Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesBBrighter Death Now › Great Death I

Brighter Death Now › Great Death I

cd | 7 titres | Great Death I min

  • 1 Great Death I [4:31]
  • 2 Evisceration [8:04]
  • 3 Certified Dead [7:59]
  • 4 Gore [6:49]
  • 5 Death Appeal [5:03]
  • 6 Moribund [4:50]
  • 7 Laudate Dominum I [10:53]

enregistrement

Enregistré entre 1991 et 1993 et mixé entre 1993 et 1994.

line up

Roger Karmanik

remarques

CD 1 du coffret Great Death, sorti originalement en vinyle en 1990. Les deux cds sont présentés dans un coffret noir limité à 1500 exemplaires avec le logo en métal incrusté sur la pochette.
La box contient un coupon de souscription pour le CD "Great death III" limité à 500 exemplaires numérotés (1996). Ce dernier comprend également un bon de souscription pour un vinyle picture 7" intitulé "Nordvinterdöd", également limité.

chronique

Longtemps, il n'aura existé qu'à l'état de phantasme pour moi, jusqu'à ce que la bonne fée du second hand vienne à mon secours: 'Great Death' constitue selon moi l'oeuvre la plus mystique de Roger Karmanik. Basée sur le thème de la mort, elle s'écoute presque comme un rituel. D'ailleurs, les choses démarrent très lentement, 'Great death I' n'étant qu'une plage de drones étouffés. Progressivement, une tension rampante s'installe, les infrabasses s'agitent en une boucle continue qui ressemble à une respiration organique, quelques montées grinçantes affleurent, quelques samples, hurlement étouffés très en arrière-plan...Le travail est soigneusement dosé, le bruit n'explose pas mais effleure comme une lame, il ne faut en aucun cas briser la tension qui ronge l'estomac comme une peur, les couches peuvent se superposer ('Moribund') mais sans surcharge excessive de sons. La deuxième partie rompt avec ce schéma rituel de manière très surprenante puisque le disque démarre par un horrible morceau disco (l'humour de Karmanik est tout de même bien particulier) qui m'a laissé croire tout d'abord que je m'étais laissé enfiler un faux disque mais dès le second titre, pas d'erreur: un sample symphonique et une boucle bruitiste d'une intensité terrifiante qui cueille aux tripes et s'installe comme un rouleau compresseur. Le ton a changé, la musique est plus violente, malsaine; les drones semblent plus lourds, les grincements plus tranchants...Après l'élévation spirituelle, c'est la douleur qui prend le relai, l'angoisse qui éclate sans retenue face à un danger dont on ne sait plus s'il est extérieur ou intérieur. Puis tout se brise, l'obscurité est absolue, seul résonne un battement funèbre et macabre; c'est 'Mortarium', peut-être l'un des titres les plus glauques de Brighter Death Now. Les pièces suivantes évoquent-elles l'après-mort ? Drones grondants, chants grégoriens, vocaux étouffés, bruissements métalliques...En tous cas, même dans l'au-delà, on peut se marrer puisque la conclusion est un collage de chants d'église naïfs, véritable bouffée d'oxygène après cette terrifiante plongée au coeur des ténèbres (et écoutez donc le titre fantôme planqué à la fin). A noter qu'il existe une partie III à 'Great Death' puisque le coffret inclut un bon de commande (strictement limité) pour l'acheter; deux titres figureront sur la compilation 'Greatest death' qui regroupe le meilleur de la trilogie selon vote des fans.

