Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesNNattefrost › Underneath the Nightsky

Nattefrost › Underneath the Nightsky

9 titres - 58:04 min

  • 1 Translogical Movements 9:14
  • 2 Searching For A Distant Planet 4:31
  • 3 Underneath The Nightsky 5:02
  • 4 Observing Emotions 9:17
  • 5 Winterland 7:03
  • 6 A Different View On Jupiter 6:18
  • 7 Intergalactic Journey 4:59
  • 8 The Pleasure Of Tranquility 5:58
  • 9 The Magic Of Forgotten Times 6:04

enregistrement

Enregistré entre Janvier 2006 et Janvier 2007 au Nattefrost Studio au Denmark

line up

Bjorn Jeppesen (Nattefrost):Synthesizer, FX & PC Ute Stemmann: Vocales sur 1 Phil Molto: Guitares

remarques

Pour en savoir plus sur Nattefrost, visitez le site My Space.com

chronique

Styles
electro
Styles personnels
musique Électronique progressive

Le bruit des vagues et de lointains chœurs spectraux introduisent un poème Scandinave, récitée par la voix suave de Ute Stemmann, ouvrant la route de Translogical Movements. Un mouvement séquentiel aux ailes métalliques qui s’entrecroisent sur leurs fins battements échotiques, donne un rythme ondulant auquel s’ajoute un synthé nasillard aux sonorités de cornemuse acidée. En parallèle, le synthé suit le tracé du séquenceur dans un univers analogue d’antan, rappelant les bruits continuels des années 70. Les modulations sont superbes et moulent un rythme qui devient plus agité, sur de faibles bouclés synthétiques et une belle thématique harmonieuse. C’est tout un virage que Bjorn Jeppesen entreprend sur ce 2ième opus de Nattefrost. Délaissant sa mythique sonorité nébuleuse, il fend l’atmosphère d’une sonorité plus agressive et offre un solide opus où harmonie se conjugue avec des rythmes puissants. Searching For A Distant Planet, Underneath The Nightsky et Intergalactic Journey concrétisent cette nouvelle approche avec des séquenceurs légèrement saccadés, sur des rythmes nerveux soutenus par de belles structures de basse et percussions et beaux solos, aux sonorités plus directes, qui se transforment en belles thématiques mélodieuses aux effets sonores très cosmiques. Mais la force de Nattefrost demeure lorsqu’il exploite des titres plus longs, donnant libre cours à sa pensée grégorienne, à ses légendes Scandinaves, comme sur Observing Emotions. Un superbe titre au dénouement rapide où les rythmes statiques occupent d’emblée les premiers sillons avec un séquenceur redondant et ondulant. Les percussions métalliques sont souples et donnent une profondeur exquise à un titre qui vrille sur son axe, laissant un tempo lancinant grignoter notre vision. Chœurs discrets, vents d’Orion, synthé absent sur des boucles hypnotiques, notre cerveau est envahit d’une mélodie fondante issue d’une basse obsédante qui laisse sa place à une séquence synthétique aux accords gambadant sur les ondes réverbérarices placides et enveloppantes. La staticité fait place aux rapides séquences de Winterland. Un débit intense avec, en arrière scène, un synthé fluide qui appui le mouvement ondulant et mélodieux, fusant de beaux solos bouclés, enrichis par la guitare de Phil Molto. A Different View on Jupiter offre un tempo indécis avec une structure sautillante au groove léger, tout comme son approche synthétique très léger. The Pleasure Of Tranquility est une somptueuse ballade spatiale, ceinturée d’un beau synthé suave, aux souffles nasillards, et d’un mouvement séquentiel tournoyant. L’atmosphère est vaporeuse et feutrée, sur de belles cymbales tournoyantes. Un séquenceur saccadé étend son rythme nerveux en ouverture de The Magic Of Forgotten Times. Ses fines boucles d’Oracle tournoient. Envahissantes elles fusent d’effets sonores sur un synthé souple aux mouvances flottantes et moulantes. Une subtile modulation amène le tempo à un autre niveau où le synthé est plus grave sur un séquenceur tournoyant, aux effigies d’une guerre intergalactique qui se termine sur un mini solo de percussions vaporeuses. Comme un guetteur, le synthé rode avec une approche sournoise, remettant le séquenceur sur sa trace d’origine. Un très beau morceau qui s’étale à la grandeur de son titre. Bjorn Jeppesen aurait pu se contenter d’exploiter la sonorité de son œuvre antérieur, Absorbed in Dreams and Yearning, qu’on l’aurait excuser, tant elle était exquise. Sur Underneath the Nightsky, il s’aventure sur de nouveaux sentiers, avec toute l’audace et le mythisme des charmes scandinaves, résultant en un superbe album. Bien construit et, surtout fort mélodieux sur des séquences et des rythmes bouillants qui étonnent et entoure une salle d’écoute d’un perpétuel roulement sonore à la fois intense et subtilement mélodieux. Un must.

note       Publiée le mardi 8 mai 2007

partagez 'Underneath the Nightsky' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Underneath the Nightsky"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Underneath the Nightsky".

ajoutez une note sur : "Underneath the Nightsky"

Note moyenne : Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Underneath the Nightsky".

ajoutez un commentaire sur : "Underneath the Nightsky"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Underneath the Nightsky".