Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesFFrost › Cursed again

Frost › Cursed again

8 titres - 35:46 min

  • 1/ Doom Funeral
  • 2/ Down Here
  • 3/ The Rise
  • 4/ Where I Walk
  • 5/ Fields Of Rape
  • 6/ Rest In Piss
  • 7/ Empty Of Life
  • 8/ Cursed Again

enregistrement

Necrodeath studio, Mars 2002

line up

Irrumator (instruments), The Fog (Chant), The Shid (Chant) + Divers guests

chronique

Styles
metal extrême
black metal
Styles personnels
necro black metal

2002. Alors que Mick Kenney / Irrumator s’apprête à propulser Anaal nathrakh au panthéon de l’ultraviolence Black Metal à l’aide d’un MCD aussi dévastateur que définitif (When fire rains down… - 2003), l’anglais semble également avoir ressenti le besoin d’exhumer certaines influences beaucoup plus primitives, d’où la naissance de Frost. Projet solo du bonhomme, qui s’est occupé de la composition, de l’interprétation de l’ensemble des parties instrumentales et de la production - le chant revenant aux énigmatiques Fog et Shid, ainsi qu’à une étrange chorale d’aliénés composée entre autres de membres de Reign of Erebus, combo britannique également bien déjanté -, Frost renvoie directement l’auditeur aux fondements les plus tortueux du genre. Héritier des plus grandes heures du Black Metal nordique, le groupe démontre durant les 35 minutes de ce premier album une capacité hors du commun à recréer les ambiances funestes qui habitaient des classiques tels que Transylvanian hunger ou De misteriis dom sathanas, comparaison évidement renforcée par la rumeur selon laquelle l’un des chanteurs ne serait autre… qu’Attila ! Atmosphère morbide donc pour ce Cursed again, duquel on retient surtout le génie d’Irrumator à baser sa musique sur l’alternance de riffs mid tempos (« Doom funeral ») et de parties beaucoup plus rapides (« The rise »), tout en laissant la part belle aux vocalistes pour faire basculer l’ensemble dans la folie pure, quelque part entre hurlements et incantations démentes. En terme de son, l’homme semble avoir voulu se différencier d’Anaal nathrakh en proposant quelque chose de beaucoup plus opaque, même si les 2 projets ont en commun ce côté à la fois puissant et viscéralement dégueulasse. Au final, si frost se revèle quand même moins OVNIesque, le projet permet d’apercevoir une autre facette de la démarche de son créateur et se révèle aussi fascinant que douloureux...

note       Publiée le mercredi 30 mai 2007

Dans le même esprit, yog sothoth vous recommande...

partagez 'Cursed again' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Cursed again"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Cursed again".

ajoutez une note sur : "Cursed again"

Note moyenne :        7 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Cursed again".

ajoutez un commentaire sur : "Cursed again"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Cursed again".

yog sothoth › jeudi 9 janvier 2014 - 19:38  message privé !
avatar

T'avais vraiment besoin d'un groupe de substitution pour jarter Von de tes playlists ?!

Note donnée au disque :       
Klarinetthor › jeudi 9 janvier 2014 - 19:25  message privé !

C'est bon ce truc. Ca va me permettre de virer Von de mes playlist (un peu trop gresillant ces derniers). Là ça a une dimension plus nordique et glacée que satan. Un petit brum point aussi pour ce groupe

yog sothoth › jeudi 9 janvier 2014 - 13:26  message privé !
avatar

C'est idéal en fond sonore pour une traversée Correze / Massif central, en tout cas.

Note donnée au disque :       
Powaviolenza › vendredi 30 novembre 2007 - 01:16  message privé !
avatar
OK je crois que j'ai fini par cerner cet album... En gros il est agréable effectivement de par son extrême ressemblance avec De Mysteriis, riffs, prod & voix en particulier... Mais il lui manque aussi ce que je préfère dans le chef d'oeuvre absolu de Mayhem : les riffs parfaits de Snorre Ruch (l'homme de l'ombre de De mysteriis) et la basse de Varg... Malgré tout un bon moment quoique un peu chiant sur la durée ; un peu de folie extra-buccalique aurait pas fait de mal à ce Frost.
Note donnée au disque :       
vargounet › vendredi 1 juin 2007 - 18:34  message privé !
Anaal nathrakh n'a pas attendu when fire rains pour atteindre l'ultraviolence. Suffit de se taper un bon petit Codex Necro, que je préfère amplement d'ailleurs. Sinon Frost c'est sympa ouais, un bon accordage de grattes qui rend bien hommage à Mayhem et des vocaux franchement sympathiques et lugubres.
Note donnée au disque :