Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesSSamla Mammas Manna › Snorungarnas symfoni

Samla Mammas Manna › Snorungarnas symfoni

4 titres - 34:06 min

  • 1/ Första Satsen (11:52)
  • 2/ Andra Satsen (5:40)
  • 3/ Tredje Satsen (7:45)
  • 4/ Fjärde Satsen (8:49)

enregistrement

Studio Decibel, Stockholm, Suède, 1975

line up

Coste Apetrea (guitare acoustique et électrique, balalaika), Hasse Bruniusson (Hans Bruniusson) (batterie, percussions), Kalle Eriksson (trompette), Lars Hollmer (claviers), Lars Krantz (basse), Ärtan Wallander (saxophone)

remarques

chronique

Styles
folk
progressif
Styles personnels
symphonique

Le dernier album de Samla Mammas Manna est un élégant exercice de style articulé autour des seules compositions de Gregory Allan-Fitzpatrick. Mais qui est donc ce Allan-Fitzpatrick me demanderez-vous, l'air hagard ? Tout simplement, un américain expatrié en Suède en qui le groupe avait semble-t-il suffisamment confiance que pour interpréter et enregistrer son matériel sur un album complet ; "Snorungarnas Symfoni", au titre éloquent. Car de tous les albums enregistrés jusqu'ici par le groupe de Lars Hollmer, c'est en effet celui qui se rapproche le plus de l'idiome progressif tel qu'il a été défini pour la postérité : quatre longues plages qui heureusement ne possèdent ni l'arrogance d'un "Brain Salad Surgery", ni la prétention d'un "Tales from Topographic Oceans". Est-ce donc vraiment un album de Samla Mammas Manna me demanderez-vous encore, inquiets, si seulement ce sujet vous intéressait vraiment ? Eh bien oui vous répondrais-je, même s'il est difficile de savoir de quelle manière s'est équilibrée cette collaboration, et qui a apporté quoi tant leurs styles respectifs donnent l'impression de parfaitement s'imbriquer. Parce que si effectivement l'absence des loufoqueries a tendance à conférer à l'ensemble un côté plus posé et sérieux qu'on ne leur connaissait pas, l'interprétation qui est donné de ces compositions font honneur à la versatilité du groupe, multipliant les timbres et les couleurs grâce à une instrumentation insolite incluant trompette, saxophone, percussions diverses, accordéon et même, même, du mellotron (mais juste un peu). "Första Satsen", la première pièce, est sans doute la plus riche du lot en ce sens. Dans de telles circonstances, la juxtaposition de thèmes enjoués à d'autres plus poignants (comme sur "Fjärde Satsen" à la mélodie certes un peu facile) nous ramènent plus que jamais à l'orchestre du Grand Wazoo. Dans tous les cas, "Snorungarnas Symfoni" n'est certes pas dépourvu de qualité mais ne pourrait que vous induire en erreur si vous cherchez à percer le mystère Samla Mammas Manna. Un disque à part.

note       Publiée le jeudi 5 avril 2007

Dans le même esprit, Progmonster vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Snorungarnas symfoni".

notes

Note moyenne        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Snorungarnas symfoni".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Snorungarnas symfoni".