Vous êtes ici › Les groupes / artistesEThe End › Elementary

The End › Elementary

cd • 10 titres

  • 1Dangerous
  • 2The Never Ever Aftermath
  • 3Animal
  • 4The Moth And I
  • 5Throwing Stones
  • 6My Abyss
  • 7Awake ?
  • 8A Fell Wind
  • 9In Distress
  • 10And Always…

enregistrement

Recorded at BWC Studios by Greg Dawson.

line up

Aaron Wolff - Vocals / Steve Watson - Guitar / Andrew Hercules - Guitar / Sean Dooley - Bass /Anthony Salajko - Drums

remarques

chronique

Styles
post-hardcore
metal
neo metal
rock
Styles personnels
gnangnan

The End est un groupe à l'origine de deux des meilleurs disques de hardcore chaotique, sombre et poisseux jamais sortis, tout d'abord "Transfer Trachea Reverberations From False Point Omniscient", mini-cd suintant la perfection à plein nez, sali comme du Gorguts, dont les dédales labyrinthiques puants et le chaos plein de beauté m'auront marqué à vie, puis "Within Dividia", très bon premier album continuant l'oeuvre de leur premier jet en moins sauvage, mais encore plus sombre - si c'est possible. Il faut croire que The End ont passé ces trois dernières années dans une putain de cuve d'eau de javel. En fait, on en vient presque à se demander si c'est bien par le même groupe qu'a été composé cette bouse néo-metallisante pseudo-progressive. Certes, il reste quelques légers vestiges de ce que The End a pu être : le batteur est toujours impressionnant quand il le veut, certains riffs sonnent vaguement chaotiques et "mathématiques", "Animals" ou "Awake" ont des (très) lointains relents de "Within Dividia".. Ca s'arrête là. Je sais qu'un groupe qui fait de la redite, ça craint, que l'évolution, c'est cool, bla, bla, bla... Par amour pour le The End que je connaissais, j'ai pris mon courage à deux mains et j'ai écouté "Elementary". Plusieurs fois. Là où l'ancien The End pouvait déprimer par son ambiance, là c'est toujours pareil, mais dans le mauvais sens du terme. A la limite, si ils avaient splitté puis changé de nom... Non, là, la seule chose que m'inspire "Elementary", c'est un putain de sentiment de salissure - c'est dépité que je vous écris cette chronique. Ces mecs se sont souillés en pondant cette bouse, je me suis demandé plusieurs fois comment ils ont fait - l'appat du gain revient souvent à l'esprit comme éventuelle réponse à cette question. Le chaos a laissé place au calme plat pseudo-fouillé intellectualisant, la beauté dissonnante aux mélodies FM gnan-gnan et aux riffs dignes des pires albums de néo-metal ("Throwing Stones"), les cris déchirés aux chants mièvres de Aaron Wolf; y'a même des putains de ballades pseudo-tristes aux réminiscences Mars Volta-du-pauvre ("And Always", "The Moth And I")! Dillinger Escape Plan avaient beaucoup mieux négocié leur virage MTV - The End sont tombés dans le fossé. Je suis peut-être trop con, trop buté, pas assez sensible pour comprendre cet album; peut-être même n'ai-je pas eu la chance d'arriver à rentrer dedans, mais le génial passé de ce groupe, j'arrive pas à l'oublier. Tant pis. "Elementary" est un album honteux, et je doute que ce groupe puisse un jour retrouver la classe d'antan au point où ils sont tombés - trop bas. This is the end of The End, si je puis me permettre.

note       Publiée le vendredi 16 février 2007

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Elementary".

notes

Note moyenne        12 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Elementary".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Elementary".

saïmone › lundi 18 mai 2020 - 15:29 Envoyez un message privé àsaïmone
avatar

Faudrait le réhabiliter celui là, très bon grunge

Note donnée au disque :       
Inhuman › vendredi 8 mai 2009 - 15:38 Envoyez un message privé àInhuman

Je ne partage pas du tout l'avis du chroniqueur, effectivement cet album sonne plus "mainstream" que Within Dividia mais j'ai fais l'effort de comprendre la démarche du groupe. Il m'a fallu du temps, mais je suis clairement en mesure de dire que je suis plus que jamais ravi de ce skeud, plus accessible mais jamais à se prostituer non plus, plus simple dans ses structures sans jamais embrasser les entournures archi-connues du metalcore. Et c'est là toute la force du groupe, avec des ingrédients sommes toute relativement classiques, parvenir à produire une mixture personnelle et aisément identifiable. Très bel album, matûres et travaillé. L'extrême est loin d'être un gage de qualité, qu'on se le dise..

Note donnée au disque :       
prypiat › jeudi 4 décembre 2008 - 12:39 Envoyez un message privé àprypiat

Une très jolie pochette en tout cas ! Ce qui est peut-être pire finalement... On a une impression de gâchis là...

Freyd › jeudi 20 décembre 2007 - 18:52 Envoyez un message privé àFreyd
Heureusement qu'on me l'a prêté...
Note donnée au disque :       
Wotzenknecht › mercredi 31 octobre 2007 - 22:59 Envoyez un message privé àWotzenknecht
avatar
un bien rare exemple d'ouverture. j'ai envie de dire, lui y trouve son plaisir et c'est tant mieux, après tout, c'est qu'elle véhicule quelque chose pour lui.