Vous êtes ici › Les groupes / artistesRRush › Snakes & arrows

Rush › Snakes & arrows

  • 2007 • Atlantic 7567 35484 2 • 1 CD

13 titres - 62:43 min

  • 1/ Far Cry (5:18)
  • 2/ Armor and Sword (6:36)
  • 3/ Workin' Them Angels (4:46)
  • 4/ The Larger Bowl (4:07)
  • 5/ Spindrift (5:23)
  • 6/ The Main Monkey Business (6:01)
  • 7/ The Way the Wind Blows (6:28)
  • 8/ Hope (2:02)
  • 9/ Faithless (5:31)
  • 10/ Bravest Face (5:11)
  • 11/ Good News First (4:51)
  • 12/ Malignant Narcissism (2:16)
  • 13/ We Hold On (4:12)

enregistrement

novembre 2006 - décembre 2006

line up

Geddy Lee (basse, chant), Alex Lifeson (guitares), Neil Peart (batterie, percussions)

remarques

chronique

En 2002, Vapor Trails ouvrait la voie à un nouveau chapitre dont "Snakes & Arrows" représente aujourd’hui le deuxième volet. Le retour exclusif aux guitares électriques sonnait aux oreilles de leurs admirateurs comme une merveilleuse promesse, contrat négocié certes avec panache sur leur précédent effort, mais sans réelle magie. Il faut dire que les circonstances douloureuses dans lesquelles s’était alors déroulé l’enregistrement n’ont certainement pas aidé. Finalement, la sortie de cet album fût presque plus prétexte à une tournée anniversaire triomphale qu'à autre chose, l'avenir du groupe restant pour le moins incertain. Nous passerons sous silence pour l'instant l'exercice de style "Feedback" paru entretemps pour nous concentrer sur leur dernière livraison. Leur dix-huitième réalisation studio semble fort heureusement pouvoir combler aisément le déficit important dont souffrait "Vapor Trails" grâce à des compositions plus marquantes ("Armor and Sword", "Spindrift", "The Way The Wind Blows", "Faithless", "Good News First"), équilibrées par l’utilisation d’une guitare sèche qui permet de pondérer leur propos et ainsi leur donner nuance et relief. Ce qui frappe d'emblée sur "Snakes & Arrows", c'est la production patate confiée à Nick Raskulinecz qui s'était fait connaître en travaillant avec les Foo Fighters. Certes, il y a toujours quelques lourdeurs, quelques exercices faciles tendance hard FM dont on aurait sans doute pu se passer, mais le bilan est dans l’ensemble franchement positif. Sans revenir aux velléités de "Hemispheres", mille fois annoncé mais jamais confirmé, "Snakes & Arrows" est – cette fois vraiment – un retour en grande forme du plus célèbre des power trio de la scène rock !

note       Publiée le mercredi 23 mai 2007

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Snakes & arrows" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Snakes & arrows".

notes

Note moyenne        5 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "Snakes & arrows".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Snakes & arrows".

geddylee5150 Envoyez un message privé àgeddylee5150

Quelques années après la sortie de cet album, je peux dire que je préfère "Vapor Trails". Plus intense, plus heavy et de meilleures mélodies. Toutefois, nous avons affaire avec "Snakes & Arrows" a un bon disque. Il faut dire que nous nous plaignions le ventre plein avec Rush. Ils offrent toujours quelque chose de bon à se mettre sous la dent. Donc, ce que je n'aime pas : trop de pièces qui me laissent indifférent : Faithless, The Way the Wind Blows, Good News First, We Hold On. Vraiment, aucun intérêt. Ajoutez-moi The Color Of Right et la majeure partie de Test For Echo et ça fait une compil "The Worst of Rush". 2 derniers points que je n'aime pas : le tempo / rythmique "lente" sur tout l'album. Il manque un petit quelque chose qui "déménage" vraiment. Et pour finir : l'utilisation de la voix de Geddy pour remplacer les synthés (ses backing vocaux). Peu de gens en parlent, mais je ne comprend pas pourquoi il met des "oooouuuuuhhhh", "aaaaaaahhhhhhhh" en fond. Ça enlève toute la dureté des pièces hard, c'est cul cul et ça tape sur les nerfs !!!!!!! À part ça, c'est un bon disque !! :-)