note       Publiée le mercredi 4 juillet 2007

chronique

On dit souvent que la mort est une question de point de vue : ce jour là, j'allais donc découvrir celui de Roger Karmanik. "Prends ça, tu y verras mieux" me dit-il en me tendant une poignée de psilocybes. Ces derniers permettaient de voir, toucher, sentir ce que la musique seule ne permet que d'entendre, et c'était le seul moyen de pénétrer dans sa machine à recyclage de cadavres. Sur le dernier chemin humainement empruntable, je repensais à ce bon vieux Dante Alighieri égaré dans la forêt en me disant que ce soir, j'étais Dante et Roger était mon Virgile. "Par ici !" Un premier grondement se fait entendre à des kilomètres à la ronde, et au loin se dessine déjà le lieu maudit que j'allais pénétrer et, je l'espère, en ressortir. Ce n'était pas une île mystérieuse comme un tableau de Böcklin ou une cité enflammée sur le bord d'un gouffre. Ce n'était pas non plus une montagne creusée et percée de bains de lave dans lesquels les âmes damnées dansent des rondes de douleur infinies sur des grills infernaux, encore moins une oubliette dans lequel les pécheurs hurlent leur souffrance, soumis à diverses tortures sisyphiennes tout en répétant les mêmes mots de haine envers les dieux à chaque nouveau cycle. Non, c'était une usine. Une gigantesque usine dont les cheminées que l'on pouvait deviner sous une épaisse couche de graisse vomissait des vapeurs délétères et noircissait encore un peu plus le ciel, comme si cela devenait nécessaire pour dissimuler chaque maigre rayon de lumière qui se risquait à toucher le toit du monstrueux bâtiment. "Tu perds ton temps à chercher des dieux ici, me dit-il en me voyant lever les yeux dans le ciel charbonneux, ici-bas il n'y a que des morts, des vivants et des morts-vivants." La porte, ou plus précisément les deux gigantesques pans métalliques aux charnières huilées par les coulées de graisse humaine qui débordait des cheminées, s'ouvrit lentement sous mes yeux. L'odeur nauséabonde de viande calcinée et de sang séché me retourna immédiatement l'estomac ; je repérais vite un seau pour y déverser mon déjeuner. Il se trouvait parmi une pile de semblables, rassemblés au milieu de serpillières ayant visiblement servi à éponger les hectolitres de fluides organiques débordant des cuves qui cernaient les murs de béton... (suite sur Great Death II)

note       Publiée le lundi 9 mars 2009

partagez 'Great Death I' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Great Death I"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Great Death I".

ajoutez une note sur : "Great Death I"

Note moyenne :        4 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Great Death I".

ajoutez un commentaire sur : "Great Death I"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Great Death I".

Hazincourt › mardi 24 mai 2016 - 17:03  message privé !

Il y aura peut être une réédition, mais bon pas sûre vu que CMI n'éxiste plus.

Dead26 › mardi 24 mai 2016 - 16:48  message privé !

Franchement chopper la box avec uniquement les 2 premiers volumes ça me ferait un peu chier surtout que j’adore le GD III, et en plus bonjour pour l'avoir séparément après. Mais rare sont les fois ou j’ai aperçu la totale en cd en bon état et à bon prix. Un jour peut être !

Note donnée au disque :       
Hazincourt › mardi 24 mai 2016 - 16:30  message privé !

Si il y a les deux premiers dedans cela me va :) Prix mini sur discogs 50e avec deux cd et ça vient d'italie, donc déja obligé de prendre un recommandé donc t'en a pour 70e facile à la fin ...

Dead26 › mardi 24 mai 2016 - 16:04  message privé !

La trilogie Great Death (complète avec les 3 cds et le fameux coupon) doit être le seul truc de BDN qui me manque en original. Plein de fois je l’ai loupé en enchère et quand je vois certains prix pratiqués sur Discogs ça laisse rêveur... C'est toujours que les 2 premiers cd qui sont vendus, ou sinon pas en bon état.

Note donnée au disque :       
Hazincourt › mardi 24 mai 2016 - 15:49  message privé !

je me souviens avoir vu la box à la fnac quand elle était sortie ! petit regret de ne pas l'avoir acheté à l'époque, désormais elle vraiment trop cher avec le port et tout, 60e minimum. Mais un très bel objet !