Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesKFrank Klare › Digitalic

Frank Klare › Digitalic

6 titres - 70:57 min

  • 1 Digitalic One 17:29
  • 2 Digitalic Two 8:05
  • 3 Digitalic Three 10:52
  • 4 Digitalic Four 10:07
  • 5 Digitalic Five 12:31
  • 6 Digitalic Six 11:50

enregistrement

Enregistré de 2003 à 2007

line up

Ron Boots (Keyboards & Électroniques), Frank Klare (Keyboards & Électroniques)

remarques

Pour entendre des échantillons sonores et en savoir plus sur l’artiste, visitez son site web au : http://www.frank-klare.de/

chronique

Digitalic est la conclusion d’Analogic paru en 1999 et ré édité en 2005. Comme Analogic, Frank Klare nous propose 6 titres, mais au lieu de la douceur et du flottement spirituel de l’analogue, Digitalic est d’une dureté musicale extrême où le numérique et la complexité des émotions sont maîtres. Digitalic One ouvre l’œuvre avec une courte réflexion harmonieuse en guise d’intro. Une légère boucle séquentielle mélodieuse vrille avec une docilité minimalisme. Graduellement, une ligne de basse s’installe sur des percussions cymbalistiques hypnotiques. L’univers sonore est riche et dense, lorsque que les froids claquements d’une percussion métallique anime le titre d’un soubresaut hyper digital, donnant à Digitalic One une force musical peu commune, habillée d’une cuirasse synthétique dense, qui superpose des couches musicales minimalismes, créant une ivresse sonore qui trouve sa force dans le mode échotique par modules interposés. Un superbe titre qui introduit un album à la limite d’un paradoxe artistique. Nerveux et hypertendu, Digitalic Two descend comme une spirale inversée où les notes se multiplient dans une course folle. Un peu comme un forcené qui court après sa queue, convaincu d’être guidé par d’étranges voix métalliques. Les partie trois est quatre sont de superbes approches de la Berlin School actuelle avec un souffle d’antan, rappelant les ivresses analogues. Frank Klare y multiplie des boucles inter lacées, dans une symphonie minimalisme soufflée de bref sursauts synthétiques qui se perdent dans une cacophonie stylisée où l’harmonie retrouve une route chaotique d’une froideur digitale très concluante. On sent la touche de Ron Boots sur Digitalic Five et Six. Si la première est une superbe procession hypnotique, digne des grands moments tribaux de Steve Roach, la seconde est plus laborieuse sur une belle séquence basse qui ondule un tempo hésitant, sur de suaves souffles éclectiques d’une chaleur aborigène. Un titre aux percussions discrètes, qui définit plus la vision des 2 artistes, sur un rythme croissant et un superbe synthé enveloppant. Digitalic est un album à 2 volets; la première partie de Frank Klare est un immense flot sensoriel où la froideur est enrobée d’une étrange sensation de schizophrénie latente eu égard aux incroyables spirales qui surplombent cette portion. La seconde partie, celle avec Ron Boots, est tout à fait son contraire. Donnant à Digitalic un caractère unique qui allie démence et sérénité sur de superbes alliages minimalismes. Un album puissant qui dépeint les fortes influences de Frank Klare et Ron Boots sur le merveilleux monde de la MÉ.

note       Publiée le jeudi 12 juillet 2007

partagez 'Digitalic' sur les réseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Digitalic"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Digitalic".

ajoutez une note sur : "Digitalic"

Note moyenne : Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Digitalic".

ajoutez un commentaire sur : "Digitalic"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Digitalic".