Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesHHawkwind › S/t

Hawkwind › S/t

7 titres - 39:52 min

  • 1/ Hurry On Sundown (5:01)
  • 2/ The Reason is ? (3:30)
  • 3/ Be Yourself (8:07)
  • 4/ Paranoia Part 1 (1:09)
  • 5/ Paranoia Part 2 (4:09)
  • 6/ Seeing It As You Really Are (10:48)
  • 7/ Mirror Of Illusion (7:08)

enregistrement

Trident Studio, Londres, Angleterre, mars - avril 1970

line up

Dave Brock (chant, guitares, harmonica, percussions), Dik Mik (électronique), Terry Ollis (batterie), Nik Turner (saxophone alto, chant, percussions), John A. Harrison (basse), Huw Lloyd Langton (guitare)

remarques

La réédition EMI de 1996 comprend quatre titres bonus : "Bring It On Home" (3:17), "Hurry On Sundown" (5:05), "Kiss Of The Velvet Whip" (5:28) et "Cymbaline" (4:04) portant la durée totale du disque à 57:46

chronique

Styles
rock
Styles personnels
psychédélique

En matière de space rock, quelques groupes tiennent le haut du pavé... Nektar, Amon Düül II, Gong, Hawkwind... Mais aucun ne furent aussi fidèles à leur grammaire que les derniers cités. L'inconstance, voire l'inconsistance, des uns, le changement radical d'orientation pour les autres, tout cela laissa un boulevard énorme à la formation de Dave Brock, toujours en activité à l'heure où je vous parle, contre vents et marées et autres tours pendables que l'on doit à la vie, faute à pas de chance. Nous sommes en 1969 ; Hawkwind vient à peine de se former que déjà il enregistre sous la houlette de Dick Taylor (Pretty Things) leur premier album qui, comme tout premier album, montre clairement dans quelle direction le groupe désire se diriger sans parvenir à concrétiser pleinement leurs attentes. Encore trop instable, encore trop jeune et innocent, Hawkwind matérialise sur bandes magnétiques ses premiers rêves enfumés avec un manque relatif d'assurance mais une intention claire et précise, un entrain aussi frais qu'intact. "Hurry On Sundown", composition que le groupe traîne avec lui depuis sa toute première heure, et "Mirror Of Illusion" (sans parler des titres bonus aux racines blues rock plus affirmées) sont les seules plages du disque tributaires d'une esthétique héritée de la décennie précédente. Elles encerclent et renferment en son centre des jams hallucinées où le temps semble se dissoudre et/ou se prolonger dans des effluves d'encens, où toutes formes se disloquent pour ne devenir qu'un râle, un murmure qui accompagne le vent qui nous transporte dans un voyage multicolore plaisant mais sans passages véritablement marquants à même de bousculer l'auditeur. À l'instar du premier Nektar, le dépaysement suscité par l'écoute de ce disque n'est en rien désagréable mais faillit malgré tout à laisser une emprunte indélébile dans notre mémoire. Il va falloir songer tout doucement à augmenter sérieusement la dose.

note       Publiée le jeudi 5 juillet 2007

Dans le même esprit, Progmonster vous recommande...

partagez 'S/t' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "S/t"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "S/t".

ajoutez une note sur : "S/t"

Note moyenne :        10 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "S/t".

ajoutez un commentaire sur : "S/t"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "S/t".

Dioneo › jeudi 17 octobre 2019 - 16:05  message privé !
avatar

Bon, il est cool en vrai, ce premier Hawkwind. C'est sûr qu'il n'a pas la puissance, la lourdeur de ceux de la période "classique" toute proche - d'In Seach puis (surtout) Doremi à Space Ritual - ni l'inventivité particulière, la mouture bien personnelle de "rock de SF" d'après (dès Hall of the Mountain Grill, avec ses atmosphères bien spé) mais... N'empêche que ça passe tout seul, dans le genre planant qui ne fait pas encore complètement cramer les neurones ! L'ouverture bluesy Hurry On Sundown, les jams Paranoia, pas loin du Floyd des tous-débuts (la version psyché) ou, autrement, de certains moments d'Amon Düül II... déjà un truc qui le rapproche, plus largement, d'un "krautrock" alors pas forcément vraiment audible en dehors de ses terres allemandes d'origine (Be Yourself ou Seeing It As You Really Are, ça peut franchement faire penser à Neu! - qui n'avaient encore pas sorti son premier album - ou au Can de Monster Movies ou Soudtracks... voire carrément à des trucs genre La Düsseldorf, six ou huit ans plus tard. Et puis d'autres passages peuvent rappeler Harmonia ou ce genre de choses, de mémoire - mais ça je connais moins donc je ne m'étends pas).

Bon oui : je préfère moi aussi ce qui suivra mais... Voilà, il reste bien, bien cool, donc, cet inaugural. (Bon, mais vrai aussi, en revanche, que le son encore assez inconsistant rabote pas mal un truc comme Mirror of Illusion, qui mériterait de claquer bien plus que ça).

Note donnée au disque :       
Demonaz Vikernes › vendredi 12 octobre 2018 - 14:49  message privé !

A des années lumières de ce que Hawkwind produira plus tard, je trouve que cet album est vraiment plaisant. Hurry On Sundown, Be Yourself, Mirror Of Illusion ou Kiss Of The Velvet Whip sont vraiment des pistes très réussies.

Note donnée au disque :       
22goingon23 › mardi 26 mars 2013 - 11:36  message privé !

What a Cosmic Trip ! Cette chose égarante au casque procure de pures délactables fuites temporelles !

Note donnée au disque :       
magnu › vendredi 19 décembre 2008 - 16:57  message privé !

Je me suis racheté cette semaine cette version avec les bonus. C'est un des rare qui manquait à ma collection. Tiens, au fait, le catalogue de 1977 à 1997 va ressortir en 2009 en versionn remasterisée et en prélude il y a 2 coffrets de 3 cd couvrant cette période qui sont déjà dispo.

Note donnée au disque :       
VCSmoog › vendredi 17 août 2007 - 23:06  message privé !
"Une musique pour train fantôme", c'était le commentaire d'un journaliste de l'époque pour qualifier la musique d'Hawkwind ! Il est vrai que quand on écoute Paranoia ... Quoiqu'il en soit cet album est mythique et ma vielle platine DUAL s'en souvient certainement, vu le nombre de fois que le me le suis "overdosé".