Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesDDream Connection › Streamfire

Dream Connection › Streamfire

11 titres - 65:19 min

  • 1 Nightflyer 4:14
  • 2 Spheric Dimensions 6:42
  • 3 Streamfire 6:31
  • 4 At The Quietest Moments 7:31
  • 5 High Hopes 4:03
  • 6 Nightshift 4:47
  • 7 Manika 5:12
  • 8 Resolation 6:28
  • 9 Silent Temptation 4:00
  • 10 High Places 5:53
  • 11 Green Home End 9:38

line up

Karl-Heinz Reiers & Harald Nies : Keyboards, synthétiseurs, é-guitare, percussions & FX

remarques

Pour entendre des échantillons sonores et en savoir plus sur l’artiste, visitez son site web au : www.rockatspace.de

chronique

Styles
electro
Styles personnels
mÉ berlin school

La guitare et le synthé sont d’étranges unions en MÉ. Étrange, parce qu’un instrument (synthé) vole facilement les modulations de l’autre. Alors que la guitare mystifie tout bon synthésiste avec des solos aux multiples couleurs et, surtout, émotions. À preuve, la fusion Axxess & Maxxess sur Contact. Les virulents solos de Max Schiefele prédominaient aisément sur les synthés du synthésiste de Pyramid Peak. C’est très différent avec Dream Connection, puisqu’Harald Nies fait déjà une excellente utilisation des synthés sur Magnetic Deflection. Streamfire est un bel album qui surprend à la 1ière écoute, mais qui gagne à être écouté plus d’une fois. En ouverture, Nightflyer nous assiège d’un solide rythme rock, après une ouverture très atmosphérique. Spheric Dimensions tournoie sur un rythme lent et embué d’une saveur Asiatique. Fluide, la mélodie tressaille comme des milliers de vaguelettes s’agitent sur une surface d’eau aux reflets violentés par le soleil. Les solos de guitares sont hauts et aigus, suivis d’un synthé au siffle mélodieux, sur une séquence stationnaire. La pièce titre est d’une puissance égale à l’atmosphère intrigante de son intro. Une séquence sombre, hachurée et endémique en émerge, comme un mouvement menaçant qui est précédé de ses grondements. Le rythme est lourd et ondule avec lenteur sur une séquence saccadée dont la vibration laisse un sillon imparfait dans l’air. Un titre à l’énergie mitigée par un lourd mouvement circulaire, qui comprend des solos acérés et brumeux sur une séquence puissante qui tournoie pour essorer d’autres furieux solos. Un très bon titre, avec une séquence incroyable. Tout à l’opposé de son titre, At The Quietest Moments est un long délire psychédélique où guitare et synth unissent leurs féroces sonorités, comme un passage obligé, avant d’entendre un piano romanesque chatouiller nos élans de tendresse. Il faut passer la jungle pour y voir l’eau. High Hopes est une belle ballade au piano harpée, qui se transforme en mélodie sous les odes d’une six-cordes et des carillons circulaires, tout comme la suave et sensuelle Manika et l’énigmatique Silent Temptation Plus musclé, avec une séquence galopante et spiralée, Nightshift est un titre lourd aux strates obsessives, comme un vent hanté, sur un synthé carillonnant une superbe mélodie thématique. Un beau titre à la mélodie enclumée, sur un beau synthé volant. Réglé comme une horloge, le tempo de Resolation est d’un mécanisme d’envoûtement idéal. Une timide séquence imprégnée d’un synthé discret, dont les formes volantes nous transporte aux atmosphères astrales d’un mouvement linéaire simpliste mais harmonieux. Après le nerveux High Places, qui jouit d’une superbe séquence, Green Home End clôture ce dernier opus de Dream Connection avec une intro lourde et atmosphérique. Une rivière souterraine fait entendre son clapotis dans une ambiance traînante que les cordes de Harald Nies agrémentent de ses solos sinueux. Streamfire est une belle fusion guitare/synthé aux solos vrillants sur un fond synthétique aux multiples modulations. Harald Nies et Karl-Heinz Reiers démontrent qu’il est possible de fusionner guitare et synthé, tout en respectant l’évolution de l’un par rapport à l’autre. Un habile mélange de séquences lourdes et hachurées qui explorent des rythmes sombres et déviants, sur des sonorités limpides. Les compositions sont bien développées et on y perçoit un souci des détails significatif. Un professionnalisme évident, dans un cadre financier qui malheureusement n’arrive pas à la hauteur du talent de Dream Connection; une œuvre qui vaut plus qu’un CD-R. DISPONIBLE au :www.rockatspace.de

note       Publiée le jeudi 29 mars 2007

partagez 'Streamfire' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Streamfire"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Streamfire".

ajoutez une note sur : "Streamfire"

Note moyenne : Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Streamfire".

ajoutez un commentaire sur : "Streamfire"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Streamfire".