Vous êtes ici › Les groupes / artistesMMoondream › Fairyland

Moondream › Fairyland

  • 2006 • SynGate SynGate CD-R 2098 • 1 CD

13 titres - 73:08 min

  • 1 Intro 2:13
  • 2 Dance of the Elfes 3:41
  • 3 Forest of the Dwarfs 7:52
  • 4 Sea of Tears 4:57
  • 5 Soulvoyager 6:20
  • 6 Adrastea part 1 7:06
  • 7 Flight of the Souls 5:31
  • 8 Land of the Stars 7:53
  • 9 Dark Forest 5:01
  • 10 Voyage of the little Prince 9:24
  • 11 Longing For 5:05
  • 12 No Fear 4:27
  • 13 Good-Bye 3:42

line up

Volker Schmidt: Keyboards, synthétiseurs, programmation & FX

remarques

chronique

Styles
electro
Styles personnels
musique Électronique new berlin school

Fairyland est le 3ième album de Moondream, un groupe qui m’avait fort plu avec le 1ier opus, Dreamland, paru en 2004. Si la pochette laisse transpirer un monde gothique ou médiéval, il n’en est rien. Encore une fois, Lothar a choisi la mauvaise lentille. Tout comme Moondream d’ailleurs. Avec Fairyland on reste toujours dans le même décor chimérique; une terre de rêve et un royaume pour les fées. Malheureusement, si les titres ont une thématique similaire, ou se suivent sur les routes des Royaumes utopiques, la magie n’est plus la même. Si Dreamland avait une fraîcheur spontanée, Fairyland à tout d’un album calculé. Un album sculpté dans les sillons de Dreamland.
Et, comme cet album, Fairyland ouvre avec une pièce intitulée Intro. Un titre lourd avec un synthé stellaire qui flotte parmi les ondes de ses chœurs. Les modulations sont souples et attisées par des mouvements bas et un synthé à l’aspect légèrement violoné. Dance of the Elfes débute exactement comme Intro finissait. Les deux pièces auraient pu se fondrent sans peine, au lieu de cette étrange coupure, que l’on retrouvait aussi sur le premier opus. D’ailleurs, plus on avance et plus nous trouvons de bonnes similitudes. Ceci étant dit Dance of the Elfes est un beau titre à la synth pop. Rien de trop compliqué, de bonnes percussions qui soutiennent un rythme sobre et une thématique mélodieuse sur un synthé rotatif. Forest of the Dwarfs est par contre une petite trouvaille. Un mouvement rotatoire lancinant, aux battements pulsatoires et un beau jeu de synthé qui laisse planer quelques bons solos. Hypnotique, le tempo est ponctué de subtiles modulations variant ainsi les thèmes et la mesure. Un des bons titres sur Fairyland qui poursuit avec Sea of Tears, un titre à saveur ‘’techno dance‘’ pop avec ses cymbales à la ‘’tschitt tschitt‘’. Un beau morceau, avec une belle mélodie fort structurée et des synthés charmeurs. Mais c’est aussi le genre de pièce simpliste qui a fait le tour d’une époque, comme Soulvoyager le plus beau titre sur ce cd, avec Longing For.
En fait Fairyland est un bon cd, fichtrement bien construit, peut-être même un peu trop. Moondrean aurait pu aller plus loin, exploiter un peu mieux ses frontières au lieu de se contenter des structures sécurisantes qui plairont à tous, parce que trop beau, trop rose bonbon. Tout au long du parcours musical, nous sommes charmé par ses compositions qui se déroulent dans une harmonie de base, sans verser dans les sillons de la complexité.
Si vous avez aimé Dreamland, vous aimerez sans doute Fairyland. Un album mélodieux, sans risque, ni furie. Obscur, comme la majorité des œuvres de MÉ, avec une veilleuse à chaque recoin pour mieux nous sécuriser, nous amadouer. L’ordinaire dans ce qui a de plus ordinaire. Un beau New Berlin School.

note       Publiée le mercredi 7 mars 2007

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Fairyland".

notes

Note moyenne Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Fairyland".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Fairyland".