Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesNNina Hagen Band › Nina Hagen Band

Nina Hagen Band › Nina Hagen Band

cd | 11 titres

  • 1 TV-Glotzer (white punks on dope) [ reprise des Tubes]
  • 2 Rangehn
  • 3 Unbeschreiblich
  • 4 Auf'm Bahnhof Zoo
  • 5 Naturträne
  • 6 Superboy
  • 7 Heiss
  • 8 Fisch im Wasser
  • 9 Auf'm Friedhof
  • 10 Der Spinner
  • 11 Pank

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Produit par Nina Hagen & Tom Müller - Arrangé par Nina Hagen

line up

Nina Hagen (chant), Manfred Praeker (basse, chant), Bernhard Potschka (guitare, chant), Reinhold Heil (clavier, piano, chant), Herwig Mitteregger (batterie)

chronique

C'est en 1978 que le Nina Hagen Band livre son premier opus...A sa tête, une jeune demoiselle déjantée aux capacités vocales de cantatrice, exilée d'Europe de l'Est et qui a découvert le punk à Londres. La musique du quintet est très particulière tant ses influences sont diverses, du classique au reggae en passant par la pop ou le rock; elle puise d'ailleurs dans des arrangements assez convenus: piano boogie, soli de guitare très rock, tempi groovy, presque disco parfois...C'est véritablement la voix de Nina Hagen qui donne au tout cette coloration si folle. En réalité, je devrais dire 'ces' colorations tant sa palette vocale est large. On passe ainsi de vocaux rocailleux sur 'Auf'm Bahnof Zoo' aux vocalises classiques haut perchés de 'Naturträne', en passant par des phases plus normales sur 'Superboy' ou hurlés sur 'Auf'm Friedhof'. Cette manière d'interpréter est à la fois le point fort et le point faible tant elle peut séduire ou agacer prodigieusement. Il est certains que les atmosphères très différentes d'un titre à l'autre n'aident pas, le groupe s'essayant au reggae (la rythmique de 'Heiss'), au punk rock ('Pank'), à une sorte de mélange gospelo-classique très particulier ('Fisch im Wasser'), sans oublier le rock traditionnel ou des touches new wave expérimentales ('Auf'm Friedhof'). L'exécution impeccable, bien que peu originale, des musiciens permet cette fusion contre-nature d'éléments disparates et débouche sur de belles pièces comme 'Auf'm Friedhof', 'TV-Glotzer', 'Auf'm Bahnhof Zoo' ou 'Rank'. Pas évident pourtant de se situer, passée la surprise de la première écoute, on aime ou pas les sonorités bizarres d'un album qui a certes vieilli mais qui reste selon moi un point particulier dans l'histoire du post-punk.

