Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesBBroekhuis, Keller & Schonwalder › Orange

Broekhuis, Keller & Schonwalder › Orange

3 titres - 71:45 min

  • Orange One| 21:05
  • Orange Two| 40:19
  • Orange & Blue| 10:23

enregistrement

Orange One joué au Het Iude Stadhius à Culemborg, Pays-Bas le 05 Novembre Orange Two joué au E-Live Festival à Eindhoven, Pays-Bas le 21 Septembre 2002 Orange and Blue joué lors d'une répétition en studio pour le E-Live de 2002 Masterisé par Gerd Wienekamp en Février et Mars 2007

line up

Bas B. Broekhuis: Percussions Detlef Keller & Mario Schönwälder: Synthétiseur & séquenceur

remarques

Pour en connaître un peu plus sur l'univers de Mario Schonwalder, visitez son site web à l'adresse suivante : http://www.manikin.de/

chronique

Des tempos minimalismes, langoureux, hypnotiques et ambivalents assaisonnés de synthés plaintifs et de Memotrons flûtés qui collent tant aux structures musicales qu’aux oreilles; tel est le menu d’Orange, le dernier opus de Bas Broekhuis, Detlev Keller et Mario Schonwalder, les maîtres de la Berlin School acteulle. Réalisé et produit en hommage aux amateurs de MÉ Néerlandais, Orange continue l’approche évolutive sur la théorie des couleurs initiée par Noir. Une série qui rassemble des enregistrements en concert et des œuvres en studio que le duo à emmagasiné au fil des dernières années. Bas B. Broekhuis apporte une nouvelle dimension à la musique de Detlev Keller et Mario Schonwalder en insufflant des rythmes qui s’apparentent fort bien aux atmosphères planantes du duo Berlinois qui suit les traces de Tangerine Dream et Klaus Schulze pour le plus grand plaisir des fans du duo. Mais il ne faut pas juste être un fan pour apprécier la musique de Broekhuis, Keller et Schonwalder. Si les rythmes minimalismes qui évoluent dans des structures variant entre un doux “groovy” et du soft techno, vous devriez apprécier sans difficulté la musique de ce trio Allemand à l’âme autant poétique qu’énergique et parfois énigmatique. Joué à à Culemborg le 5 Novembre 2005, Orange One présente une intro très atmosphérique et savoureusement électronique. Une approche psychédélique spatiale, un peu comme à l’époque de Body Love et des chauves-souris électroniques de Klaus Schulze. Des effets sonores stridents percent une aura cosmique nébuleuse accompagnée de tablas hésitants qui prennent confiance avec l’arrivée de pulsations plus lourdes. Des violons chancelants sillonnent cette atmosphère brumeuse avant d’épouser une sonorité de violoncelles langoureux, berçant les méandres d’un néant aride. Subtilement ce mouvement se transforme en superbe kermesse minimalisme qui progresse sur un tempo envoûtant, hoquetant d’une cadence ferme et inondé de superbes solos de synthés aromatisés d’une suave orchestration. C’est un titre pour amateurs de Klaus Schulze. Enregistré à l’E-Live Festival de 2002, Orange Two débute sur une intro hésitante, traçant un tempo sautillant qu’un suave Memotron habille d’une splendeur cosmique. Des percussions et des synthés plaintifs lorgnent une structure qui dessine un rythme minimalisme habillé de violons mellotronnés. Le rythme est aux portes d’une techno ‘’groovy ‘’, entre des cheminements croissants et décroissants, pour embrasser un passage atmosphérique, où un cello baigne dans une ambiance flottante et incertaine à cause des pulsations percussives et des solos bouclés aux souffles spectraux. Un crescendo enveloppant reprend la route d’un tempo progressif, toujours appuyé des strates de violons minimalismes et des souffles de synthés fantomatiques, avant d’échouer dans un néant contemplatif. C’est du Berlin School à son meilleur. Orange & Blue est une répétition studio d’Orange Two. On peut y apprécier les modulations et les changements, de même que le long cheminement de son improvisation. Broekhuis, Keller et Schonwalder surprennent encore en livrant un album aux rythmes évoluant dans des structures hypnotiques teintés d’une douceur harmonieuse. Avec ses rythmes progressifs et hypnotiques moulés dans des couches de synthé aux multiples saveurs mélodieuses, Orange est un très bel opus assez représentatif de la Berlin School actuelle. Une Berlin School mûrie et évoluée qui s’adapte avec une chaleur renouvelée aux nouveaux instruments et aux nouvelles technologies de Keller & Schonwalder. Le duo s’acquitte fort bien de sa tâche de chien de garde d’un style enchanteur avec des nuances entre un soft techno et un minimalisme harmonieux.

note       Publiée le vendredi 29 juin 2007

partagez 'Orange' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Orange"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Orange".

ajoutez une note sur : "Orange"

Note moyenne :        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Orange".

ajoutez un commentaire sur : "Orange"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Orange".

Charles Pasqua › mardi 19 janvier 2010 - 22:38  message privé !

encore une découverte made in Phaedream et je dis merci ce disque est superbe un genre d'éloge des moments les plus solennels de ce que Klaus Schulze pouvait faire dans les années 70, les sonorités sont très fines, les climats à la fois tristes et mélancoliques, les architectures des morceaux fabriquées avec soin en respectant les vues schulziennes on sent des admirateurs sincères et dévoués et c'est beau à entendre et comme tu le dis si bien ce disque baigne dans une atmosphère "teintés d’une douceur harmonieuse que seul BK&K ose encore présenter" merci

Note donnée au disque :       
gkar02300 › dimanche 8 juillet 2007 - 21:55  message privé !
Oui je te le conseille vivement....tu ne seras pas deçu.
Note donnée au disque :       
Phaedream › samedi 7 juillet 2007 - 04:16  message privé !
avatar
Je n'ai pas Different Faces... Vaut-il le coup? Je vais tenter de l'avoir
gkar02300 › vendredi 29 juin 2007 - 18:02  message privé !
Orange Two est à l'origine le morceau Face 4 de l'album de Detlef Keller intitulé Differents Face. Ceci dit je préfère l'originale mais cet album reste très bon.
Note donnée au disque :