enslaver_666 Envoyez un message privé àenslaver_666
Nick Raskulinecz est habitué de travailler avec des groupes modernes et sait sans aucun doute quoi faire pour qu'un album rock sonne bien et se vende bien de nos jours. Appliquée à Rush, la recette est efficace: grosse production, grosses guitares, grosses percussions, grosses mélodies, etc. L'utilisation répétée de guitares acoustiques est soulevée assez souvent dans les critiques de l'album. Si ça peut paraître banal, je pense qu'ici, on peut parler d'enrichissement et d'approfondissement des arrangements. On a moins l'impression que l'on a affaire à un trio que se contentait dans le passé de faire trois tracks en studio (guitare, bass et drum). Ce qui n'était pas une mauvaise chose soit dit en passant. L'album est somme toute très accessible avec des mélodies qui, sans être nécessairement faciles, accrochent bien. Le seul problème est que des titres comme "Far Cry" (le meilleur single que Rush ait offert depuis longtemps), "Armor and Sword", "Spindrift" marquent à leur écoute tandis que d'autres, sans être mauvais, passent sans laisser de souvenir. Un moment c'est "top" et après c'est "ok". Néanmoins, on ressent toujours que l'album a été composé par des musiciens de talent. Ajoutons une production parfaite, un artwork soigné et nous avons là un solide album rock. Difficile de dire que c'est mauvais mais ce n'est pas non plus épatant. Je suis quand même sûr que l'album a soulagé quelques fans déçus de ses deux prédécesseurs.
Note donnée au disque :       
COLDSTAR Envoyez un message privé àCOLDSTAR
...Faithless est un beau texte mais là, au contraire d'Armor and swords, ils en font des caisses pour leur public vieillissant. Bravest face inutile. Le trio de fin est assez sympa, notamment le court instru, et le dernier titre où Lifeson se paye la tronche de Jimmy Page période Page / Plant.C'est rigolo quand même ce mélange avec les textes très sérieux de Peart, Lifeson qui fait des blagues partout et Lee qui souffle le chaud avec sa basse techmetal funky et le froid avec ses backing vocals: PUTAIN MAIS TA GUEUUUUUULE! Je préférais largement son chant aux débuts du groupe et la voix suraigüe à ces choeurs d'arrière-plan et d'arrière-garde! J'espère qu'une chose c'est qu'il chope enfin une extinction de voix définitive et que Rush recrute enfin un vrai chanteur (ou chanteuse parce que A. Van Giesbergen serait parfaite pour leur musique de petits vieux). Bilan: un album globalement meilleur que les deux précédent, mais pas à la hauteur d'un Roll the bones ou Counterparts. Et la dernière blague? Le disque est rentré numéro... 3 au Billboard. Rush, le groupe qui a vendu le plus de disques sans jamais avoir été numéro un nulle part.
Note donnée au disque :       
COLDSTAR Envoyez un message privé àCOLDSTAR
Je suis un peu mitigé sur ce dernier album. C'est vrai qu'il est beaucoup moins lassant que Vapor Trails, c'est déjà ça. Dans le détail, Far Cry, le produit d'appel, est un single honnête gâché par un pseudo-solo de guitare où Lifeson se fout cruellemnt de la gueule d'Edge de U2, même s'il l'a pas volé. Armor and Sword est un excellent titre, qui aurait peut-être paradoxalement gagné à en faire des caisses comme certains groupes progs, avec claviers mélancoliques wakemaniens et tout le toutim. Workin' them angels a un bon refrain mais reste passable, comme la suivante dans le même registre texte chanté. Spindrift est électrisée par un excellent riff, mais là encore je l'aurais bien voulue plus énergique. Monkey business est un exercice de power trio technique, très technique, même trop technique et dont on cherche parfois le but: on finit par comprendre qu'ils ont voulu se payer la tronche de Dream Theater! Mais bon, ça dure 6 minutes, c'est pas une tartine tout le long du CD, alors au moins on fait respirer l'ensemble. The way the wind blows a un air qui ressort bien mais elle est agaçante, elle fait à moitié ambient et à moitié goût terroir. Hope est sûrement une private joke mais j'en ai marre de chercher à qui Lifeson fait des blagues à chaque titre...
Note donnée au disque :