Vous êtes ici › Les groupes / artistesPParallel Worlds › Obsessive Surrealism

Parallel Worlds › Obsessive Surrealism

11 titres - 63:04 min

  • Beneath Fear| 6:06
  • Different Pathways| 5:18
  • Empty Human Cells| 3:38
  • Increasing Complexity| 5:52
  • Into the Caves of the Mind| 4:50
  • Interlude| 2:09
  • Reflective| 9:32
  • Mindmists| 8:49
  • Pale Yellow Sky| 5:42
  • Distracted| 6:57
  • Crying Spells| 4:15

enregistrement

Composé et réalise par Bakis Sirros, entre 2002 et 2006, au Wavemountain studio, Athens, Greece

line up

Bakis Sirros ; Doepfer A100 modular, Analogue Systems RS-Integrator modular, Technosaurus System D modular, modified EMS VCS-3 (x2), ARP 2600, Odyssey, Roland System 100, System 100m, modified Oberheim 2-voice, Korg MS50, MS20, SQ10, Trident, PE1000, Analogue Solutions Concussor modular, modified TR606, Nord modular, JP8000, Microwave XT, MS2000R, S750, Emax 2, Korg ES1, Roland Space Echo, Korg SE500, additional sound manipulators

remarques

Pour entendre des échantillons sonores et en savoir plus sur l’artiste, visitez son site web au : http://www.parallel-worlds-music.com/

chronique

Styles
electro
Styles personnels
mÉ, berlin school vs electronica

Une sombre et bourdonnante onde de son sautille délicatement en ouverture de Beneath Fear. C’est intro bigarrée qui laisse émerger une fine mélodie pianotée figée dans une faune sonore dense. Cette douce mélodie partage ses harmonies avec une nuée de tonalités aussi variées que la peur peut avoir de raisons avec des flûtes et un synthé sifflotant une thématique mélodieuse sur des percussions sautillantes et saccadées qui battent dans une ambiance légère et lugubre. Si le tempo est d’apparence égale il devient plus implosif en toute fin, martelant le rythme avec la force de l’effroi. Intéressant? Bigrement! Parallel Worlds est le nom que le musicien d’origine grecque Bakis Sirros a choisi pour nous présenter son étonnant Obsessive Surrealism; une fusion parfaite entre la MÉ et l’électronica ambiant.
C’est un univers musical aux textures sonores riches et aux tempos déroutants qui se moulent harmonieusement aux effets sonores et aux échantillonnages méticuleusement choisis et bien dosés par Bakis Sirros. Ce défenseur des sonorités analogues créent ainsi un extraordinaire effet de richesse dans une dimension juxtaposée, comme dans un monde parallèle, qui émerveille et qui change la donne dans un monde musical où les machines à sons n’ont pas de frontières. Ce qui donne des effets langoureux supplémentaires sur des titres comme Different Pathways et l’agressif Into the Caves of the Mind où les candides lignes principales sont absorbées par des effets sonores qui propagent un rythme contraire. Un moulage incroyable et subtil, comme si mon clone invisible marcherait en avant de moi et m’absorberait au passage….je me moule à lui et suis ses formes. Tout a fait génial. Ces coups de génie pullulent sur Obsessive Surrealism, de l’avant-gardiste maison d’édition Din Records, qui se spécialise dans la Musique Électronique Contemporaine. Avec ses jets gazeux vaporeux, Empty Human Cells présente une intro statique. Graduellement, un tempo circulaire s’installe appuyé sur une basse difforme et des effets sonores percussifs qui voltigent, alors que l’ambiance devient intrigante, sur de courtes strates symphoniques. Avec un titre aussi frappant que Increasing Complexity, on s’attend à un tourbillon insane. Mais nous avons droit à un petit beat des îles, aux percussions xylophonistes. La beauté de la pièce est cette ligne de percussions électroniques distortionnée, qui se moule à un tempo suave et coulant.
Un beau down-tempo éveille les sens de Reflective. Lent comme une morphique pulsation hypnotique il s’arrime à une séquence ronde qui oscille parmi des nappes synthétisées, flottant doucement sur une autre séquence de plus en plus sautillante. Une fascinante cascade de strates violonées traverse ce mouvement tressaillant qui prend une forme de jazz ondulant sur les envoûtantes courbes d’un synthé lyrique et de percussions aux coups plus qu’efficaces. Alors que Mindmists nous fait visiter les couloirs aussi déviants qu’Empty Human Cells, avec plus de variances dans les rythmes, Pale Yellow Sky est une belle rencontre piano/cello dans une ambiance lounge des percussions amplifiées. Encore, le tempo est solitaire et sculpté autour d’effets sonores et de samplings. Agressive et savoureuse Distracted nous frappe de plein fouet avec une approche électronique lourde, comme si Ramp se serait conformé à ce mouvement. Un titre puissant qui est une effervescence synthétique absolue, dans une ambiance lourde, aux limites de Mark Shreeve et Ramp. Crying Spells a l’air de son titre. Un intense boléro paranoïaque, aux chœurs rébarbatifs sur des pulsations lucifériennes.
Tout un opus! De la première à la dernière note, on est sidéré par l’approche musicale de Parallel Worlds sur Obsessive Surrealism, qui me donne le même impact que Brian Eno avec Nerve Net. Partout, les samplers et les effets sonores tapissent les pièces de long en large, sur dimensionnant les structures tout en leur donnant une profondeur artistique d’un paradoxe étonnant. C’est aussi sombre que ça peut être bon, mais c’est surtout très rafraîchissant. Et tout au long de ces corridors musicaux aux profondeurs sans fin on perçoit l’intrusion parallélisme avec une subtilité stupéfiante, signe d’une symbiose parfaite entre la noirceur et ses harmonies irréelles.
DISPONIBLE chez : http://www.din.org.uk/

note       Publiée le jeudi 22 mars 2007

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Obsessive Surrealism" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Obsessive Surrealism".

notes

Note moyenne Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Connectez-vous ajouter une note sur "Obsessive Surrealism".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Obsessive Surrealism".