Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesEEgo Eimi › The door of heart

Ego Eimi › The door of heart

8 titres - 67:38 min

  • 1/ Face off (6:31)
  • 2/ Extended Mule (13:19)
  • 3/ Air Abyss Mule (4:49)
  • 4/ Detachment (8:37)
  • 5/ At Millimetre a Year (4:22)
  • 6/ The Door of Heart (16:20)
  • 7/ Simeon Foreknowledge (2:28)
  • 8/ Simeon Said (11:12)

extraits audio

  • Il y a des extraits audio pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

line up

Alexander Skorobogatov (chant, guitare, programmation, bayan), Ivan Rozmainsky (claviers, synthétiseurs), Seraphim Skorobogatov (voix)

chronique

Styles principaux
metal
progressif
rock

Les aventures de Alexander Skorobogatov se poursuivent. Après un "Transcendental Diseases" aux allures gothiques s'il faut en croire les écrits de notre ami Twilight, et nous n'aurions aucune raison de ne pas le croire, le jeune artiste russe prend le pari de se frotter à d'autres langages. Désormais grandement aidé par la matière grise de Roz Vitalis, j'ai nommé Ivan Rozmainsky qui produit, interprète et co-écrit certains des titres, le projet Ego Eimi semble gagner en consistance. Tout démarre par un "Face Off" entre chanson rock et musique traditionnelle russe que les amateurs de After Crying entre autres n'auront aucun mal à assimiler et ce malgré le chant typique ici développé. Puis "The Door of Heart" tombe rapidement dans des plans assez surprenants, confirmant une fois encore la volonté affirmée de Skorobogatov à rester à l'écart de tout chemin balisé. Il s'attaque en effet à une interprétation toute personnelle de "The Mule", chanson phare du répertoire de Deep Purple, déclinée pour le coup en deux parties et dont finalement le thème d'intro seul est conservé. Délire guitaristique virtuose pour "Extended Mule" et version carrément planante sur "Air Abyss Mule"... De quoi satisfaire à la fois les amateurs de Yngwie Malmsteen et, disons, Edgar Froese ! Il devient très clair à partir de cet instant que les influences majeures de Ego Eimi, pour cet album du moins, sont à situer quelque part dans les hautes sphères de la musique seventies, qu'elle soit hard ou progressive. La guitare tient le haut du pavé sur pratiquement tout le disque, et si on peut lui reprocher quelques débordements excessifs, la plupart du temps elle garde bien à l'esprit son rôle de fil rouge et se montre le plus souvent capable de belles choses, apte à dessiner de belles mélodies au service de ses compositions ("Detachment", "Simeon Said"). Certes, les batteries sont programmées, mais avec un certain talent, donc rien de choquant outre mesure... "The Door of Heart" est une autoproduction honnête dépourvue ni de talent ni d'ambition. Il lui manque peut-être juste un peu de réussite... (jeudi 18 mai 2006)

note       

ajoutez des tags sur : "The door of heart"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "The door of heart".

ajoutez une note sur : "The door of heart"

Note moyenne : Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "The door of heart".

ajoutez un commentaire sur : "The door of heart"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "The door of heart".