Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesPPig Destroyer › Phantom Limb

Pig Destroyer › Phantom Limb

15 titres - 38:43 min

  • 01/ Rotten Yellow
  • 02/ Jupiter's Eve
  • 03/ Deathtripper
  • 04/ Thought Crime Spree
  • 05/ Cemetary Road
  • 06/ Lesser Animal
  • 07/ Phantom Limb
  • 08/ Loathsome
  • 09/ Heathen Temple
  • 10/ Fourth Degree Burns
  • 11/ Alexandria
  • 12/ Girl In The Slayer Jacket
  • 13/ Waist Deep In Ash
  • 14/ The Machete Twins
  • 15/ Untitled

enregistrement

Omega Studios, Rockville, MD

line up

Scott Hull (guitare), JR Hayes (voix), Brian Harvey (batterie), Blake Harrison (flûte de pan).

remarques

chronique

Styles
hardcore
new school
metal extrême
grindcore
Styles personnels
grindcore varié et abrasif

Petite déception que ce nouveau Pig Destroyer, et première de leur discographie pour ma part. Entendons nous bien : ça reste un album mille fois au-dessus de n'importe quelle autre sortie Relapse 2007, et n'importe quelle sortie de grind tout court... Mais "Phantom Limb" n'a ni la folie, ni les finesses harmoniques, ni l'ambiance d'un "Prowler In The Yard" ou d'un "Terrifyer", même si quelques vestiges des riffs noisy et malsains auquels les PD nous avaient habitués ("Girl In The Slayer Jacket", "Heathen Temple") subsistent ici et là. Non, "Phantom Limb", c'est l'album de la brutalité pure : sans toutefois réellement dépasser ses prédécesseurs à ce niveau, "Phantom Limb" les égale largement sur le sujet, grâce à ce son énormissime (Scott Hull + studio de fou = prod gigantesque et abrasive) et à ces riffs nerveux / urgents dont l'ami Scott Hull a (également) le secret. En fait, on dirait que les PD ne se sont tout simplement pas pris la tête sur les harmonies pour se concentrer sur la haine - dans un sens, on assiste presque à un certain retour aux sources, vers l'époque "38 Counts Of Battery", avec un côté thrash encore plus présent. Alors j'aime quand même à mort, mais ce qui faisait pour moi la supériorité de "Prowler In The Yard" sur "38 Counts Of Battery" n'est plus totalement là, même si les compos de "Phantom Limb" ne sont pas exclusivement brutales : comme à son habitude, Pig Destroyer sait varier son propos avec classe ; les blasts énormes de Brian Harvey ne se font pas permanents, le tempo sait ralentir efficacement ("Deahtripper", "Loathsome", "The Machete Twins"), et les samples psychopathes des précédents albums (maintenant exécutés par un quatrième membre, Blake Harrison, tout droit sorti du groupe débile Hatebeak) se retrouvent parfois au sein même des compos... Sinon, y'a toujours pas de basse (et les PD s'en passent très bien ; le seul groupe que je connaisse avec Discordance Axis ayant l'art et la manière de faire oublier à l'auditeur cette absence bassistique sans le choquer - et c'est un bassiste qui vous parle) et JR Hayes hurle toujours avec autant de classe, d'énergie brute et de personnalité. En bref, le groupe n'a aucunement perdu son identité : il s'est juste thrashisé à mort, pour le bonheur des uns, et le malheur des autres.

note       Publiée le dimanche 10 juin 2007

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Phantom Limb".

notes

Note moyenne        11 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Phantom Limb".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Phantom Limb".

born to gulo › jeudi 16 juillet 2020 - 17:14  message privé !

Au mois d'août :

https://pigdestroyer.bandcamp.com/album/the-octagonal-stairway

Note donnée au disque :       
Harry Dickson › lundi 10 juin 2013 - 03:09  message privé !

Même à trois plombes du mat vous pouvez vous finir avec ça. Demain vous aurez la forme.

Note donnée au disque :       
Potters field › samedi 23 mai 2009 - 10:05  message privé !

le côté thrashy de celui-ci me dérange pas, bien au contraire.

Powaviolenza › samedi 26 avril 2008 - 14:03  message privé !
avatar
heureusement qu'il l'a pas sorti sous agoraphobic nosebleed putain.
Note donnée au disque :       
born to gulo › samedi 26 avril 2008 - 13:57  message privé !
quelle misère, son truc solo, là
Note donnée au disque :