Vous êtes ici › Les groupes / artistesHAndrew Hill › Lift every voice

Andrew Hill › Lift every voice

  • 2002 • Blue note 7243 5 27546 2 5 • 1 CD

11 titres - 70:18 min

  • 1/ Hey Hey (7:56)
  • 2/ Lift Every Voice (8:06)
  • 3/ Two Lullabies (5:44)
  • 4/ Love Chant (5:43)
  • 5/ Ghetto Lights (5:13)
  • 6/ Blue Spark (5:57)
  • 7/ A Tender Tale (6:58)
  • 8/ Drew's Tune (6:23)
  • 9/ Mother Mercy (5:16)
  • 10/ Natural Spirit (7:25)
  • 11/ Such It Is (5:37)

enregistrement

Van Gelder Studio, Englewood Cliffs, New Jersey, USA, 16 mai 1969 et 6 et 13 mars 1970

line up

Ron Carter (contrebasse), Richard Davis (contrebasse), Carlos Garnett (saxophone ténor), Andrew Hill (piano), Bennie Maupin (saxophone ténor, flûte, clarinette basse), Lee Morgan (trompette), Ben Riley (batterie), Woody Shaw (trompette), Freddie Waits (batterie), Lawrence Marshall (direction de chorale)

remarques

chronique

Styles
jazz
post bop
Styles personnels
jazz vocal

La loi de la frustration universelle se vérifie en tout lieu, en toutes occasions. Combien de fois vous êtes-vous déjà entendu dire que vous ne rendiez service à personne en croyant sincèrement aider quelqu'un ? Pis encore ; en vous faisant carrément le reproche de rendre les choses plus difficiles qu'elles ne l'étaient déjà avant que vous n'interveniez... Avoir le coeur sur la main n'est pas spécialement un cadeau, à moins qu'il s'agisse d'un cadeau empoisonné... C'est un peu le même reproche que l'on serait à même de formuler à l'égard de Blue Note qui, pour bien faire, a pourvu sa réédition de "Lift Every Voice" de six autres titres issus d'une session ultérieure et jusqu'à présent jamais publiée. Alors, bien sûr, y en aura toujours pour dire qu'on s'en fout, que c'est mieux comme ça, qu'on en a pour son argent, qu'on a là un cd plein à craquer (soixante-dix minutes de musique) et que forcément, l'un dans l'autre, on en ressort gagnant. Je ne suis pas nécessairement de cet avis. Quiconque découvre cet album pour la première fois via cette réédition heureuse (il faut tout de même le souligner) aura bien du mal à distinguer le disque tel qu'il fût conçu à l'origine du disque tel qu'il nous est présenté aujourd'hui. Certes, les deux sessions ont toutes les deux recours à la même innovation dans l'univers agréablement dissonant d'Andrew Hill ; la présence d'une chorale qui donne aux compositions, de facture bien plus classique qu'auparavant, le profil d'un opéra jazz façon "Hair". Si la symbiose entre le quintette et les voix s'avère réellement efficace sur les cinq titres d'origines, il ne se passe plus rien de franchement bouleversant à leur suite, en dépit d'intervenants d'habitude plus extraverti (Lee Morgan, Bennie Maupin), le tout souffrant, par la force des choses, de longueurs inutiles qui auront vite fait de précipiter l'auditeur dans une lassitude résignée. Plus contemplatif que ses précédents essais, "Lift Every Voice" lorgne déjà sans le savoir vers une forme de fusion et demeure une curiosité en soi.

note       Publiée le mardi 3 juillet 2007

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Lift every voice" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Lift every voice".

notes

Note moyenne        4 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "Lift every voice".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Lift every voice".

Thrwdrtz Envoyez un message privé àThrwdrtz

Les voix sont un peu criardes mais je pense que c'est un peu voulu. Je trouve aussi que le dialogue avec les instruments n'est pas toujours très naturel : au jeu très libre des instruments s'oppose des parties de choeur écrites et donc assez rigides... Mais au final, sans être excellent, c'est un disque très intéressant : de morceaux inégaux mais certains très bons, et une démarche peut-être inaboutie qui donne des idées...

Note donnée au disque :       
Painkiller Envoyez un message privé àPainkiller
Même si au début le timbre est un peu agaçant on s'en accommode vite des voix et elles dialoguent de manière efficace avec les instruments.
Note donnée au disque :       
Coltranophile Envoyez un message privé àColtranophile
Je n'ai jamais supporté les voix sur ce disque. Affreux, affreux, affreux. Il faut se forcer pour écouter le tout et ne pas se laisser distraire par les voix. Peut-être est-ce intéressant mais c'est la moins bonne réedition Andrew Hill qui soit disponible. Pour de Hill seconde période, allez plutôt jeter une oreille sur "Passing Ships" ou l'excellent "Dance With Death".
Note donnée au disque :