Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesBBroken Social Scene › You forgot it in people

Broken Social Scene › You forgot it in people

13 titres - 56:39 min

  • 1/ Capture The Flag (2:09)
  • 2/ KC Accidental (3:50)
  • 3/ Stars And Sons (5:08)
  • 4/ Almost Crimes (4:22)
  • 5/ Looks Just Like The Sun (4:23)
  • 6/ Pacific Theme (5:09)
  • 7/ Anthems For A Seventeen Year Old Girl (4:35)
  • 8/ Cause = Time (5:30)
  • 9/ Late Night Bedroom Rock For The Missionaries (3:47)
  • 10/ Shampoo Suicide (4:05)
  • 11/ Lover's Spit (6:22)
  • 12/ I'm Still Your Fag (4:23)
  • 13/ Pitter Patter Goes My Heart (2:26)

enregistrement

Enregistré à Stars & Suns à Toronto Produit par David Newfeld Masterisé par Noah Mintz et Dave Newfeld. Piste 1 enregistrée par Jeffrey Remedios

line up

"Broken Social Scene, for this record, are" : Brendan Canning (Basse), Andrew Whiteman (Guitares), Justin Peroff (Batterie, shaker), Kevin Drew (Guitares, Claviers, Chant, feedback et backing vocals sur la 3, basse sur la 5, batterie sur la 10, piano sur la 11), Charles Spearin (Guitares, basse, claviers, boite à rythmes, harmonica, effets vocaux sur la 7, sampler, basse), John Crossingham (Guitares, basse, batterie, feedback), Emily Haines (chant sur la 7), Evan Cranley (Trombone, cordes, percussions), James Shaw (Guitares, guitare acoustique, trompette), Leslie Feist (chant sur la 4, la 9 et la 10), Susannah Brady (voix sur la 4), Brodie West (Saxophone), Ohad Benchetrit (Flute), Bill Priddle (guitare), David Newfeld (claviers sur la 8), Jessica Moss (violon)

remarques

chronique

Styles
pop
rock
post rock
indie rock
Styles personnels
indie rock experimental

Depuis la fin des années 90, les groupes indés canadiens intéressants ont proliféré presque aussi vite que les bons groupes indés ricains se sont raréfiés (ou plutot, comme c’est toujours le cas aux USA, marginalisés à mort). Parmi des groupes d’écorchés vifs tels qu'Arcade Fire ou Godspeed & ses dérivés, on trouve aussi, et quand même, des gens joyeux, dont les chansons aérées laissent passer l’éblouissante lumière du soleil de midi… Broken Social Scene. Une nébuleuse artistique plus qu’un groupe, comportant en son sein et selon l’humeur des femmes fatales comme Feist, Emilie Haines (elle aussi starisée depuis avec Metric) ou Amy Millan (Stars), des membres de Do Make Say Think et un bien entendu un grand manitou, comme chez Godspeed, mais nettement plus souple, le très hippie Kevin Drew . Et je précise que dans ma bouche ce mot est un compliment. On ne sait jamais. On atteint parfois jusqu’à 17 personnes, ce qui occasionne bien sur moult superpositions de guitares et force joli bordel sur scène. « You forgot in people » est un des disques les plus sensuels qu’on puisse trouver, un deuxième album (le premier étant passé bien inaperçu) à l’équilibre parfait entre expérimentation sonore et ballades post-rock paradisiaques disséminées sur tout le disque. Tout s’écoute avec une facilité déconcertante, s’écoule dans les oreilles avec langueur et volupté, tandis que les paroles évoquent parfois des histoires un brin cruelles (« I’m still your fag », lettre ouverte murmurée à un ancien amant du chanteur, aujourd’hui straight et en famille)… Un coté marginal revendiqué, donc, qui étrangement ferait penser parfois à Jean Leloup, cet autre gentle-looser sensible, bien que Toronto et Montréal, c’est pas tout à fait à côté, on sait. L’album s’ouvre et se ferme avec la plus extrême douceur, caressant l’auditeur comme avec ces 3 premières chansons embrumées par le sommeil, puis culmine sur la tuerie « Almost Crimes », qui renvoie l’intégrale Bloc Partol/Interpy/Franz Fernandel chez eux, sous le bureau d’Hedi Slimane, tuerie au cours de laquelle la sublimissime Feist chante comme jamais (voire comme Grace Slick), sur un beat punchy à souhait et des grattes noisy aussi salvatrices qu’une menthe à l’eau en plein été (pas maintenant quoi). A se demander décidément comment BSS a pu ne pas cartonner, malgré un plébiscite dans la presse déjà à l’époque. Après deux pistes « de repos », c’est au tour d’Emilie Haines d’ensorceler l’auditeur, méconnaissable sur un ovniesque « Anthems for a 17-year old girl » qui hante le cerveau avec cette étonnante impression d’ouvrir un journal intime, ou de pénétrer dans une chambre exiguë et mal éclairée d’adolescente par la fenêtre. La chanson n’est pourtant qu’un leitmotiv, mais terriblement addictif. Après une telle sortie hors des sentiers battus, le reste ne peut qu’en devenir anecdotique, quoiqu’on y trouve cette patate et cette fraîcheur qui fait si souvent défaut aux groupes de post-rock. Un futur album culte, oscillant entre beau à pleurer et idéal pour repeupler la planète...

note       Publiée le jeudi 12 juillet 2007

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "You forgot it in people".

notes

Note moyenne        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "You forgot it in people".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "You forgot it in people".

Seijitsu › mercredi 16 mars 2011 - 23:34  message privé !

Quelle belle découverte ce You forgot it in people ! Dans le style pratiqué (c'est à dire ce mélange indie rock/post rock), cela me fait beaucoup penser à Menomena. Mais je préfère largement Broken Social Scene car plus varié et plus constant dans la qualité.

Note donnée au disque :       
Head › dimanche 15 juillet 2007 - 18:10  message privé !
Un disque inusable, tout comme le second album (qui mérite la même note), tout autant performant en cette ambiance festivale. En concert, pour les avoir vus à Rock En Seine en 2006, c'est curieusement moins le fouillis que sur disque, ça sonne plus organique, free, mais c'est toujours aussi ensorcelant.
Note donnée au disque :