Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesDDeep Purple › Fireball

Deep Purple › Fireball

7 titres - 39:16 min

  • 1/ Fireball
  • 2/ No no no
  • 3/ Demon's eye
  • 4/ Anyone's daughter
  • 5/ The mule
  • 6/ Fools
  • 7/ No one came

line up

Ritchie Blackmore (guitares), Ian Gillan (chant), Roger Glover (basse), Jon Lord (claviers), Ian Paice (batterie)

remarques

L'édition 1996 est une version Deluxe avec les bonus track suivants : 8/ Strange king of woman - 9/ I'm alone - 10/ Freedom - 11/ Slow train - 12/ Demon's eye (1996) - 13/ The noise abatement society tapes - 14/ Fireball (instrumental) - 15/ Backwards piano - 16/ No one came (1996)

chronique

Styles
rock
Styles personnels
70's

Comme il s'agit de ma première chronique du quintette britannique, je vais tout d'abord donner mon avis général sur le groupe. Deep Purple, pour moi, c'est du largement sur-estimé. Comparé à du Led Zeppelin, du Black Sabbath, du King Crimson, du Lynyrd Skynyrd, ou même à du Alice Cooper ou du Aerosmith, Deep Purple est un ton (minimum) en dessous (et je ne parle même pas de la situation risible en 2007...). Alors bon, le tableau n'est quand même pas aussi noir, il subsiste de réels moments magiques et exceptionnels et des prestations live irréprochables (c'est bien là qu'excelle le groupe - y'a qu'à voir le nombre hallucinants de lives officiels toutes époques confondus qui sont sortis et qui continuent de sortir régulièrement...). N'empêche, quand on parle de groupe de rock de légende, je m'attends à autre chose que ce que les albums de Deep Purple peuvent nous proposer. En ce qui concerne ici "Fireball", il faut d'abord nous remettre dans le contexte de l'époque. Deep Purple a sorti trois albums honnêtes très 60's (plutôt sympas), un live orchestral d'une prétention qui n'a d'égal que l'échec artistique dudit album, puis le fameux "In rock" dont Chris vous a parlé avec notamment LE monument du groupe, "Child in time" (tellement exceptionnel qu'il en devient indécent vu la pauvreté du reste de leur répertoire - non, là, j'avoue, j'abuse, mais je voulais juste placer cette phrase !). En 1970, l'album a cartonné, c'est un fait, et comme le dit si bien le dicton, il faut battre le fer tant qu'il est encore chaud ! Voilà donc "Fireball" ! Comme ça deviendra une quasi-coutume, ça commence tambour battant avec un morceau rapide, direct et efficace, très bon, sobrement intitulé "Fireball". La suite est plus classique avec deux morceaux potables, mais sans rien de plus, sans génie particulier, "No no no" et "Demon's eye". Je ne sais pas, j'ai du mal à accrocher, peut-être ce clavier omni-présent que je trouve un peu gavant. "Anyone's daughter" par contre est une très bonne surprise pour moi, une ballade country très teinté de Bob Dylan (dont je ne suis pas fan) réussie avec un très bon feeling. Vient ensuite "The mule", encore excellent, sorte de réponse au "Moby Dick" de Led Zeppelin avec son pattern de batterie très original qui donnera des versions live mémorables... Pour la fin de l'album, on retrouve deux morceaux pas mauvais, mais qui restent un ton en dessous. "Fools" montre de bons riffs accrocheurs et énergiques, alliés à un solo calme tout en finesse et aventureux. "No one came", qui clôt l'album, se pose comme l'archétype du morceau seventies Purplesque sympa mais pas transcendant. On peut aussi parler du single (non présent sur l'album d'origine), "Strange kind of woman" qui se place au-dessus de la moyenne, tout à fait dans le genre de titres que Deep Purple n'a pas assez produit selon moi, dansant, rythmé et bourré de feeling. "Fireball" souffre à mon avis d'être situé entre "In rock" et "Machine head" (les deux gros succès du groupe en studio) et pourtant, bien qu'imparfait, il recelle de bons moments de rock, mais comme souvent, il manque cette pointe de génie... Je ne suis peut-être pas le mieux placé pour parler du groupe, mais en tant que fan de rock 70's, Deep Purple restera pour moi un groupe hautement sur-estimé...

note       Publiée le dimanche 6 mai 2007

partagez 'Fireball' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Fireball"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Fireball".

ajoutez une note sur : "Fireball"

Note moyenne :        26 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Fireball".

ajoutez un commentaire sur : "Fireball"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Fireball".

born to gulo › vendredi 28 décembre 2018 - 23:27  message privé !

Pauvres fous.

Rikkit › vendredi 28 décembre 2018 - 21:53  message privé !

Bah, des trois gros lards, Led Zep, Sabbath et Deep Purple, ce dernier a le plus vieilli à mon sens, comprendre celui qui sonne le plus son époque. La remarque de (N6) va ds ce sens finalement. Deep Purple synthètise bien (ou mal, c’est selon) les grands mouvements que traverse le rock à ste période. Pour ma part, sur la durée je reviens plus à Deep Purple (Burn surtout) et Sabbath (tout) qu’a Led Zep (sauf le III, mon favoris).

Langouste-mayonnaise › vendredi 28 décembre 2018 - 21:44  message privé !

C'est vrai que j'ai beau adorer Houses of the Holy je reconnais que c'est surtout un album d'été

SEN › vendredi 28 décembre 2018 - 20:03  message privé !

Led Zep c'est un line up déjà, Deep Purple c'est déjà moins cohérent d'un album à l'autre... mais y'a un truc, y'a des périodes ou je préfère m'enfiler Fireball, Burn ou même le Come taste the band que House of the Holy de Led Zep !

Note donnée au disque :       
Langouste-mayonnaise › vendredi 28 décembre 2018 - 15:05  message privé !

Ouais, et encore Deep Purple c'est que la partie immergée de l'iceberg. Quand on pense qu'il existe des gens, ptêt même des qu'on croise au quotidien, qui écoutent des trucs comme Toto, REM ou Rush, vous vous rendez compte !