Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesCCrisis › Holocaust hymns

Crisis › Holocaust hymns

cd • 23 titres

  • 1Holocaust
  • 2PC 1984
  • 3No town hall
  • 4White youth
  • 5UK 78
  • 6Brükwood Hospital
  • 7Alienation
  • 8On TV
  • 9Laughing
  • 10Back in the USSR
  • 11Afraid
  • 12Frustration
  • 13Red brigades
  • 14Kanada Kommando
  • 15Militant
  • 16Kill kill kill
  • 17PC 1984
  • 18UK 78
  • 19Red brigades
  • 20On TV
  • 21Back in the USSR
  • 22Frustration
  • 23Kanada Kommando

line up

Douglas Pearce (guitare, chœurs), Tony Wakeford (basse, choeurs), Phrazer (chant), Lester Jones (guitare, choeurs), The Cleaner (batterie), Dexter (chant), Luke Rendall (batterie)

remarques

chronique

On pourrait appeler cela l'ironie des extrêmes...Tant de ploucs ont qualifié Death in June de nazis alors que le groupe, bien qu'usant par moment d'une imagerie ambiguë, a toujours mené une réflexion plus philosophique que véritablement politique sur les rapports de l'humain avec la douleur, l'honneur, la guerre...Le moment de leur carrière où ils ont été politisés a été celui de la période pré-Death in June quand Douglas Pearce et Tony Wakeford faisaient partie d'un combo gauchiste (savourez l'ironie) baptisé Crisis. Une carrière éphémère mais pleine d'intérêt ici en partie résumée dans cette réédition. Musicalement on surfe entre punk rock old school ('UK 78' et son air Sex Pistols) et une atmosphère plus sombre louchant du côté d'un post punk goth ('Alienation') dont s'inspirera Death in June à ses débuts ('On TV', 'Laughing'). C'est assez bien écrit même si plutôt classique comparé à pas mal de formations de l'époque; on sent néanmoins que Crisis prend de la bouteille, les chansons se bonifiant au fur et à mesure de la carrière ('Brükwood Hospital', 'On TV', 'Frustration'), notamment au niveau de l'atmosphère. Attention pourtant, c'est en vain que l'on cherchera le timbre de Douglas ou de Tony, nos lascars assurant respectivement la guitare et la basse (le duo signe pourtant la quasi intégralité des pièces). 'Holocaust hymns' est donc un bon moment musical en plus d'être un précieux document d'archive, première pierre d'un groupe culte qui créera ce qu'on appelle le neofolk. A voir les photos à l'intérieur du livret, on en était encore à mille lieux à cette époque. 4,5/6

note       Publiée le dimanche 20 mai 2007

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Holocaust hymns".

notes

Note moyenne        10 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Holocaust hymns".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Holocaust hymns".

zugal21 › mercredi 16 octobre 2019 - 19:35  message privé !

" Gothique " . Toujours pas d'accord avec Twilight. Punk Rock économique et social, ouaip .

Note donnée au disque :       
Klarinetthor › jeudi 15 septembre 2016 - 23:05  message privé !

oui bien sur; ca arrive bien trop aujourd'hui, encore. Mais bon rien ne sert de fondre le tout et d'amalgamer la politique dans la fondue (sans idee anti-helvetique derriere la tete)

Note donnée au disque :       
Twilight › jeudi 15 septembre 2016 - 22:25  message privé !
avatar

Disons que parfois certains organisateurs sont d'une naïveté...On devait jouer en France avec Eat your make up qui avait déniché une opportunité. Ils nous rappellent en rigolant une semaine après, le budget ne comprenait même pas assez pour les bières des groupes (car nous jouions gratuitement, en venant à nos frais, idem pour EYMU)...C'est une chose de jouer à perte mais on peut tout de même demander à être abreuvé et logé correctement...

Klarinetthor › jeudi 15 septembre 2016 - 22:14  message privé !

Apres c'est logique d'etre peu ou pas payé si c'est un concert de soutien a une cause; c'est vrai que ca ne doit pas etre le cas quand on joue devant un public qui peut payer 28 balles pour te voir jouer. Ca fait un peu j'etais a gauche comme tout bon artiste se devait d'etre dans les annees 70 et puis ensuite quand le vent a commencé a changer je me suis rendu compte que les va-nu-pieds a dread ca ne payait pas assez en tickets d'entrée. Qu'il y ait des exemples de gens s'en etant mis un peu dans les poches en caressant le punk dans le sens du poil ne change rien a l'affaire (ouep, ca rapellera des souvenirs pas si vieux aux parisiens). Et c'est marrant en parlant de Crass, dans une itw (sur occidental machin) de Crisis Doug dit qu'ils n'etaient pas etre contemporains et qu'ils les ont decouverts apres (s'ensuit quelques amabilités en mode patchouli, jus d'orange riche en vitamin C et regime faible en proteines); c'est vrai qu'il y a une ou deux annees d'ecart...

Note donnée au disque :       
Twilight › jeudi 15 septembre 2016 - 21:31  message privé !
avatar

J'ai un ami qui connaît personnellement Tony Wakeford...Ses années Front National sont très loin, il a renie et regrette totalement cette époque; j'imagine que sa juive de femme doit s'en réjouir.