Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesSSamla Mammas Manna › Måltid

Samla Mammas Manna › Måltid

  • 1973 • Silence SRS 4621 • 1 LP 33 tours
  • 1991 • Silence SRSCD 3604 • 1 CD

9 titres - 42:16 min

  • 1/ Dundrets Fröjder (10:46)
  • 2/ Oförutsedd Förlossning (3:13)
  • 3/ Den återupplivade Låten (5:59)
  • 4/ Folkvisa i Morse (2:09)
  • 5/ Syster System (2:29)
  • 6/ Tärningen (3:37)
  • 7/ Svackorpoängen (3:14)
  • 8/ Minareten (8:21)
  • 9/ Værelseds Tilbud (2:28)

enregistrement

Studio Decibel, Stockholm, Suède, automne 1973

line up

Coste Apetrea (guitare, chant), Hasse Bruniusson (batterie, percussions, chœurs, verres), Lars Hollmer (piano, piano électrique, chant), Lars Krantz (basse, chant), Henrik Öberg (congas)

remarques

La réédition cd 1991 sur Silence Records comprend trois titres supplémentaires, "Minareten II" (4:41), "Probably The Probably" (3:55) et "Circus Apparatha" (6:04), ce dernier extrait de leur premier album alors non republié, le tout portant la durée totale du disque à 56:58

chronique

Styles
jazz
ovni inclassable
progressif
Styles personnels
fusion

"Måltid" affirme avec autorité la forte personnalité de ce groupe suédois purement inclassable. Avec ce sens de la dérision unique, l'aspect le plus communément rock en moins (bien que la guitare de Coste Apetrea commence à sortir ses griffes), Samla Mammas Manna arbore de plus en plus en de nombreux endroits des airs de Mothers of Invention européen, période "Waka/Jawaka" qui plus est... Prenez "Dundrets Fröjder" par exemple ; un niveau de jeu exceptionnel, une série de thèmes plus palpitants les uns que les autres, une complexité rythmique affichée mais pas prédominante, une diversité d'approche étonnante qui englobe des tas d'aspects différents, renvoyant dos à dos - et en cherchant bien, si, si ! - les meilleurs passages de Genesis ou Gentle Giant dans le plus pur style symphonique à des élucubrations dignes des formations zeuhl ou rock in opposition, réfugiés derrière des onomatopées qui font office de chant ; un peu comme si le personnage de La Linea avait convié toute sa famille à se joindre à l'orchestre (pour s'en convaincre, écoutez aussi "Syster System")... Ces nombreux points forts, on les retrouve éparpillés un peu partout sur le disque, "Måltid" possédant un aplomb, une force de conviction et un pouvoir de séduction quasi instantané auprès des amateurs avoués d'objets musicaux non identifiables, choses dont était encore dépourvu leur premier effort. Nageant dans des eaux troubles où psychédélisme, progressif, jazz fusion et délire faussement éthylique font bon ménage, il n'y a rien d'étonnant à ce que Samla Mammas Manna ait été pendant très longtemps observé comme une véritable curiosité défiant toute tentative de catégorisation. La production et les arrangements ont également fait un énorme bond en avant avec plus de soin apporté à chaque élément, le clavier n'étant désormais plus le seul électron libre de ce cirque déluré. Bien que beaucoup plus concentré sur des aspects purement techniques, les canadiens de Miriodor doivent beaucoup au groupe de Lars Hollmer. Et, par extension, Mr.Bungle lui-même.

note       Publiée le jeudi 5 avril 2007

Dans le même esprit, Progmonster vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Måltid".

notes

Note moyenne        6 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Måltid".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Måltid".

Klarinetthor › vendredi 21 octobre 2016 - 19:02  message privé !

ah, cool, d'autres albums a ecouter

Note donnée au disque :       
bubble › vendredi 21 octobre 2016 - 18:58  message privé !

surtout la version Z (Familjesprickor etc..)

Klarinetthor › vendredi 21 octobre 2016 - 16:47  message privé !

Quel album qui ne fait vraiment pas son age; on sent l'influence que ca a pu avoir sur les groupes prog modernes

Note donnée au disque :       
Dun23 › samedi 12 décembre 2015 - 18:06  message privé !

Pour paraphraser mes gamins devants les pubs de jouets en cette période de nativité: "Moi, je veux ça!"
Sinon, je trouve qu'un Sebkah Chott est pas très éloigné de ce truc là, surtout les voix haut perchées des délires de Yula.

nicliot › vendredi 6 avril 2007 - 08:44  message privé !
Aaah, Samla sur Guts, quelle bonne nouvelle, merci Proggy. Je tiens à signaler que Samla avait été cité dans le topic des Chros absentes il y a quelque temps. Je vois que tu tiens tes promesses.
Note donnée au disque :