Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesAAuricular › Zelfmoord

Auricular › Zelfmoord

cd | 7 titres

  • 1 Prolegomenon [3:30]
  • 2 Disserving The Innocent [18:57]
  • 3 Deflowered [12:54]
  • 4 Puerile Demise [6:58]
  • 5 Opuntia [10:58]
  • 6 Repressed Experience [8:53]
  • 7 Zelfmoord [13:53]

line up

JC

remarques

diffusé gratuitement en mp3 sur les trackers torrent ou sur le site officiel : http://www.thebasingers.com/auricular/

chronique

Styles
ambient
Styles personnels
dark ambient

« Daddy… - Yes sweetie ? – I wanna go back to bed... – In a little while, baby, in a little while...» Amateurs de caves à double fond, réjouissez-vous. Auricular œuvre depuis quelques années dans une dark-ambient minimale, épurée, façon Lull, Heid ou Archon Satani qui n’est pourtant pas dénuée d’intérêt. L’essentiel est là : la tension est palpable sous des couches de drones plus ou moins opaques. Pour cet opus, le bal s’ouvre avec un sample hautement malsain de « The Final Cut » où une petite fille est invitée par son père à voir sur quoi il travaille dans sa cave. A partir de là, le thème est posé et les titres ne font que le confirmer. Le reste de Zelfmoord (suicide en néerlandais) nous amène à mi-chemin entre ce qui se passe dans la tête du père et ce qu’il advient de l’inconscient de la fille. Sous l’apparente austérité de l’opus se cache deux ou trois réminiscences (boîtes à musiques, échos lointains) et l’introspection est à chaque fois perturbée par les retours obsessionnels de ce qui s’est passé cette nuit-là. Malheureusement, n’est pas Lull ou Lustmord qui veut, l’objet s’éternise (Opuntia, soporifique) et l’ambiance s’évapore des nappes pour ne laisser que quelque chose d’un peu assoupzzz… hum, bref, une fois qu’on a bien cogné des clous (nos amis québecois auront reconnu une expression bien de chez eux) l’éponyme dernier morceau relève un peu le niveau et nous propose une alternative sympa au suicide souvent imagé par un coup bref : les drones se relèvent peu à peu, s’imprègne de grains abstraits assez angoissants d’où ressurgit lentement des sirènes d’ambulance et de police, dans un registre abstrait qui rappelle l’écrasant « Métamorphyse phase IV » de Raison d’Etre, dans une version beaucoup plus légère. Reste une impression mitigée d’un travail très bien parti et puis laissé un peu à l’état de brouillon au milieu, sans souci du détail. Un gâchis quand on voit la qualité hautement malsaine qui se dégage des premiers titres, d’autant qu’il s’agit déjà d’un remaniement d’un précédent album « Truncatus Omnino ». L’album est gratuit et diffusé librement sur différents réseaux, c’est toujours cela de pris !

note       Publiée le mardi 12 juin 2007

partagez 'Zelfmoord' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Zelfmoord"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Zelfmoord".

ajoutez une note sur : "Zelfmoord"

Note moyenne :        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Zelfmoord".

ajoutez un commentaire sur : "Zelfmoord"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Zelfmoord".

Manumal › jeudi 14 juin 2007 - 01:16  message privé !
non pas que je sache
kama › mercredi 13 juin 2007 - 21:49  message privé !
Merde, quelqu'un a dit que c'etait mal?
Manumal › mercredi 13 juin 2007 - 21:25  message privé !
dark ambient pédophile ?? j'vois pas s'qui y'a de mal la dedans, c'est comme tout, si c'est bien fait et avec une certaine éthique ça doit passer
Nokturnus › mercredi 13 juin 2007 - 13:13  message privé !
avatar
Bon sinon j'ai jeté une oreille dessus. Ma première impression est que c'est un peu léthargique tout de même, vu le thème je m'attendais à un truc plus malsain mais c'est sympa quand même.
lolita999 › mercredi 13 juin 2007 - 12:45  message privé !
mais ne craignez rien cher ami le quebecois n'est nullement offensé