Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesCSteve Coleman And Five Elements › Genesis & the opening of the way

Steve Coleman And Five Elements › Genesis & the opening of the way

cd | 20 titres

  • 1 Genesis: Day One [09:03]
  • 2 Genesis: Day Two [10:17]
  • 3 Genesis: Day Three [05:36]
  • 4 Genesis: Day Four [08:33]
  • 5 Genesis: Day Five [07:13]
  • 6 Genesis: Day Six [09:59]
  • 7 Genesis: Day Seven [13:48]
  • 8 Genesis: Awareness [03:51]
  • 9 Opening of the Way: Law of Balance [06:50]
  • 10 Opening of the Way: Pi [06:48]
  • 11 Opening of the Way: First Cause [04:31]
  • 12 Opening of the Way: Wheel of Nature [06:13]
  • 13 Opening of the Way: Rite of Passage [07:04]
  • 14 Opening of the Way: Regeneration [11:43]
  • 15 Opening of the Way: Organic Movement [02:55]
  • 16 Opening of the Way: The Law [07:21]
  • 17 Opening of the Way: Fortitude and Chaos [04:46]
  • 18 Opening of the Way: Seti I [05:14]
  • 19 Opening of the Way: Polar Shift [07:24]
  • 20 Opening of the Way: Third Dynasty [04:37]

enregistrement

Systems Two, Brooklyn, New York City, USA, 7-10 mars, 24-27 avril, 9-10 et 18 juin 1997

line up

Steve Coleman (saxophone alto), George Lewis (trombone), Andy Milne (piano), Greg Tardy (saxophone ténor), Regg Washington (basse, contrebasse), Ravi Coltrane (saxophone soprano et ténor), David Dyson (basse), Josh Roseman (trombone), David Gilmore (guitare), Sean Rickman (batterie), Vijay Iyer (piano), Yosvany Terry Cabrera (saxophone ténor), Barbaro Ramos Aldazabal (percussions), Aaron Stewart (saxophone ténor), Ramon Garcia Perez (percussions), Andre Atkins (trombone), Luis Cancino Morales (percussions), Tim Albright (trombone), Shane Endsley (trompette), Elektra Kurtis (violon), Nioka Workman (violoncelle), Miguel Diaz Zayas (percussions), Marlene Rice (violon), Kenny Davis (basse), Ralph Alessi (trompette), Jamal Haynes (trombone), Nabate Isles (trompette), Josh Jones (percussions), Gene Lake (batterie), Greg Osby (saxophone alto)

chronique

Styles principaux
jazz
Styles personnels
post moderne > m-base

Imposant double concept album, "Genesis & The Opening of The Way" réunit en son sein, et frisant presque la saturation, tous les éléments qui font de Steve Coleman un artiste qu'on aurait tort de prétendre connaître suite à un survol léger de sa carrière. À considérer peut-être comme une de ses oeuvres les plus importantes, on retrouve dans cette double affiche à la densité incroyable de nouvelles pistes au stade embryonnaire pourtant déjà bien développés qui seront par la suite intégrés sur d'autres disques comme "The Sonic Language of Myth". La formule, bien que complexe à mettre en place, est toute simple : un tapis de mesures au groove contagieux tournent toujours en boucle avec la même nonchalance pendant que le reste du groupe se partage simultanément les différents thèmes dans des va-et-vient incessants, où chaque élément s'efforce de rester bien en place, contribuant de concert à une réaction en chaîne qui voit la collision des harmonies se démultiplier dans un feu d'artifice généreux qui flatte les oreilles. "Genesis", le premier des deux disques, est à ce titre le plus emballant. Évoluant cette fois au côté d'un plus large ensemble, The Council of Balance, Steve Coleman voit sa musique s'enrichir de cordes et d'une formation de cuivres plus étendue encore. Un côté indéniablement symphonique - mais contemporain - en ressort. Une sensation vertigineuse. Quelque chose de dramatique aussi, et multiple. Le foisonnement de sons, demeurant toujours aussi limpide et précis, dresse face à l'auditeur autant de chemins qu'il se sent dans le besoin impérieux d'emprunter simultanément. Jamais lumière si opaque n'aura paru si flamboyante. Plus modeste, "The Opening of The Way" réintroduit le Five Elements en commité réduit et s'abandonne, comme de coutume, à une série d'improvisations dont la relative courte durée permet de ne pas souffrir à nouveau du sentiment de linéarité continue dans lequel une grande partie de ses disques se retrouvent enfermés bien malgré eux. Plus abouti que la discographie complète d'Aka Moon, et aussi bon que du Henry Threadgill, "Genesis & The Opening of The Way" est peut-être plus difficile à apprivoiser mais représente selon moi le meilleur ambassadeur - comprenez le plus sincère - de l'oeuvre de Steve Coleman. (samedi 24 décembre 2005)

note       

ajoutez des tags sur : "Genesis & the opening of the way"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Genesis & the opening of the way".

ajoutez une note sur : "Genesis & the opening of the way"

Note moyenne :        6 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Genesis & the opening of the way".

ajoutez un commentaire sur : "Genesis & the opening of the way"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Genesis & the opening of the way".

SEN › jeudi 27 septembre 2012 - 21:00  message privé !

Genesis est un chef d’œuvre interdimensionnelle ! Une bombasserie interstellaire ! Y'a pas plus constructif comme critique !

Note donnée au disque :       
stvtumcpil › jeudi 7 août 2008 - 05:12  message privé !
ca veut dire quoi m base ; et la mé electronique ?
merci pour le fusil... › lundi 3 septembre 2007 - 22:58  message privé !
ambitieux , le bonhomme s'est creusé les méninges (qui a dit pour une fois ?!?!!)
nicopojin › jeudi 21 juin 2007 - 16:59  message privé !
"Genesis + the opening of the way" : tout simplement l'opus le plus riche et abouti de la carrière de Coleman. Dense, ambitieux (orchestrration), novateur, c'est sans conteste le concept album le plus achevé mais aussi le plus difficile d'accès. Genesis, qui relate la création du monde (rien que ça!) est passionnant mais exigeant. Opening of the way, plus facile d'accès (format des Five Elements) est tout aussi passionnant, tout en offrant une richesse polyrythmique / polyphonique inédite dans l'oeuvre de Coleman, et dans le jazz tout simplement ! Un pur chef d'oeuvre qui sera apprécié à sa juste valeur dans... 10, 20 ans !
Note donnée au disque :       
betheking › mardi 2 mai 2006 - 09:52  message privé !
En parlant de Doudou N'Diaye Rose, j'ai vu un concert de lui avec un groupe breton qui jouait de la musique.. bretonne! avec instruments typiques, et le mélange avec les percu africaine était parfait! ça s'appelait bagad men hatan un truc du genre, je suis bien déçu d'avoir perdu ce disque!