Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesPPlastikman › Sheet one

Plastikman › Sheet one

11 titres - 64:24 min

  • 1/ Drp (1:45)
  • 2/ Plasticity (11:00)
  • 3/ Gak (5:38)
  • 4/ Okx (0:34)
  • 5/ Helikopter (6:30)
  • 6/ Glob (8:20)
  • 7/ Plasticine (11:19)
  • 8/ Koma (4:10)
  • 9/ Vokx (2:07)
  • 10/ Smak (6:42)
  • 11/ Ovokx (2:14)

enregistrement

Produit par Richie Hawtin - Masterisé par Mike Marsh

line up

Richie Hawtin, John Acquaviva

remarques

Album interdit à la vente aux USA pour cause d'imitation de buvards de LSD sur la pochette. - Pochette par Richie Hawtin, Artwork par Dominic Ayre

chronique

Styles
electro
techno
Styles personnels
techno minimale

Si on explorait la première partie de la carrière de Richie Hawtin ? Celle qui se situe avant "Consumed", ce grand monolithe noir aux reflets bleutés, devenu depuis une véritable institution à lui tout seul, drainant les références dès qu'il s'agit de faire une allusion à la techno minimale, ce courant dont Plastikman, dès le début des années 90 s'était fait le gourou. Car il y a eu une vie avant ce fameux disque. Une vie monocellulaire, décharnée, raréfiée, mais bien présente. Ainsi avant l'obscurité abyssale d'un "Consumed" voué à la désolation, Hawtin publiait quelques albums aux pochettes rouge-noir-blanc (code couleur du minimalisme) et au design entre pop art et graff, dont voici la première page, comme le dit le titre. Bien qu'encore très marqués par le psychédélisme des années Acid (la 303 fait quasiment office d'instrument soliste sur "sheet one"), ces albums n'en sont pas moins totalement ascétiques, consciencieusement minimalistes, voire profondément désertiques. Comme dit plus haut, la recette de l'épure n'était pas encore totalement purifiée de ses ingrédients early-nineties, comme l'atteste les lancinants couinements acides qui parsèment "sheet one", témoignant des pérégrinations d'une créature inconnue errant dans une atmosphère extra-terrestre, sans gravité ni mouvement. La créature semble ensuite se diluer à la fin de "Plasticity" (réponse au "techno city" de Juan Atkins ?). Réduite à un hululement court et régulier, s'évaporant dans une atmosphère qui s'épaissit au cours de "gak" (aucun rapport avec le truc gluant qu'on essayait de vous vendre quand vous aviez 15 ans), pour finalement se charger de petits cristaux électriques, qui crépitent en provoquant des breaks hip-hop à l'impact sismique imparable, amplifiés au maximum par ce contexte ambient. La dureté martiale de "Helikopter" fait ensuite table rase. Puis "glob" sonne le retour des sonorités organiques, superbes sub-basses ondulant au dessus d'un lac d'azote liquide sans vague, telles des bulles de chair en perpétuelle évolution. On pense à la Deep House fractale des premiers Herbert. Le très long "Plasticine" fait écho à "Plasticity" dans une atmosphère torride à souhait. Cela devient plus inquiétant sur un "Smak" qui reprend le martèlement métronomique d"Helicopter" en plus dur, le tout sous couvert de nappes flippantes. Reste "Koma", encore un instantané sublime, ou une pluie doucereuse s'abat sur des paysages lunaires qui fondent au contact de l'eau, sous les hululements cosmiques de quelque droïde. Signalons "Okxs", « Ovokx », et "Vokx", interludes samplés assez bizarres et intrigants, semble-t-il des extraits audios des émeutes américaines des années soixante pour ce dernier, contribuant grandement au climat de SF et de perdition dans un espace hostile véhiculé par ce "sheet one" . Un disque qui a beaucoup compté pour promouvoir la techno outre-atlantique, là ou en 1993, pas grand chose n'avait filtré, excepté bien sur à Detroit, NYC, et Chicago. Gageons que la pochette, composée de 400 faux buvards d'Acide, aura compté pour cette popularisation.

note       Publiée le vendredi 29 juin 2007

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Sheet one".

notes

Note moyenne        5 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Sheet one".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Sheet one".

22goingon23 › lundi 3 juillet 2017 - 14:57  message privé !

Musik, adjuvant suivant, est d'un raffinement extatik.

ericbaisons › vendredi 30 avril 2010 - 14:36  message privé !

Glob

Potters field › samedi 30 juin 2007 - 12:10  message privé !
Glop ou pas glop ? Glop.
Note donnée au disque :