, la voix est lointaine et perd en émotion, le disque est difficile à s'enquiller en une traite...

Note donnée au disque :