Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesCCan › Saw delight

Can › Saw delight

  • 1989 - Spoon, CD027 (1 cd)

5 titres - 37:29 min

  • 1/ Don't Say No (6:28)
  • 2/ Sunshine Day and Night (6:02)
  • 3/ Call Me (5:33)
  • 4/ Animal Waves (15:19)
  • 5/ Fly by Night (4:07)

enregistrement

Inner Space Studio, Cologne, Allemagne, 1977

line up

Jaki Liebezeit (batterie, chant), Holger Czukay (effets, voix, chant), Michael Karoli (guitare, violon, chant), Irmin Schmidt (claviers, chant), Rosko Gee (basse, choeurs), Reebop Kwaku Baah (percussions, choeurs)

chronique

Styles principaux
progressif
world music
Styles personnels
kraut rock > new wave

"Saw Delight" fera prendre la mesure à Virgin qui, s'il pouvait se féliciter d'avoir mis la main sur un tel monument, devait dans le même temps s'en mordre les doigts d'avoir pris sous son aile un groupe qui disparaissait à petit feu. Élément irréfutable de cette implacable déliquescence ; Can subit son premier changement de line-up. Pas de départ à souligner, c'est bien ce qui est paradoxal, mais bien l'introduction de Rosko Gee (basse) et Reebop Kwaku Baah (percussions), ex-membres d'un Traffic lui-même en pleine déconfiture. Deux bassistes et un percussioniste en soutien de Liebezeit, voilà de quoi réjouir le fan qui sait à quel point tout Can est porté sur le groove. Déduction malheureuse puisque Lee et Kwaku Baah viennent pour ainsi dire remplacer Czukay et Liebezeit ! Le batteur se contente du minimum syndical, laissant le gros du travail à un Reebop Kwaku Baah à qui l'on en demande vraissemblablement trop. Une contre performance qui, en soi, ne choque pas outre mesure, tant ce pilier essentiel à la définition intrinsèque du groupe semblait avoir été peu à peu négligée ces derniers temps (c'était déjà très criant sur "Flow Motion"). Holger Czukay, quant à lui, cède donc sa basse pour se concentrer plus volontiers à des traitements électroniques et autres samplings divers. En tendant bien l'oreille, on peut en distinguer trois ou quatre sur tout le disque. Autant dire que le mentor de Can a définitivement jeté l'éponge ! Ces effets spéciaux pourtant, comme sur le long mais peu convaincant "Animal Wave", annoncent les traitements qui seront adoptés par Brian Eno sur "My Life in The Bush of Ghosts", album historique s'il en est. Que dire d'autre à propos de "Saw Delight" si ce n'est qu'il fait l'impasse sur les effets psychotropes de leur musique pour s'adonner presqu'exclusivement à leur interprétation toute personnelle des musiques du monde (le plus soukouss que nature "Sunshine Day and Night"). Bref, déjà ici c'est limite, alors c'est bien inutile de s'aventurer plus loin, même s'il ne reste que "Out of Reach" et "Can" à se farcir. Mais ces deux là sont vraiment pénibles. (mardi 19 avril 2005)

note       

ajoutez des tags sur : "Saw delight"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Saw delight".

ajoutez une note sur : "Saw delight"

Note moyenne :        4 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Saw delight".

ajoutez un commentaire sur : "Saw delight"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Saw delight".

Seijitsu › samedi 14 juillet 2012 - 23:26  message privé !

Un peu comme le précédent album, ça sent la fin. Saw Delight n'est pas désagréable et s'écoute volontiers malgré quelques moments un peu laborieux (et puis c'est vrai que Animal Wave est sympa), mais il manque un gros quelque chose. Ce quelque chose qui nous faisait vibrer sur leurs premiers albums (même si je place quand même Landed du bon côté de la barrière tant il m'apparait sous estimé). Ce quelque chose ne serait-ce pas la magie ? J'en ai bien l'impression...

Note donnée au disque :       
aur › mardi 5 octobre 2010 - 23:03  message privé !

OUT OF REACH, sorti en 1978, montre un groupe qui ne sait plus ou aller : une sorte de Santana Band Kraut ! La moitié de l'album est à jeter pour cause chansons insipides avec voix pitoyable (Roscoe Gee, le bassiste), l'autre est écoutable. CAN, sorti en 1979, rectifie le tir, avec qques bonnes surprises : notamment le très disco ASPECTACLE, et le très sombre SAFE : du DISCO-KRAUT très mélancolique. Et les solos et le son de Michael Karoli sont incroyables : seul Robert Fripp est capable d'avoir un tel son !!!

Note donnée au disque :       
Tango Mago › dimanche 17 juin 2007 - 09:45  message privé !

Radioactivity président.

Note donnée au disque :       
radioactivity › samedi 16 juin 2007 - 23:54  message privé !
partie -1 : Une femme sans âge me prend par la main; la légére pression qu'elle y imprime, à la fois rassurante et impérieuse, ne laisse aucun doute sur le déroulement des minutes à venir, il va me falloir la suivre...Le décors autour de nous a cette brillance fantômatique que seuls les rêves peuvent avoir. Une brume vaporeuse nous entoure. Je suis la femme sans âge, ne sachant, de l'excitation ou de l'inquiétude, laquelle allait l'emporter. Peu à peu la brume se dissipe suivant des mouvements géométriques compliqués jusqu'à ce que plus rien ne vienne troubler la scéne qui s'offre désormais à nous...La femme sans âge me regarde calmement avec cette expression que peut avoir une mére pour son enfant lorsque ce dernier ne sait pas qu'elle l'observe...elle m'invite à m'assoir, toujours sans mot dire comme si en ce point du temps et de l'espace, le seul mode de communication tenait au creu de la main...
radioactivity › samedi 16 juin 2007 - 23:53  message privé !
partie 0 : Nous sommes au bord d'un talus, embrassant un panorama lunaire semblant se perdre à l'infini. Devant ce soudain et abyssal élargissement de mon champs de vision, mon cerveau anesthésié a du mal à s'adapter, comme lors d'un brusque passage de l'obscurité à la lumiére. A une distance inquantifiable, suffisamment disproportionnée pour balayer les derniers doutes relatifs au caractére onirique de cette curieuse expérience, des hommes sans âges dansent autour d'un feu qui semble vivant tant sa présence est rayonnante. Sa couleur, d'un rouge intense, donne aux ombres spectrales qu'il projete un caractére improbable au milieu de ce décors lunaire,froid et nihilique.