Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesKBernd Kistenmacher › Un Viaggio Attraverso L'Italia

Bernd Kistenmacher › Un Viaggio Attraverso L'Italia

4 titres - 66:15 min

  • 1 Journey To Italy Part I 8:33
  • 2 Dreaming Of B. 4:52
  • 3 Journey To Italy Part II 33.50
  • 4 Driving Home 5.40

line up

Bernd Kistenmacher: Keyboards, synthétiseurs, piano, percussions et FX

remarques

Pour entendre des échantillons sonores et en savoir plus sur Kistenmacher, visitez le site web de BSC Music : http://bscmusic.de

chronique

Styles
electro
Styles personnels
mÉ berlin school

Bernd Kistenmacher est un autre pionnier inconnu de la MÉ, de style Berlin School. Celui qui fut considéré comme l’alternative à choisir pour entendre du Schulze nouveau genre, lorsque ce dernier s’empara des collages symphoniques et d’opéras. Sauf que contrairement à Schulze, Kistenmacher est aussi silencieux qu’un barreau de chaise qui traîne dans le fond de la planète. Son dernier album, Un Viaggio Attraverso L'Italia, remonte à 2001. Un peu comme tous les artistes, Kistenmacher cherchait à ‘’insipidier’’, de ce fait, la pochette démontrait cette détermination à prendre une direction plus humaine. Sauf que le contenu ne va pas avec le contenant. Si la pochette est blanche, la musique y est sombre. Mais une obscurité où les mélodies et les harmonies se fusionnent sur une complexité rarement égalée, pour un titre qui recherchait avant tout la simplicité du Nouvel Age. Kistenmacher a visé à côté de sa cible pour nous offrir un superbe Berlin School. Cette pochette pure qui dessine les beautés de la Bologne, semble être un conte de fée dans une marre poisseuse où les moments de tendresse cachent autre chose. La partie I s’invite sur un beau souffle aux harmonies lentes et aux coussins flottants intrigants. Sombre et lourd, les sonorités orchestrales transcendent un air de méfiance, même si la beauté en flotte. De fines modulations qu’un cello éventre de son lourd archet pour insuffler le souffle des ombres. Pourtant, la journée s’annonçait belle, n’est-ce pas? Belle comme cette séquence qui enterre toute suspicion menaçante et qui coordonne une spirale éthérée vers la 4ième minute. Une séquence au dédoublement sonore ravissant qui annonce une divergence dans les rythmes. Déjà, les chœurs synthétisés arquent les réverbérations célestes qui se trament à chaque coup d’archet. Une œuvre minimalisme qui transpire l’angoisse tout en remettant son tempo à un piano rebelle, dure aux accords explosifs et secs, mais tout autant harmonieux. Un Berlin School acoustique sur un splendide piano aux modulations toujours angoissantes. Un peu comme dans un rêve où la course de panique folle longe les couloirs obscurcis par des mains sanguinolentes qui cherchent sa proie. Du piano, à la guitare acoustique, le magnétisme minimalisme se poursuit inlassablement. Une superbe 1ère partie. Dreaming Of B est une belle romance de piano. Mélancolique et rêveuse, elle s’appuie sur un beau synthé au souffle opaque. Journey To Italy Part II débute lentement, avec des chœurs, carillons comme un dimanche Pascale. Un beau moment flottant, mais extrêmement dense avec de sublimes modulations qui viennent chercher les émotions. Kistenmacher étonne par ses modulations qui donnent une impression de voyager dans le rythme, à vitesse réduite. Mais le rythme vient. Près de 25 minutes de rythme continu sur un mouvement très près du minimalisme. Le piano domine constamment avec un style jazzy, sur une structure rythmique imposante; une bonne basse, des percussions solides et une séquence à pulsations graves de 6 coups la rotation, comme Pyramid Peak aime bien exploiter. Le synthé remplace le piano avec des solos aux sonorités magnétiques. Des solos qui deviennent plus vicieux sur un tempo qui maintient le cap, ne diminuant que vers la toute fin. Driving Home, conclut ce dernier opus de Bernd Kistenmacher avec une touché légère et enjouée, comme JMJarre aimait bien fignoler ses finales. C’est avec Un Viaggio Attraverso L'Italia que Bernd Kistenmacher a tourné les talons à la MÉ. Il y a eu des rumeurs de retour, mais vraiment rien de bien concret. C’est dommage car c’était le seul artiste à jouer sur les structures complexes des scénarios musicaux à la Schulze, tout en y maintenant un intérêt harmonieux. Exactement ce que l’on retrouve sur son dernier opus.

note       Publiée le vendredi 6 avril 2007

partagez 'Un Viaggio Attraverso L'Italia' sur les réseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Un Viaggio Attraverso L'Italia"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Un Viaggio Attraverso L'Italia".

ajoutez une note sur : "Un Viaggio Attraverso L'Italia"

Note moyenne :        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Un Viaggio Attraverso L'Italia".

ajoutez un commentaire sur : "Un Viaggio Attraverso L'Italia"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Un Viaggio Attraverso L'Italia".

gkar02300 › lundi 26 octobre 2009 - 16:29  message privé !

Super concert donné le 24 Octobre à Paris ou il à joué entièrement son prochain album:Celestial Movement. Album à conseiller vivement.....