Vous êtes ici › Les groupes / artistesGGraumahd › Cheru

Graumahd › Cheru

10 titres - 39:28 min

  • 1/ Die letzte nacht
  • 2/ Instrumental
  • 3/ Cheru
  • 4/ Ohne welt
  • 5/ ... und dann kam ruhe vor dem sturm
  • 6/ Jahreskreis 2.005
  • Auwaldschatten :
  • 7/ 1
  • 8/ 2
  • 9/ 3
  • 10/ Ausklang

enregistrement

Enregistré, lixé et masterisé à Pure Sound Studio. Produit par Graumahd et Thomas R.

line up

Jörg B. (guitares, voix), Albin Julius (harmonium), Georg O. (guitares), Wolf L. (guitares, textes), Christian K. (basse), Karin St. (flûte), Christine K. (clarinette), Martin T. (batterie, percussions), Thomas R. (piano, voix)

remarques

chronique

Styles
folk
Styles personnels
néo folk

Graumahd est une des formations néo folk les plus crédibles. Si le trio autrichien assume pleinement le vocabulaire passéiste et rigide qui fait l'identité d'un Forseti, à l'image de ce chant grave et discipliné aux angles renforcés par la langue allemande, il se distingue aussi par une variété rythmique et mélodique qui donne à ce "Cheru" une solidité musicale qui fait parfois défaut à la scène. De fait, les pièces évoluent entre ces rythmiques emportées symptomatiques de la nostalgie folk et des tournures en arpèges, harmoniques de guitares et mélodies solistes dans des pièces au déroulement plus sophistiqué que celles de Herr Ritter. Graumahd c'est essentiellement un brelan de guitaristes, aussi à l'aise à l'unisson de passages roulants et tempétueux qui sont à l'acoustique ce que Primordial est aux ténèbres, que sensibles lors de déploiements délicats et ouvragés mettant en exergue une trouvaille mélodique marquante autour de laquelle les deux autres six cordes assurent les bases dynamiques. Production austère, interprétation toute germanique, Graumahd élargit tout en le respectant le champ d'expression de la néo folk par sa volonté atmosphérique et picturale, à l'image d'un "... und dann kam..." et de son motif répétitif en harmoniques. D'inspiration essentiellement mélancolique, la musique des viennois se révèle d'un remarquable équilibre mélodique et harmonique entre simplicité et finesse; jamais trop pathétique, toujours sensible, le trio livre des pièces comme "Ohne Welt" où l'héritage de la folk psychédélique est aussi prégnant que la volonté de nostalgie; c'est bien de plaisir musical pur dont il est question dans ce motif léger qui ravi les oreilles où ce solo de guitare, bien plus que d'ôdes où de complaintes. Graumahd, néanmoins, s'incrit largement dans la lignée actuelle de la néo folk "traditionnelle" avec ses dynamiques un peu militaires et sa fierté portée en étendard. On retrouve évidemment la flûte candide, les roulements de tambour et le grondement sévère de l'harmonium... les reflets irrisés de l'accordéon et surtout, ces lignes de chant hachées et toniques à la crédibilité toujours sur fil. Dans sa souplesse de vocabulaire, Graumahd est aussi proche de la générosité d'un Tenhi période "Kauan", de la douceur d'un Backworld, qu'il l'est dans sa rigueur nostalgique d'un Darkwood, d'un Orplid et bien sûr d'un Forseti. "Cheru" est un bel album, équilibré et solide, qui montre que l'on peut se soumettre à une certaine austérité respectueuse, sans pour autant perdre de vue la capacité d'émerveillement nécessaire au plaisir de cette musique.

note       Publiée le samedi 24 mars 2007

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Cheru".

notes

Note moyenne        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Cheru".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Cheru".

Nokturnus › lundi 28 janvier 2008 - 19:14 Envoyez un message privé àNokturnus
avatar
Miam.