Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesPPsyopus › Ideas of reference

Psyopus › Ideas of reference

9 titres - 43:16 min

  • 1: Mork and mindy (daydream lover)
  • 2: The white light
  • 3: Death
  • I...
  • 4: The longroad to the 4th dimension
  • 5: Mannequin
  • 6: Mirrorrim
  • 7: Imogen's puzzle
  • 8: Anomaly
  • 9: Bones to dust

line up

Fred Decoste • basse Adam Frappolli • chant Greg Herman • batterie Christopher Arp • guitare

chronique

Styles principaux
metal extrême
hardcore

Il y a peu, Ion Dissonance m'avait foutu une sacrée claque avec son premier album, véritable petit bijou de metal brutal synthétisant tout ce qui se fait de new school dans le milieu. On a depuis vu apparaître pas mal de ces groupes nu metal, genre Red Chord, Crowpath et compagnie. Psyopus est sans doute le rejeton le plus talentueux du lot. Plus brutal, plus technique, plus fou, Psyopus joue à un autre niveau. Luddite Clone meet Cryptopsy meet Humans Remains meet Dillinger Escape Plan. Les blasts sont innombrables, les descentes de manches n'en finissent plus, les dissonances et notes sifflées affluent par tornade, les trips jazzy ultra clichés sont bien entendus de la partie, tout comme les roulements de grosses caisses ahurissants et les hurlements à la Burnt by the sun. Parfois, des mélodies s'esquissent, pas trop longtemps, faudrait pas pousser non plus. Rien de bien original dans tout ça, vous en conviendrez, mais Psyopus est tellement brutal qu'il le vaut bien, à tel point qu'on pourrait presque qualifier ce "Ideas of reference" de grind progressif, oxymore s'il en est. Il vous en coûtera de nombreux déchirements musculeux suite aux moshs parts dissonants (si si, on peut faire des moshs parts avec des grosses dissonances !), les ralentissements suivis d'accélération puis de ce même ralentissements puis de cette même accélération (pendant au moins une dizaine de mesures), les sweeps vous donneront du fil à retordre (si tant est que vous soyez apprenti guitariste), quand à la batterie, le kit doit bien s'étaler sur 50 m² tellement ça part dans tout les sens. Alors, si tu as aimé Ion Dissonance, Pysopus est pour toi, sachant que tu ne trouveras là rien que tu ne pourras déjà trouver chez maître Ion, et dont le seul défaut sera d'être beaucoup trop, mais alors beaucoup trop technique. (mercredi 13 avril 2005)

note       

ajoutez des tags sur : "Ideas of reference"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Ideas of reference".

ajoutez une note sur : "Ideas of reference"

Note moyenne :        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Ideas of reference".

ajoutez un commentaire sur : "Ideas of reference"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Ideas of reference".

juj › jeudi 17 avril 2008 - 17:09  message privé !
tiens, je découvre avec leur suivant ... c'est rigolo, ce machin ; on dirait vaguement du Blood Brothers en moins Priscilla
SIKTH › mardi 13 mars 2007 - 21:58  message privé !
Le nouvel album est sorti et je peux vous dire qu'on est loin du revirement à la The End ! Plus de prise de risque aussi je trouve, que le second Ion Dissonance. Enfin les guitaristes jouent en tapping pendant presque tout le disque, il faut aimer ! Admirez le titre : our puzzling encounters considered
Note donnée au disque :       
heirophant › mardi 22 août 2006 - 22:55  message privé !
oua! à la première écoute, ca déchire bien le trou de balle ce truc! bon, je sais pas si ca tient la longueur tant de chaos ultra technique, mais pour l'instant, je trouve ca beaucoup mieux que ion dissonance.
lägg › lundi 13 juin 2005 - 13:33  message privé !
Bon Ok Sgmund, Trop d'ironie tue l'ironie.
lägg › lundi 13 juin 2005 - 13:21  message privé !
Bon Ok Sgmund, Trop d'ironie tue l'ironie.