note       Publiée le mardi 26 juin 2007

chronique

Styles
punk
rock
Styles personnels
in deinem maul

Il est 10 heures du mat', et vous avez les boules parce qu'une bande de néo-fascistes sournoisement déguisés en ouvriers de la DDE a décidé se s'éclater à jammer à grand coups de marteau-piqueurs et de bétonneuse (non, pas les Faust, seulement la DDE), histoire de vous réveiller un bon coup... La mine enfarinée, vous mettez sur la platine le premier Nina Hagen à fond les ballons. C'est sur lui que vous comptiez pour vous réveiller, sur la voix hirsute de Nina crachée dans vos oreilles pour vous remettre d'aplomb, et pas sur cette gestapo du sommeil en orange fluo. Mais qu'a cela ne tienne, vous allez leur inculquer les bonnes manières. "TV-Glotzer" (obscure reprise de « White punks on dope » des Tubes) démarre, potards dans le rouge. Tiens, d'ailleurs, vous n'avez pas envie de l'allumer aujourd'hui, la TV. Vous laissez le pseudo punk rock joué par des hardos de pub ringard (fuck, des punks à cheveux longs et moustache, c'est comme du poisson pas frais) vous laver les oreilles, tandis que la Hagen hurle comme si ce premier album était son dernier. Et c'est probablement ce qu'elle doit penser, elle qui se retrouve dotée d'un son digne d'Alice Cooper, alors qu'il y a quelque mois elle était encore coincée dans Berlin-est, avant que la Stasi ne l'expédie comme un colis piégé à l'ouest. Voulaient-ils porter le coup de grâce à l'occident capitaliste en lui envoyant cette harpie ? Virée sans ménagement donc, en 76, pour « attitude antisociale », elle en profitera pour fricoter, non pas avec Trust, mais avec les Slits et les Sex Pistols (finalement les fentes et les pistolets sexuels, ça peut s’entendre non ?), ce qui pose aussi la question : Siouxsie a-t-elle pris des cours au près de la Hagen ? Déboulant à 200 à l'heure avec ce premier disque qui envoie plus de colère que tout le mouvement punk anglais (Johnny Rotten pouvait retourner à sa collection de Van Der Graaf Generator), Hagen semble avoir passé ses 20 premières années en RDA à chuchoter et à se cacher tant elle s'époumone… Bon, je vous fais le topo en gros, Nina Hagen ça pète tout. Les 3 premiers titres atomisent la concurrence, le reste est presque superflu. "Rangehn" donnerait des envies de pogo à Miterrand et Helmut Kol alors qu'Unbeschreiblich (ah l'allemand, que de 4/20 n'ai je eu grace a cette langue si subtile), beau comme un carambolage de stock-car, restitue à merveille l'atmosphère déglinguée du Berlin de la guerre froide, et de la débandade mondiale de la fin des 70’s. Nina Hagen était un peu aux punks anglais ce que Lilith était à Adam, c'est à dire, l'élément dissonant, qui vient foutre le bordel... Alors, si les critiques de l'époque n'y comprennent rien, et préfèrent les têtes de gondole destroy genre Richard Hell, inutile de rappeler que Björk et Madonna, elles, en resteront sur leur petit cul potelé, et prendront un peu les armes grace à Tati Nina, tandis qu'aujourd'hui elle fait des reprises de Rammstein avec Apocalyptica pour pouvoir becter. Monde de merde. Sheisse Welt tiens ! Nina Hagen, plus qu'une égérie du punk qu'elle a par ailleurs pris par les couilles, reste encore 30 ans après une sorte de concept. Il faudrait aujourd'hui qu'une Iranienne s'échappe du pays après avoir dessoudé un ou deux mollahs en leur faisant bouffer sa burka, et fonde un groupe genre Rockbitch avec une imagerie à la RATM pour avoir une idée du choc. Au lieu de ça, on a Tokyo Hotel, Linkin Park, et peut-être bientôt Pyong-Yang Gymnase, qui sait. Reste ce brûlot incandescent qui marque le point de départ d'une carrière en dents de scie, qui n'est pourtant pas avare de bons moments, mais toujours dans l'excès. C'est d'ailleurs après la fin de l'excessivement intense, "Naturträne" mélangeant Opera et rock bave aux lèvres à la "I Want You" des Beatles que, ne prenant même pas la peine d'écouter la face B, vous descendez dans la rue et commencez à frapper au hasard. Doté de superpouvoirs, vous brûlez dans la journée toutes les églises, mosquées, synagogues et autres bourse de New York de la planète et rendez ainsi la paix dans le monde. Il faudra attendre "Surfer Rosa" ou a la rigueur les Bad Brains pour trouver skeud plus défoulant…

note       Publiée le dimanche 29 juillet 2007

Dans le même esprit, dariev stands vous recommande...

partagez 'Nina Hagen Band' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Nina Hagen Band"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Nina Hagen Band".

ajoutez une note sur : "Nina Hagen Band"

Note moyenne :        10 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Nina Hagen Band".

ajoutez un commentaire sur : "Nina Hagen Band"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Nina Hagen Band".

empreznor › mercredi 14 octobre 2009 - 12:19  message privé !
Solvant › vendredi 2 octobre 2009 - 17:37  message privé !

Je viens de voir que la miss sera en concert le 11, à la Cigale.

Note donnée au disque :       
Painkiller › dimanche 25 mai 2008 - 14:17  message privé !
J'ai un disque ultra pop et chiant de 1974 "Du Hast Den Farbfilm Vergessen" qui m'avait dégouté de Nina Hagen, j'suis curieux de voir si ce truc est vraiment différent...
SB › vendredi 11 avril 2008 - 13:29  message privé !
Ahaha, la seconde chronique est excellente ! Ce Nina Hagen Band est génial : énergique à mort, délirant, varié et kitsch juste ce qu'il faut. Pour peu que l'on apprécie le timbre de voix de Nina Hagen, ce disque défonce tout en soirée ! Et pour être déjà allé à Berlin, je trouve qu'il colle parfaitement à l'ambiance de la ville !
Note donnée au disque :       
empreznor › mercredi 5 décembre 2007 - 22:33  message privé !
quelqu'un se risque à chroniquer Unbehagen?