Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesVVenetian Snares › 2370894

Venetian Snares › 2370894

11 titres - 46:15 min

  • 1/ "Underground Circus Jesus" (Aaron Funk) 3:48
  • 2/ "Ornamental Grape Bone" (Funk) 3:55
  • 3/ "Happy Morning Condom Factory" (Funk)3:28
  • 4/ "Twisting Ligneous" (Funk) 9:57
  • 5/ "Fuck Toronto Jungle" (Funk) 5:11
  • 6/ "We Are Cesspools" (Funk) 3:11
  • 7/ "Sybian Rock" (Funk) 0:49
  • 8/ "Nobody Really Understands Anybody" (Funk) 4:20
  • 9/ "Stamina Feat. Cex (Instrumental)" (Funk) 3:01
  • 10/ "2 Dollars" (Funk) 4:40
  • 11. "British IDM Preset Fanfare (The Hawaiian Hockey Song)" (Funk) 3:54

line up

Aaron Funk, Cex

chronique

Styles
jungle
Styles personnels
glitch/breakcore > drillnbass bordélique

Déstructuré, voilà le maître mot qui s’impose à l’écoute de cet album ! Sans dessus dessous ? C’est encore un euphémisme pour décrire ce tas de ferraille entremêlée, cet amas de détritus multicolores et déchiquetés. A l’image de la toujours aussi glauque pochette, ce disque semble avoir été trouvé dans une décharge, d’où son aspect défectueux et puant. Regardez au verso et vous comprendrez mieux le malaise induit par ce téléphone « fondu » par la chaleur. Cauchemar d’enfant ou bien au contraire délire de gamin sadique ? Aaron Funk est-il un esprit candide et torturé à la Aphex Twin ou bien un sale gosse cruel ravi de sa blague ? Car après le sadisme des marteau-piqueurs gabber, c’est dans une informe chambre d’enfant que nous invite le Canadien, histoire de trébucher parmi les jouets éparpillés d’une anarchique façon, ce qui n’est pas moins impitoyable. Ici un saxo, ici la ligne de basse de Stand by me, ici un bout de dub, et partout un conglomérat incommensurables de beats fragmentés, recollés à la hâte dans le désordre le plus total. 2370894 ressemble vraiment à un album balancé comme ça pour le fun. Et pourtant, il est le deuxième volet d’une trilogie qui commence avec « Higgins Ultra Low Track Glue Funk Hits 1972-2006 » et s’achève avec « Winter in the Belly of a Snake ». « Twisting Ligneous », le sommet du disque est décrit par Funk comme « Lee Perry forçant Stockhausen et Squarepusher à faire des choses en leur administrant des lavements au fioul ». Les titres de morceaux révèlent souvent l’humeur du canadien au moment de les composer : « 2 Dollars » est un fascinant succédané de désuétude et de nausée, avec son piano dissonant et ses samples free jazz, qui donnent l’impression d’écouter un pilier de bar nous raconter ses déboires dans une ambiance indescriptible. Autre morceau génial, « British IDM Preset … » une parodie d’electronica anglaise, comme son nom l’indique… Quant à « Fuck Toronto Jungle »… Reste quelques écarts stylistiques qui dévoilent l’incohérence de cet album : le depressif « Nobody Really Understands Anything » (encore un titre éloquent), qui reprend le « Please let me get what I want » des Smiths dans un contexte breakcore, l’interlude noise/metal « Sybian Rock » ou encore le bien cinématographique « Stamina » avec Cex ( autre légende de l’électro outre-atlantique, fou lui aussi), qui n’aurait pas dépareillé sur « Rossz… »

note       Publiée le jeudi 26 avril 2007

partagez '2370894' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "2370894"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "2370894".

ajoutez une note sur : "2370894"

Note moyenne :        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "2370894".

ajoutez un commentaire sur : "2370894"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "2370894".

taliesin › jeudi 16 août 2012 - 21:50  message privé !

Pas mon préféré loin de là, mais de bons moments, dont cet excellent "2 Dollars".

dariev stands › jeudi 3 mai 2007 - 18:03  message privé !
avatar
oups, je viens de corriger une petite bourde : la trilogie dont ce "2370894" est le deuxième opus ne se termine pas par "Find Candace", qui est un Ep, mais par l'album "winter in the belly of a snake" (sur lequel on retrouve "find candace", comme ça je vous embrouille un peu...)