Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesDDälek › Abandoned language

Dälek › Abandoned language

11 titres - ??:?? min

  • 1/ Abandoned Language
  • 2/ Bricks Crumble
  • 3/ Paragraphs Relentless
  • 4/ Content To Play Villain
  • 5/ Lynch
  • 6/ Stagnant Waters
  • 7/ Starved For Truth
  • 8/ Isolated Stare
  • 9/ Corrupt (Knuckle Up)
  • 10/ Tarnished
  • 11/ (Subversive Script)

line up

Dälek (mc), Oktopus (producer)

chronique

Styles
indus
hip-hop
Styles personnels
luxe

Après « Absence », il ne pouvait plus être question de rap-noise-indus tant Dälek en avait repoussé les limites. Un bloc dans la gueule. « Abandoned language » fait figure de chocolat de l'ambassadeur à côté: classe, luxueux, un produit de premier choix, qui brille et qui coûte cher. Rien que l'emballage déjà: des lyrics (une première) visible en reflet, photos en polarité inversée, c'est clinquant à souhait. Et puis le premier morceau démarre, 10 min au compteur, la production ressemble au reste, propre, nette, luxuriante, presque bourgeoise. Impression renforcée par la tonne de cordes qui ensevelissent le disque, lui donnant une couleur de musique contemporaine jamais entendue dans le hip-hop (allant jusqu'à inviter un orchestre pour les cordes !). Imaginez un beat sur du Penderecki ! Mais si ça sent l'élite, c'en est pas moins poisseux: c'est le lustre couvert de sang, le chandelier noyé dans la boue, les bijoux en or à l'usine et le centre Pompidou qui prend feu. Car le flow de dälek n'a jamais été si rampant, sinueux, monocorde mais implacable. Et Oktopus de débiter des samples malsains qui évoqueront pour le coup la dernière diarrhée de David Lynch... ah, on me signale qu'un des titres s'intitule Lynch, quel hasard s'il est carrément flippant. La lourdeur s'occupera de tes organes internes, les scratchs ne risquent pas de te faire groover (sans atteindre la perfection de ceux de Still néanmoins), et les nombreuses dissonances qui parcourent le disque risque d'efffrayer même les plus durs d'entres vous. On n'est pas là pour rigoler. Mais, car il y a un mais, le disque souffre d'un petit défaut pas négligeable. En effet, alors qu'on commence à apprécier l'odeur du cadabre six feet under et les vers qui pénetrent dans notre oreille, le disque perd de sa constance dans sa deuxième moitié, du moins pour quelques titres. « Isolated stare » nous ennuie, avec son sample qui ressemble trop à celui de « Paragraphs relentless », « Stagnant Waters » est mou et nous ferait penser pour un peu à du Cannibal Ox fatigué; heureusement que « starved for truth » nous a décalqué la gueule avec son saxo entre les deux et que « Tarnished » ferait presque firgure de meilleur titre de l'album si seulement le titre éponyme n'était pas aussi énorme.Ouf ! Nous n'avons fait que frôler l'ennui. Reste que ce disque fait figure, plus que jamais, de revers total à cette nouvelle scène hip-hop un peu trop rêveuse: l'arc en ciel de Clouddead trouve son écho dans « Abandoned language », un onirisme cauchemardesque et malsain, labyrinthique, étrange et déformé, qui n'aurait pas dépareillé dans Inland Empire.

note       Publiée le samedi 31 mars 2007

partagez 'Abandoned language' sur les réseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Abandoned language"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Abandoned language".

ajoutez une note sur : "Abandoned language"

Note moyenne :        38 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Abandoned language".

ajoutez un commentaire sur : "Abandoned language"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Abandoned language".

Kagoul › samedi 4 avril 2015 - 19:41  message privé !

Commme Reflection, c'est mon préféré du groupe ! vu à lyon en Live en 2007, Mc dalek gueulait car il n'y avait pas assez de décibels et pourtant ça déchirait ^^ je crois que je vais aller les revoir le 16 avril à audincourt dans le 25 au moloko : ça promet ! des gutsiens y vont ?

Note donnée au disque :       
Reflection › mardi 8 octobre 2013 - 21:26  message privé !

Mince j'avais déjà tout dis à l'époque. "Cet album se bonifie avec le temps, comme du bon vin" (sans la faute).

Mon préféré du groupe, définitivement. Car c'est le meilleur finish que l'on puisse imaginer : Tarnished + (Subversive Script)... No Words...

(mais il y a aussi d'autres grand moments : Starved For Truth et son sax pour ne citer que celle-ci).

Note donnée au disque :       
brighter_paëlla_now › mardi 23 février 2010 - 11:22  message privé !

Ahhhhh donc dans Stagnant Waters ça commence par "On the blocks of lot" et certainement pas "Call a Black Sabbath", je suis déçu.

Note donnée au disque :       
NevrOp4th › vendredi 5 février 2010 - 11:36  message privé !

Dalek oppresse, Dalek met mal à l'aise.. Pari réussis. Ce disque est puissant, austère et dérangeant avec une ambiance très ghetto urbain un peu chacun pour sois et dieu pour tous. Les instrus d'Oktopus sont saisissants de lourdeur, C'est malsains et organiques. Ses skratchs sont assez atypique dans le style et le rendu rends originale cette galette. Ce beat lent fait headbangué immédiatement, on bat la mesure avec elle et nous sourions jaune sur ce flow impitoyable et cynique. Ce disque c'est un peu une guerre de tranchée, il y a des morts partout et cette odeurs de mort est omniprésente. Ces mecs sont devenus des légende comme Eric B & Rakim dans les années 80.

Note donnée au disque :       
Damodafoca › mercredi 1 avril 2009 - 17:32  message privé !

C'était pas aussi fort que ça. Quand ils jouent a l'étranger par contre, sunno))) c'est pipi de fillette a coté.Report ici: http://beyondthenoize.blogspot.com/

Note donnée au disque :